• Ménalque le distrait..

    Ménalque le distrait..

    Ménalque,

    Il a une fois perdu au jeu tout l'argent qui est dans sa bourse , et voulant continuer de jouer, il entre dans son cabinet, ouvre une armoire , y prend sa cassette , en tire ce qui lui plaît, croit la remettre où il l'a prise : il entend aboyer dans son armoire qu'il vient de fermer; étonné de ce prodige , il l'ouvre une seconde fois , et il éclate de rire d'y voir son chien qu'il a serré pour sa cassette. Il joue au trictrac, il demande à boire, on lui en apporte; c'est à lui à jouer, il tient le cornet d'une main, et un verre de l'autre; et comme il a une grande soif, il avale les dez et presque le cornet, jette le verre d'eau dans le trictrac , et inonde celui contre qui il joue : et dans une chambre où il est familier , il crache sur le lit, et jette son chapeau à terre, en croyant faire tout le contraire. Il se promené sur l'eau , et il demande quelle heure il est: ou lui présente une montre, à peine l'a-t-il reçue, que , ne songeant plus ni à l'heure ni à la montre , il la jette dans la rivière, comme une chose qui l'embarrasse. Lui-même écrit une longue lettre, met de la poudre dessus à plusieurs reprises , et jette toujours la poudre dans l'encrier : ce n'est pas tout, il écrit une seconde lettre, et après les avoir achevées toutes deux , il se trompe à l'adresse : un duc et pair reçoit l'une de ces deux lettres, et en l'ouvrant. il lit ces mots : « Maître Olivier, ne manquez, sitôt la présente reçue,

     

    » de m'envoyer ma provision de foin » son fermier reçoit

    l'autre, il l'ouvre, et se la fait lire, on y trouve : « Monsei» gnenr , j'ai reçu avec une soumission aveugle les ordres qu'il a » pluà votre grandeur... » Lui-même encore écrit une lettre pendant la nuit, et après l'avoir cachetée , il éteint sa bougie, il ne laisse pas d'être surpris de ne voir goutte , et il sait à peine comment cela est arrivé. Ménalque descend l'escalier du Louvre, un autre le monte, à qui il dit : « C'est vous que je cherche : » il le prend par la main , le fait descendre avec lui, traverse plusieurs cours , eutre dans les salles, en sort, il va, il revient sur ses pas : il regarde enfin celui qu'il traîne après soi depuis un * quart d'heure : il est étonné que ce soit lui, il n'a rien à lui dire, il lui quitte la main; et tourne d'un autre côté. Souvent il vous interroge , et il est déjà bien loin de vous, quand vous songez à lui répondre : ou bien il vous demande en courant comment se porte vôtre père; et comme vous lui dites qu'il est fort mal , il vous crie qu'il en est bien aise. Il vous trouve quelque autre fois sur son chemin, « Il est ravi de vous rencontrer , il sort de chez vous » pour vous entretenir d'une certaine chose : » il contemple votre main , vous avez là, dit-il , un beau rubis, est-il balais ? il vous quitte et continue sa route : voilà l'affaire importante dont il avait à vous parler.

    « MENALQUE LE DISTRAIT ..Israël et les 7 rayons prophétiques messianiques »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter