• Traditions anciennes sur l'Evangile de Matthieu

    Traditions anciennes sur l'Evangile de Matthieu

    par Svetlozar Domec, mercredi 4 juillet 2012, 11:20 · 

    La personne appelée Matthieu :

     

    Le nom de Matthieu qui signifie "Don de Dieu ou Dieudonné", en grec Théodore, se retrouve dans toutes les listes d'apôtres : Mt 10,3 ; Mc 3,18 ; Lc 6,15 ; Ac 1,13.

    Mt 9,9 rapporte son métier de publicain (percepteur d'impôt) et son appel par Jésus. Mais Mc 2,14 et Lc 5,27-28 parlent d'un certain Lévi, fils d'Alphée, qui reçut Jésus dans sa maison à Capharnaüm. Est-ce le même homme ou deux personnages différents ? Jésus aurait-il donné le surnom de Matthieu à Lévi, malgré le fait que les deux noms soient sémitiques : en général un des deux est d'origine sémitique et l'autre d'origine grecque, par exemple Simon-Pierre et Saül-Paul. En tout cas, la tradition a identifié et réuni les deux noms. En témoigne l'expression "selon Matthieu" qui figure en tête des manuscrits.

     

    Pour d'autres renseignements sur Matthieu :

     

    Premières citations :

     

     L'évangile de Matthieu, mentionné le premier par les listes canoniques (Didachè, Ignace, Papias, Irénée) est aussi le plus anciennement cité :

    1 Clément 46,78: Rappelez-vous les paroles de Jésus notre Seigneur : "Malheur à cet homme-là, a-t-il dit, mieux vaudrait pour lui n'être pas né que de scandaliser un seul de mes élus. Mieux vaudrait pour lui se faire attacher une meule et jeter à la mer plutôt que de pervertir un seul de mes élus " (Cf. Mt 18,6)

    Barnabé 4,14: Prenez garde que l'on ne trouve un jour, chez nous aussi, "beaucoup d'appelés et peu d'élus" (cf. Mt 22,14)

    Ignace, A Polycarpe, 1,3 : Charge-toi des maladies de tous ( cf. Mt 8,17) en athlète accompli : où l'effort est plus grand, plus grand aussi le bénéfice

    Didachè 3,7: "aie de la douceur : les doux hériteront la terre" (cf. Mt 5,5)

    Didachè 8,2:"Priez comme le Seigneur l'a prescrit dans son évangile. Priez ainsi : texte du Notre Père dans Mt 6,9-13"

     

    Les premiers textes et écrivains chrétiens :

     

    Abréviation : HE = Eusèbe de Césarée, Histoire ecclésiastique

    Clément, qui d'après Irénée, aurait connu les apôtres, prit la direction de l'église de Rome en 88. Sa lettre à la communauté de Corinthe (souvent appelée 1 Clément) fut composée vers 96-98

    Épître de Barnabé: reconnu comme canonique par Origène et Clément d'Alexandrie et attribuée à Barnabé, le compagnon de  Paul, ce véritable traité fut rejeté comme apocryphe par Eusèbe et Jérôme. La version originale a été retrouvée en 1859 dans le manuscrit Sinaïticus et est habituellement datée du courant du 2ème siècle.

     

    Ignace: vers 110, sous Trajan (ou plus tard ?), l'évêque d'Antioche, Ignace fut arrêté et conduit à Rome pour y subir le martyre. Il arriva à Smyrne où il rencontra le jeune évêque Polycarpe, né vers 70-80, ordonné vers 100 et qui mourut lui aussi martyr en 167 (ou en 156). Irénée, lui aussi de Smyrne et né vers 130-140, affirme qu'il avait entendu Polycarpe dans sa vieillesse (Adversus Haereses III,3,4) et que ce dernier avait bien connu Jean, soit l'apôtre soit le presbytre dont parle également Papias (dans HE III,39,4).

    Cette lettre d'Ignace à Polycarpe constitue un témoignage important sur les premières communautés chrétiennes.

    La Didachè: recueil de catéchèse morale, d'origine judéo-chrétienne et de date très ancienne (fin du 1er siècle)

     

    Le témoignage de Papias

     

    Reprenons la suite de la citation d'Eusèbe dans HE III,39,16 dont le début est cité dans la tradition ancienne sur Marc :

    "Voilà donc ce qui est rapporté par Papias au sujet de Marc. Au sujet de Matthieu, il est dit ceci : Matthieu mit en ordre les logia en langue hébraïque, et chacun les interpréta comme il pouvait "

    Ce témoignage, concis et obscur, a été compris de différentes manières voir même entièrement rejeté. Voici quelques propositions :

    logia (logia) signifie normalement "paroles, sentences" (Vaganay) mais certains auteurs (Kilpatrick) le prennent au sens d'évangile comme le traduit la version syriaque d'Eusèbe. Dans ce cas Papias affirmerait l'existence d'un évangile araméen écrit par Matthieu. Or ce sens ne s'impose pas : n'oublions pas que les logia du Seigneur intéressait particulièrement Papias.

    En langue hébraïque ou en langue araméenne (car les auteurs anciens ne distinguent pas entre hébreu et araméen cf. Jn 19,20) ou même "à la manière hébraïque"

    èrmèneuse ici aussi différents sens sont possibles :

    traduction écrite

    développement oral

    interprétation, explication

    Une interprétation minimale et plausible de ce témoignage de Papias serait que Matthieu a regroupé les paroles de Jésus en langue araméenne, de manière ordonnée à la différence de Marc.

     

     Notice sur Papias

     

    Papias, évêque d'Hiérapolis en Phrygie (partie occidentale de la Turquie actuelle) est l'auteur de cinq livres de commentaires sur les logia de Jésus, œuvre perdue.

     

    Selon Irénée, Papias était "un auditeur de Jean" l'apôtre : ce fait a été contesté par Eusèbe de Césarée qui rejetait les conceptions millénaristes de l 'Apocalypse et de Papias lui-même ainsi que par beaucoup d'exégètes modernes. Toutefois le même Eusèbe appréciait les traditions de Papias concernant les évangiles.

    "un compagnon de Polycarpe", qui fut évêque de Smyrne vers 100 (HE III,36,1)

    "un homme antique" sans doute d'une génération qui précédait Irénée, né dans la première partie du 1er siècle.

    Ces informations et le fait qu'Eusèbe (HE III,36,2) cite Papias aux cotés d'Ignace permet de supposer que ce personnage était connu à la fin du premier siècle et que son témoignage doit se situer entre 100 et 110 et non plus tard, vers 130, comme on l'affirme souvent.

     

    Autres témoignages

     

    Origène (avant 220 - 254) dans HE VI,25,3 : "Matthieu, le publicain devenu apôtre de Jésus est le premier à avoir écrit un évangile pour les juifs convertis à la foi chrétienne"

     

    Tertullien (avant 197 - après 222) dans Patrologie Latine, 2,363 met Matthieu au rang d'apôtre tout comme Jean et à la différence de Marc et de Luc.

     

    Clément d'Alexandrie (vers 150 - vers 215) : "Matthieu est le premier évangile"

     

    Eusèbe (vers 265 - vers 340) dans HE III,24,6 : "Matthieu aurait évangélisé les juifs et, avant de se rendre chez d'autres peuples, il consigna par écrit son évangile dans sa langue maternelle."

     

    Auteur : Fernand LEMOINE 

    Date : 28/12/03

     

    ©  EBIOR, 2003  bible@ebior.org

     

    trois manuscrits de l'Evangile de Matthieu datés aux alentours de l'an 50, preuves que Matthieu etait bel et bien un témoin oculaire

    · · · Partager

    « Shabbat, Shalom !* Yeshoua Est Merveilleux * »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter