• Issu d'une vieille famille huguenote du Poitou, Jean-Marc Thobois a étudié la Bible à Londres, puis l'histoire d'Israël et l'archéologie biblique à l'Université hébraïque de Jérusalem. Hébraïsant, il a participé à la traduction de la « Bible à la Colombe ». Depuis 1977, il publie la revue trimestrielle Keren-Israël, revue d'information sur Israël et l'accomplissement des prophéties bibliques.Il participe à de nombreux séminaires et conférences sur Israël et la prophétie, en France et à l'étranger. Jean-Marc est marié et père de trois enfants.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • http://www.wikistrike.com/2016/08/le-charbon-vegetal-active-un-remede-naturel-ultra-puissant.html

     

    Le charbon végetal activé, un remède naturel ultra puissant

     

    Le charbon végetal activé, un remède naturel ultra puissant

    Il n'est pas de remède contre l'empoisonnement qui soit à la fois plus simple et plus puissant que le charbon végétal activé. Cependant il se prête à bien d'autres emplois, puisqu'il peut détoxiquer en profondeur les intestins et le foie, absorber les métaux lourds, et même les venins de serpents ou d'insectes... Connu depuis 1550 ans avant J.C., c'est dans le traité médical du papyrus d'Ebers que l'on trouve les premiers écrits évoquant la puissance thérapeutique du charbon végétal. 

    Ensuite, vers 400 avant J.C., c'est au tour d'Hippocrate d'en faire l'apologie en tant que traitement pour soigner des troubles aussi divers que l'épilepsie, la chlorose ou « la maladie du charbon », que de nombreux tanneurs de peaux contractaient. 

    En 1846, un certain Garrod publie en Angleterre un article résumant l'expérience qu'il a faite sur des chiens, des chats et des lapins, pour neutraliser des poisons et des drogues comme la strychnine, l'opium, la morphine, l'aconitine, l'ipéca, la ciguë et quelques autres. 

    Puis en 1865, Hunter découvre son extraordinaire capacité à absorber les gaz, devenant avec Stenhouse le précurseur du masque à gaz au charbon utilisé pendant la guerre de 1914. 

    Mais c'est le chimiste français Bertrand qui fit, en 1813, la démonstration la plus spectaculaire de la formidable efficacité de ce remède ancestral en s'administrant en public une cuillère entière de trioxyde d'arsenic. 

    Une dose de cheval qui aurait pu à elle seule tuer un bataillon entier. 

    Les spectateurs médusés, qui crurent assister à un suicide, comprirent à la fin de l'expérience que c'est grâce au charbon activé ingurgité avant la démonstration, que ni mort, ni vomissement, ni même le moindre rejet ne se manifestèrent : l'antidote avait absolument tout neutralisé

     

     

    © Inconnu
    Merveilleux médicament naturel
    La différence entre le charbon de bois et le charbon végétal activé 

    Le charbon végétal activé, qu'il soit fabriqué à partir de bois ou de coques de noix de coco, diffère quelque peu du charbon que vous pouvez trouver dans la cheminée ou les feux de camps après la combustion d'un morceau de bois. 

    Si la carbonisation reste sensiblement la même, elle est réalisée à une température variant entre 600 et 900° en l'absence d'air, ce qui par conséquent lui évite de s'imprégner des pollutions ambiantes. 

    C'est à ce moment que le charbon ainsi produit est activé en étant calciné à nouveau, mais cette fois en présence de vapeur d'eau, d'air ou de gaz oxydants. Ce qui permet le développement d'un réseau très dense de micropores transformant chaque poussière de charbon en micro-éponge apte à piéger tout poison, toxine ou molécule indésirable. Après avoir subi ce processus particulier, le charbon peut engloutir jusqu'à : 

     97 fois son volume de gaz carbonique, 

     165 fois son volume d'anhydride sulfureux, 

     et 178 fois son volume d'ammoniac. 

    Les vertus anti-poison du charbon 

    Le charbon capture donc un bon nombre de poisons et de produits chimiques que nous pourrions bon gré mal gré ingurgiter ou subir à différentes occasions. 

    C'est pourquoi même lorsque l'on mène une vie saine et que l'on montre une grande prudence vis à vis des pollutions issues de la société moderne, il est tout de même conseillé d'entamer une cure de charbon au moins une fois par an. 

    Nous reviendrons plus en détail sur le principe de cette cure salvatrice, observons tout d'abord plus exactement de quoi ce charbon actif vous met à l'abri. 

    En premier lieu il neutralise les empoisonnements liés aux : 

     

     

     

     

     stupéfiants, 

     médicaments de synthèse, 

     alcaloïdes, 

     additifs alimentaires, 

     produits chimiques agricoles, 

     métaux lourds, 

     gaz toxiques, 

     détergents, 

     solvants organiques, 

     intoxications causées par des coquillages, l'histamine du thon ou diverses denrées mal conservées, 

     mycotoxines dont les aflatoxines, moisissures que l'on trouve parfois sur des graines stockées en atmosphère humide et chaude, 

     amines toxiques, utilisées ou produites dans de nombreux processus industriels, et en particulier dans l'industrie chimique 

     et aux chimiothérapies.
    Notez cependant que les métaux lourds absorbés depuis trop longtemps ne sont malheureusement plus susceptibles d'être capturés par le charbon, compte tenu du fait qu'ils peuvent déjà être piégés dans les cellules graisseuses. 

    Mais il endigue aussi différentes formes de virus tels que : 

     

     

     

     

     le rotavirus causant la gastro-entérite, 

     l'entérovirus, 

     la variole 

     et la fièvre aphteuse,
    et de toxines provenant de bactéries telles que :

     

     

     les staphylocoques, 

     la salmonelle, 

     le corynebacterium diphtheriae, induisant la diphtérie, 

     le clostridium tetani, à l'origine du tétanos, 

     le clostridium botulinum, entraînant le botulisme, 

     ou encore le Clostridium perfringens.

     

     

    Qui plus est, le charbon peut aussi servir de trousse de secours naturelle pour les vacanciers, ceux vivant en pleine nature ainsi que les aventuriers tropicaux, puisqu'utilisé sous forme de compresses directement posées sur les morsures et piqûres, il aspirera les venins de : 

     

     

     serpent, 

     abeille, 

     guêpe, 

     frelon, 

     taon, 

     scorpion, 

     araignée, 

     tique, 

     anémone de mer, 

     et physalie.

     


    Les autres applications thérapeutiques du charbon 

    Au-delà de ses spectaculaires vertus anti-poison, 
    le charbon végétal activé a bien d'autres propriétés. 

    Injustement cantonné à résoudre uniquement les problèmes de flatulences comme s'il n'était qu'un remède secondaire, il est en réalité indispensable aux détox les plus exigeantes

    En outre il fournit une aide insoupçonnée pour soulager les dérangements digestifs, prévenant et soignant :

     

     la mauvaise haleine, 

     le hoquet chronique, 

     les flatulences et l'aérophagie, 

     la tourista, 

     les diarrhées, 

     et les douleurs abdominales.

     

     

    Il sera aussi extrêmement efficace pour la détoxication du foie en cas d'excès de cholestérol et de triglycérides. 

    Enfin, on pourra l'utiliser pour assainir et résoudre différentes affections de la sphère O.R.L. et favoriser l'hygiène dentaire. 

    Cependant attention : malgré ses nombreuses qualités et bien qu'il conserve intacts les minéraux, vitamines et oligo-éléments déjà présents dans l'organisme, la prise de charbon inhibe l'effet des autres compléments nutritionnels, médicaments ou contraceptifs oraux que vous auriez l'habitude de consommer, les rendant parfaitement inefficaces. 

    Si c'est votre cas, il est donc indispensable de le prendre au moins quelques heures après leur assimilation. 



    Votre cure de charbon 

    Même en l'absence de troubles particuliers, comme nous l'avons vu, il est tout à fait souhaitable d'entreprendre une cure de charbon une à plusieurs fois par an pour se purifier et se détoxiquer. 

     

     

    • Pour un adulte la cure de drainage sera réalisée avec deux cuillères à soupe avant chaque repas diluées dans la moitié d'un verre d'eau, pendant quinze jours.

     

     

    Elle pourra se poursuivre avec trois cuillères à soupe par jour pendant le mois suivant, afin de drainer l'organisme plus en profondeur. 

     

     

    • Pour un enfant, on divisera les cuillères à soupe par deux en les remplaçant par des cuillères à café.

    Et à moins d'une intoxication particulière, quinze jours suffiront au processus de nettoyage. 

    Si l'on veut éviter d'avoir les lèvres et les dents noircies par le charbon, il suffira d'utiliser une paille pour pallier cet inconvénient. 

    Par ailleurs, sachez qu'il est totalement inutile de consommer du charbon et de l'argile en même temps, l'un annulant l'action de l'autre ; les compléments associant ces deux produits sont donc à proscrire. 

    En revanche, prendre de l'argile le matin et du charbon le soir est tout à fait possible et recommandé pour optimiser votre cure. 



    Quelques préparations en fonction des troubles 

    Contre la tourista et les intoxications alimentaires : 

    Buvez deux cuillères à soupe de charbon activé en poudre avec un verre d'eau froide toutes les quatre à huit heures jusqu'à ce que la diarrhée soit passée. 

    Contre les piqûres d'abeille : 

    Mélangez une cuillère à thé de charbon avec un peu d'eau afin d'obtenir une pâte que vous appliquerez sur la piqûre, puis posez une compresse par-dessus afin de permettre au mélange de ne pas s'étioler et le prolonger dans la durée. 

    Contre plusieurs piqûres : 

    Versez deux grands verres de charbon en poudre dans une baignoire et baignez-vous dans ce bain pendant une trentaine de minutes. 

    Contre les piqûres de moustique : 

    Humidifiez un morceau de gaze et saupoudrez-le de charbon jusqu'à ce qu'il devienne noir, puis recouvrez-en la piqûre. 

    Contre les morsures d'araignée et de tique : 

    Appliquez rapidement une compresse imprégnée de charbon ou baignez la personne dans une eau charbonnée. 

    Pensez à changer la compresse toutes les demi-heures pendant les huit premières heures, puis toutes les deux heures jusqu'à disparition de l'enflure. 

    Laissez ensuite un intervalle de deux à huit heures entre les compresses jusqu'à guérison complète.

     

    Source

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    1 commentaire
  • Nous rendre visite 1 , rue des Hospitalières Saint Gervais Angle 52, Rue des Rosiers 75004 - PARIS Téléphone : 01 42 72 38 00 Nous suivre

    Du dimanche au jeudi  9h30 / 19h30

    Vendredi                       9h30 / 14h00

    Angle 52, Rue des Rosiers - Paris

    01 42 72 38 00

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Qui sont les deux Témoins décrits dans Apocalypse 11 ?

    Les deux témoinsL’identité de ces deux individus est inconnue. Toutefois, lorsqu’ils rentreront en scène, il est clair que le retour du Christ sera imminent.

    Le verset 3 montre que ces deux hommes recevront des pouvoirs incroyables pour les trois années et demie précédant le retour du Christ. Si quiconque tente de leur faire du mal ou d’interférer dans leur ministère et leur témoignage, « … du feu sort de leur bouche et dévore leurs ennemis », (v. 5). Ceci est équivalent au pouvoir donné à Élie et décrit dans II Rois 1 :9-15. Ils auront le pouvoir de provoquer la sécheresse et la famine sur la Terre, tout comme l’avait Élie (I R 17 : 1-7 ; Lc 4 :25). Ils auront aussi le pouvoir de frapper la Terre par des plaies diverses (Apoc 11 :6)

    Les deux Témoins donneront le dernier avertissement aux dirigeants de ce monde, ce qui leur vaudra le martyre. Le monde se réjouira à la vue de leurs cadavres qui resteront exposés dans les rues de Jérusalem pendant trois jours et demi (v. 9-10). Mais tous seront frappés par une très grande peur lorsqu’ils verront ces deux hommes ramenés à la vie et s’élever dans les airs sur une nuée, (v. 11-12).

    Autre lecture recommandée : L’APOCALYPSE enfin expliquée!

    Chapitre 11: Les deux Témoins

    Les treize premiers versets renferment une description des deux derniers prophètes des temps de la fin, que l’on appelle les deux Témoins. Des interprétations ridicules, et même un film hollywoodien, ont causé beaucoup de confusion sur l’identité de ces deux hommes.

    Ces deux grands « prophètes » de Dieu (v. 10) prophétiseront pendant trois ans et demi, pour être ensuite tués par la bête, le dernier dirigeant de la renaissance moderne de l’Empire romain (v. 7). Apocalypse 13 et 17, ainsi que Daniel 2 et 7, décrivent ce système. On ignore l’identité de ces deux hommes. Mais, lorsqu’ils entreront en scène, les chrétiens sauront alors, avec certitude, que le retour du Christ est proche.

    Une puissance extraordinaire leur sera accordée, pour accomplir des miracles et être protégés du mal — jusqu’à ce que Dieu permette leur mort, pour ensuite les ressusciter — démontrant ainsi l’impuissance de ceux qui les avaient tués. Si quelqu’un veut leur faire du mal et intervenir dans leur ministère, « … du feu sort de leur bouche et dévore leurs ennemis » (v. 5).

    Cette puissance sera comparable à celle qui fut donnée à Élie, comme en témoigne II Rois 1:9-15. Ils auront le pouvoir d’amener la sécheresse et la famine sur la terre, exactement comme le fit Élie (I Rois 17:1-7; Luc 4:25). Ils auront aussi le pouvoir de « frapper la terre de toute espèce de plaie » (v. 6).

    Le Christ les appelle « MES deux témoins » (v. 3). Associez ce passage à Zacharie 4, qui parle souvent des deux témoins, pour arriver au verset 14, qui précise: « Ce sont LES DEUX OINTS qui se tiennent devant le Seigneur de toute la terre » (Apocalypse 11:4 atteste de l’identité de ceux dont parle Zacharie 4:14). Ce verset révèle qu’ils jouissent d’une relation particulière et directe avec le Christ. Tous trois « se tiennent ensemble ». Les deux témoins se rapportent directement au Christ.

    Dieu travailla toujours directement avec les prophètes de l’Ancien Testament. Le Christ, le Dieu de l’Ancien Testament (I Cor. 10:4), parla toujours face à face — communiqua directement — avec ceux qu’Il utilisa. Hormis quelques exceptions, vous en noterez un exemple à travers les prophètes mineurs et majeurs. Chacun de ces derniers débute avec des phrases comme: « La parole de l’Éternel fut adressée à Ézéchiel… » ou « La parole de l’Éternel lui [à Jérémie] fut adressée… » ou « La parole de l’Éternel fut adressée à Michée… », et ainsi de suite. Le Christ travailla directement avec tous ces prophètes. Il Lui arrivait parfois, en parlant face à face avec les patriarches, et d’autres, de se présenter sous les traits de Melchisédek.

    En considérant le rôle que ces deux hommes joueront, on devrait mieux comprendre pourquoi ils travailleront si étroitement avec le Christ. Du feu sort de leur bouche pour dévorer leurs ennemis. Le pouvoir qu’ils posséderont sera telle, que rien ni personne ne pourra les tuer, durant trois ans et demi. Ce seul fait les distingue de tous les autres prophètes avant eux. De plus, aucun autre prophète ne resta non enterré pendant trois jours, pour être ensuite ressuscité — ou fut perçut comme quelqu’un ayant « tourmenté les habitants de la terre ». Ces seuls points démontrent qu’ils seront bien plus que de simples prophètes !

    Les deux témoins donneront un dernier avertissement aux leaders des gouvernements de ce monde. Et, ils seront martyrisés à cause de cela. Le monde se réjouira à la vue de leurs cadavres, qui resteront exposés dans les rues de Jérusalem pendant trois jours et demi (versets 9-10). Mais, quand ils verront leurs cadavres ressusciter et monter au ciel dans une nuée, une « grande crainte » s’emparera alors de tous les hommes (versets 11-12).

    Ces deux hommes n’ont pas encore paru. Mais lorsqu’ils paraîtront, paraîtra aussi la Tribulation ! Tout cela ne se passera pas comme on tend à le croire. Plusieurs croient qu’ils accueilleront ces hommes avec exaltation et réjouissance, en leur donnant l’accolade. Pas du tout ! Ils croiront presque assurément qu’ils sont la bête et le faux prophète faiseur de miracles — et, inversement, on pourrait possiblement prendre ces derniers pour les deux témoins ! Tel sera le pouvoir de l’ultime séduction du diable, tandis que « le raisonnement prophétique populaire » prépare déjà, en ce moment même, le monde soi-disant chrétien à un ÉGAREMENT MASSIF (II Thess. 2:10-11) !

    Un autre tremblement de terre

    Après la résurrection des deux témoins, il y aura un autre tremblement de terre. Celui-ci aura lieu avantle son de la septième trompette, le retour du Christ et la première résurrection (I Cor. 15:51; I Thess. 4:16).

    Notez Apocalypse 11:12-13: « Et ils entendirent du ciel une voix qui leur disait [aux deux Témoins]: Montez ici ! Et ils montèrent au ciel dans la nuée; et leurs ennemis les virent. À cette heure-là, il y eut un grand tremblement de terre, et la dixième partie de la ville [Jérusalem], tomba; sept mille hommes furent tués dans ce tremblement de terre, et les autres furent effrayés et donnèrent gloire au Dieu du ciel. »

    Ce tremblement de terre particulier précédera, et annoncera, l’événement le plus crucial dans l’histoire de l’humanité — le retour de Jésus-Christ ! À n’en pas douter, ce châtiment divin marquera l’échec du monde dans sa tentative à vouloir supprimer définitivement ces deux serviteurs de Dieu. Ce tremblement de terre frappera, semble-t-il, surtout dans la région de Jérusalem — mais sa portée pourrait tout aussi bien s’étendre à l’échelle mondiale.

    Il ne s’agit pas ici du même tremblement de terre que celui décrit dans Zacharie 14:4, parce que toutes les nations ne se seront pas encore rassemblées (le sixième fléau) pour le combat du grand jour du Dieu tout-puissant (l’époque du dernier, ou septième, fléau) — Apoc. 16:17-21).

    a suivre..

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Hanoucca (hébreu חג החנוכה Hag HaHanoukka, « Fête de l'Édification ») est une fête juive d'institution rabbinique, hanoucca !!!commémorant la réinauguration de l'autel des offrandes dans le second Temple de Jérusalem, lors de son retour au culte judaïque, trois ans après son interdiction par Antiochus IV des Séleucides.

    Elle marque une importante victoire militaire des Maccabées et symbolise la résistance spirituelle du judaïsme à l'assimilation grecque."Selon la tradition rabbinique", au cours de cette consécration se produit le miracle de la fiole d'huile, permettant aux prêtres du Temple de faire brûler pendant huit jours une quantité d'huile à peine suffisante pour une journée.

    Elle est célébrée à partir du 25 kislev (qui correspond, selon les années, aux mois de novembre ou décembre dans lecalendrier grégorien) et dure huit jours, jusqu'au 2 ou 3 tevet (en fonction de la longueur de kislev, mois de 29 ou 30 jours).

    "Les pratiques et coutumes" qui s'y rattachent sont liées au miracle de la fiole d'huile, en particulier l'allumage du chandelier de Hanoucca pendant les huit jours de la fête et la consommation de friandises à base d'huile d'olive (latkessoufganiyot, etc.). On y joue aussi avec des toupies à quatre faces.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Hanoucca

    Je rapelle ici que traditions, pratiques et coutumes ne sont pas demandées par le créateur quelques explications suivent..

    hanoucca ?.?.?.!!!

     

     

     

    Ruchama LH

    ADONAÏ N'A JAMAIS DEMANDÉ D'ALLUMER LES LUMIÈRES D'HANNUKA. CETTE FÊTE N'EST PAS 1 FÊTE DE YAHWH..TOUT COMME NOËL...À LIRE OU RELIRE ET MÉDITER AVEC SÉRIEUX: 2COR.6V14-18...

    IL EST GRAND TEMPS! À BON LECTEUR SHALOM 

    Awa Elme 

    non ce n'est pas une fête de YHWH, c'est un évènement historique. Il est bon de lire le livre des Maccabées pour savoir ce qu'est la vrai Hannuka.

    les cartes de veux, les 8 jours de cadeaux, manger que de la friture tout ça vient des traditions humaine,parce que Hannuka tombe dans la même période que noël.. "pour ne pas que leurs enfants soient différents,"  c'est ainsi que les juifs américains ont rajoutés toutes ces traditions .

    Hannuka n'a rien a voir avec noël ou une fête païenne . C'est justement que les Maccabées se battaient contre tout ce qui était païen. et quand ils ont gagné, ils ont ré-dédier le temple.

    les vrais évènements d'Hannuka sont important pour nous et notre marche avec Yeshua, se battre pour la Torah et refuser de prendre la marque de la bête, mais prendre celle de YHWH qui est le Shabbat, les fêtes, les sacrifices, la circoncision, la Torah, et la nourriture (Casher) au temps des  Maccabées, Antiachios (le gouverneur d’Israël) avait fait un décret interdisant de garder tout ce qui se rapportaient à YHWH et les Maccabées se sont battus pour restaurer les choses de YHWH - C'EST ÇA LA VRAI HANNUKA! ..

    une autre autorité comme Antichios (l'anti-christ) viendra et nous interdira de garder le Shabbat, les fêtes, les sacrifices, la circoncision, la Torah, et la nourriture (Casher), si on accepte on prend la marque de la bête, si on refuse on prend celle de YHWH.

    8 Décembre 2012

     

     à lire aussi : http://dorcas.eklablog.net/le-chandelier-quelle-correspondance-a47348432

     

    pour infos supplémentaire voir ce vidéo : 

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    2 commentaires
  • Laisse parler ton coeur Laisse parler ton cœur <3 <3 <3 

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Les dispensations : de quoi s’agit-il ? (petite série en 8 chapitres ) ici" Intro et chapitre 1"

    22 octobre 2014, 14:34
     

    Les dispensations : de quoi s’agit-il ?

    Les dispensations : de quoi s’agit-il ? (petite série 8 chapitres ) ici" Intro et chapitre 1"

    22 octobre 2014, 13:46

     

     

    Dispensations

     (petite série en 8 chapitres ) sur cet article :   (Avant-propos  et chapitre 1)

     

    Jacques-André MONARD

     

    Table des matières :

    1     Avant-propos

    1                    Avant-propos

    1.1   [Les dispensations : de quoi s’agit-il ?]

    Dans le langage chrétien, on appelle volontiers dispensations ou économies les différentes périodes de l’histoire de l’humanité. Non pas les périodes définies par les grands événements qui retiennent l’attention du monde, mais les périodes caractérisées par les révélations que Dieu a faites aux hommes et par les dispositions qu’il a prises envers eux dans la souveraineté de son administration. (*)

    (*) Note Bibliquest : Ce mot dispensation traduit le grec oikonomia = oikonomia (d’où l’expression économie par translittération) que la Bible  version JND traduit paradministration. Cet usage du mot administration se trouve dans le langage moderne à propos de l’administration de tel président des États-Unis. Le mot dispensation, plus connu en anglais, est devenu rare dans la langue française, mais figurait dans les dictionnaires du 19° siècle. Voir détails explicatifs aux points 2.2 et 2.3 ci-après.

    La révélation de Dieu a été progressive. Ce n’est pas que l’intelligence de l’homme, au cours des temps, ait fait des progrès lui permettant de saisir toujours mieux ce qu’est Dieu ! Mais il a plu à Dieu de communiquer sa volonté, ses pensées, ses plans, par étapes successives — la révélation de chaque étape dépendant à la fois de la conduite de l’homme à l’égard de la révélation précédente et des plans souverains de Dieu.

    Les communications divines ont placé les hommes qui les ont reçues — que ce soient Adam, Noé, Abraham, le peuple d’Israël, ou d’autres — dans une position particulière de responsabilité. Et l’histoire biblique nous montre, dans chaque cas, comment l’homme s’est acquitté de sa responsabilité. Mal, le plus souvent. Mais à l’histoire décevante de l’homme répond la révélation glorieuse de la grâce de Dieu, qui a «surabondé» là où le péché abondait (cf. Rom. 5:20).

    Aujourd’hui, l’ensemble de la révélation de Dieu étant entre nos mains, comment pouvons-nous faire bon usage de ce qui a été communiqué à d’autres dans les temps qui ont précédé ? Sans doute, en recevant par la foi tout ce que la parole de Dieu nous dit. Mais aussi en comprenant les différences entre les diverses conditions dans lesquelles se trouvaient les hommes auxquels Dieu s’est adressé. Cela pourra nous éviter de regrettables méprises, en particulier celle d’appliquer aux chrétiens des éléments périmés du système légal institué autrefois par Dieu en Israël, et de nous priver par là des pleines bénédictions du christianisme. Il serait aussi faux de laisser simplement l’Ancien Testament de côté, que de le lire sans la lumière du Nouveau.

    Le sujet qu’aborde ce petit livre est immense, puisqu’il s’agit de toute la révélation de Dieu, de ce que l’homme en a fait, et des voies de Dieu envers lui au cours des temps. Il n’a évidemment été possible que d’en esquisser quelques grandes lignes. Les abondantes références bibliques insérées dans le texte permettront au lecteur, non seulement de vérifier ce qui est exposé, mais d’étendre ses connaissances en allant à la source, et de fonder ainsi ses convictions sur la parole de Dieu elle-même.

    1.2   [Plan]

    Comme on le voit [dans la table des matières, cet] ouvrage n’est pas conçu comme une présentation chronologique des dispensations. Pour aider le lecteur à mieux comprendre les analogies et les contrastes qu’il y a entre les diverses dispensations, il a paru préférable de découper le sujet en grands thèmes qui, chacun, embrassent une très longue période de l’histoire de l’homme. Ainsi, chaque chapitre fait un survol de plusieurs dispensations, de ce qu’il a plu à Dieu d’y révéler, et des dispositions qu’il y a prises.

    Cette structure de l’ouvrage implique nécessairement un certain nombre de répétitions.

    À la fin du livre, on trouvera un index des principaux passages cités, de même qu’un index des sujets traités ou touchés. En outre, après la table des matières, un tableau récapitulatif pourra aider à avoir une vue d’ensemble des dispensations.

     

    Chapitre 1 — Introduction

    2.1   Une juste application des Écritures

    La lecture de la parole de Dieu nous place souvent devant des situations qui nous paraissent bien éloignées de nos circonstances actuelles. Nous avons devant nous des hommes d’époques très anciennes, dans des civilisations très différentes de la nôtre. La question peut surgir dans notre esprit : Dans quelle mesure ce qui leur est dit, ce qui leur est demandé, ou ce qui leur arrive, nous concerne-t-il ? En fait, c’est une question fondamentale.

    En parlant aux Corinthiens des événements qu’avaient connus les Israélites environ quinze siècles plus tôt, lors de la sortie d’Égypte, l’apôtre Paul dit : «Or toutes ces choses leur arrivèrent comme types, et elles ont été écrites pour nous servir d’avertissement» (1 Cor. 10:11). Il y a dans l’Ancien Testament des récits historiques, comme aussi des prescriptions concernant le service divin, qui ont pour nous valeur de types. Ce sont des figures des choses qui étaient à venir. C’est une forme extrêmement riche de l’enseignement que Dieu s’est plu à nous donner.

    À propos d’une ordonnance du Deutéronome concernant les boeufs, Paul demande : «Dieu s’occupe-t-il des boeufs ? ou parle-t-il entièrement pour nous ?» Et il répond : «C’est pour nous que cela est écrit» (1 Cor. 9:9, 10). On voit ici la double portée d’un enseignement qui, a priori, paraissait ne pas nous concerner. Dans son sens premier, l’instruction «Tu n’emmuselleras pas le boeuf qui foule le grain» manifeste la bonté de Dieu envers ses créatures, fussent-elles des animaux. Mais l’apôtre, conduit par l’Esprit de Dieu, fait une application de cet enseignement au serviteur de l’évangile : il est juste qu’il vive de l’évangile (v. 14).

    Le même apôtre dit : «Toutes les choses qui ont été écrites auparavant ont été écrites pour notre instruction, afin que, par la patience et par la consolation des Écritures, nous ayons espérance» (Rom. 15:4). Et «toute Écriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice...» (2 Tim. 3:16). Il est donc hors de doute que toute la Bible, l’Ancien Testament aussi bien que le Nouveau, est pour nous.

    D’un autre côté, il est tout aussi évident qu’au cours des siècles durant lesquels Dieu s’est révélé, des choses ont changé. Par exemple, on lit dans l’épître aux Hébreux : «Car il y a abrogation du commandement qui a précédé, à cause de sa faiblesse et de son inutilité (car la loi n’a rien amené à la perfection), et introduction d’une meilleure espérance par laquelle nous approchons de Dieu» (Héb. 7:18, 19). Et dans l’épître aux Galates : «La loi a été notre conducteur jusqu’à Christ, afin que nous fussions justifiés sur le principe de la foi ; mais, la foi étant venue, nous ne sommes plus sous un conducteur» (3:24, 25).

    Tandis que nous lisons la Bible, nous avons donc besoin de discernement spirituel pour savoir si ses enseignements nous concernent directement ou non. Et dans ce dernier cas, il s’agit de savoir quelle est la juste application que nous pouvons en faire. La question se pose même sur le plan de la vie pratique ; ce n’est pas une affaire de doctrine abstraite.

    Dans l’Exode, l’ordonnance du sabbat est appelée «une alliance perpétuelle» (31:16). Les chrétiens devraient-ils donc observer le sabbat ? La réponse n’est pas difficile à découvrir ; il suffit de lire attentivement le passage ci-dessus. «Les fils d’Israël garderont le sabbat, pour observer le sabbat en leurs générations, — une alliance perpétuelle. C’est un signe entre moi et les fils d’Israël, à toujours» (v. 16, 17). Le sabbat concerne Israël.

    Il y a des questions un peu plus difficiles. Lors du réveil qui eut lieu au temps de Néhémie, on trouve qu’après une lecture assidue du livre de la loi (8:18), les Israélites firent une alliance à laquelle ils apposèrent leur sceau. Ils s’engagèrent par serment à marcher selon la loi de Dieu et à pratiquer ses commandements, et ils s’imposèrent une taxe pour le service de la maison de Dieu (10:28-32). Avons-nous à suivre leur exemple ? Qu’ils eurent l’approbation de Dieu en cela, il serait difficile d’en douter. Mais l’histoire d’Israël nous montre à l’évidence que tous lesengagements que l’homme a pris, il n’a pu les tenir. Il était conforme à l’esprit de la loi qu’un peuple sous la loi s’impose des obligations. Mais une telle façon de faire ne correspond absolument pas à l’esprit du christianisme. En revanche, nous pouvons faire une application utile de ce passage à ce qui nous concerne. Nous y trouvons un encouragement à garder les commandements du Seigneur et à avoir à coeur la maison de Dieu.

    Après une pressante exhortation à la prière, le Seigneur Jésus dit : «... combien plus le Père qui est du ciel donnera-t-il l’Esprit Saint à ceux qui le lui demandent» (Luc 11:13). Cela signifie-t-il que nous devrions demander l’Esprit Saint ? Si nous avons conscience que, dans l’époque chrétienne (à partir du jour de la Pentecôte), ceux qui ont cru ont été scellés du Saint Esprit et que celui-ci habite en eux (Éph. 1:13 ; Rom. 8:11), il est évident que nous n’avons pas à demander ce que nous possédons déjà ! En revanche, nous pouvons toujours demander à Dieu qu’il nous accorde d’être remplis de l’Esprit, c’est-à-dire que nous soyons dans un état de coeur où le Saint Esprit est libre d’agir (Éph. 5:18).

    L’Éternel promet à Josué : «Je ne te laisserai point et je ne t’abandonnerai point» (Jos. 1:5). Or l’épître aux Hébreux nous dit expressément que cette promesse est aussi pour nous : «...étant contents de ce que vous avez présentement ; car lui-même a dit : Je ne te laisserai point et je ne t’abandonnerai point ; en sorte que, pleins de confiance, nous disions : Le Seigneur est mon aide et je ne craindrai point» (13:5). Ce passage nous encourage donc à nous emparer des promesses que nous trouvons dans l’Ancien Testament, bien qu’elles aient été adressées à d’autres, et dans des circonstances qui ne sont pas les nôtres. Cependant, serait-il juste de nous approprier des promesses touchant une longue vie, ou des richesses, ou l’écrasement de nos ennemis ?

    En face de ces déclarations de l’Ancien Testament qui sont, les unes à prendre littéralement et les autres à transposer ou même à ne pas nous approprier, nous pourrions nous sentir dépassés et nous écrier : Mais comment puis-je savoir ce qui est vraiment pour moi ? Heureusement, nous avons affaire à un Dieu qui désire nous enseigner ; et s’il nous a donné sa Parole, elle demeure entre ses mains pour opérer en nous selon son bon plaisir (cf. És. 55:10, 11). Elle est «la vivante et permanente parole de Dieu» (1 Pierre 1:23). Elle opère en nous qui croyons (1 Thess. 2:13). Nous pouvons donc compter sur lui pour qu’il nous éclaire par son Esprit et par sa Parole elle-même, afin que nous en fassions une application juste. D’autre part, nous ne devons pas rester de petits enfants. Dieu veut que nous avancions «vers l’état d’hommes faits» (Héb. 6:1), que nous croissions dans la connaissance de ses pensées.

    2.2   Qu’est-ce qu’une dispensation ?

    Il est de la plus haute utilité pour tout chrétien d’avoir une compréhension claire du développement des révélations que Dieu a faites aux hommes au cours des âges, et du caractère des relations qu’il a établies avec ceux auxquels il s’est révélé. En d’autres termes, il faut connaître quelque chose des dispensations (*).

    (*) «Le mot dispensation est généralement utilisé pour désigner un certain état de choses, établi par l’autorité de Dieu, durant une période donnée» (J.N. Darby, Collected Writings 1, p. 169).

    Ce mot peut désigner aussi bien les dispositions que Dieu prend dans son administration, que les périodes durant lesquelles il prend ces dispositions. La dispensation de la loi, par exemple, c’est la condition dans laquelle se trouvait le peuple d’Israël par le fait qu’il avait reçu la loi de Moïse et était sous l’autorité de cette loi ; et c’est aussi l’époque allant depuis Moïse jusqu’à la venue de Jésus sur la terre.

    La connaissance des dispensations — au moins dans leurs grandes lignes — est nécessaire pour pouvoir, ainsi que Paul le disait à Timothée, découper droit, ou exposer justement, la parole de la vérité (2 Tim. 2:15).

    Dieu s’est révélé aux hommes pour leur bénédiction et pour manifester les différents aspects de sa gloire. Mais il s’est révélé de façon progressive. Dans chaque dispensation, l’homme a été mis à l’épreuve, et le résultat de ces tests a été la faillite sur toute la ligne. Mais au fur et à mesure que l’homme manifestait le fond de sa nature, Dieu a tiré de ses trésors de nouvelles richesses. L’étude du plan de Dieu dans la révélation qu’il a faite de lui-même est une source d’enrichissement particulier. Elle nous fait croître dans la connaissance de Dieu et du Seigneur Jésus Christ.

    2.3   Les mots «dispensation» et économie»

    La notion de dispensation est clairement présentée dans la Bible, mais le mot lui-même n’y est pas forcément mentionné. Dans la version Darby, que nous utilisons ici, il ne l’est pas. En revanche, des mots équivalents s’y trouvent — et doivent s’y trouver — pour traduire le mot grec «oikonomia»,qui est à l’origine du mot français «économie». Ce mot est traduit dans la version Darby par administration. Il apparaît en Éphésiens 1:10, dans le sens précis de dispensation ou d’économie. Dans ce passage, il est parlé du propos éternel de Dieu quant à «l’administration de la plénitude des temps». Il s’agit des dispositions que Dieu, qui gouverne tout dans les périodes successives, a ordonnées pour le Millénium, temps qui couronne, ou complète, tous les autres.

    Le mot «oikonomia» se trouve aussi en Éphésiens 3:2, 9 et en Colossiens 1:25. Dans ces passages, il est question du «mystère» de l’Église, que Dieu, dans sa souveraineté, avait entièrement caché dans tous les temps précédents, et qu’il a révélé au temps convenable par le moyen de l’apôtre Paul. Ces versets évoquent à la fois l’administration de Dieu et celle qu’il avait confiée à Paul. Il est d’ailleurs difficile de les distinguer l’une de l’autre. En 1 Corinthiens 4:1, 2, Paul se présente comme un «administrateur (ou économe — oikonomos) des mystères de Dieu». Et «ce qui est requis dans des administrateurs, c’est qu’un homme soit trouvé fidèle» (v. 1 et 2). Le mot «oikonomia» se trouve aussi en Luc 16:2, 3, 4, où est bien mise en évidence la pensée d’une gestion confiée à un administrateur qui devra en rendre compte.

    Comme termes techniques pour désigner ce qui est l’objet de notre étude, les mots dispensation et économie sont équivalents. L’avantage du premier, bien qu’il n’appartienne pas au langage courant, c’est qu’il évoque l’idée de dispenser, c’est-à-dire d’accorder ou de donner. Ainsi, les dispensations de Dieu, c’est ce que Dieu dispense, dans sa souveraine administration.

    2.4   La révélation progressive de Dieu

    «Dieu ayant autrefois, à plusieurs reprises et en plusieurs manières, parlé aux pères par les prophètes, à la fin de ces jours-là, nous a parlé dans le Fils» (Héb. 1:1, 2).

    Ce verset indique une charnière de toute importance dans les communications divines : c’est la venue de Jésus ici-bas. Tout ce qui précède était en quelque sorte un crépuscule (*) dont la lumière croissante annonçait le lever du soleil. «Le peuple assis dans les ténèbres a vu une grande lumière ; et sur ceux qui sont assis dans la région et dans l’ombre de la mort, la lumière s’est levée» (Matt. 4:16, citation d’Ésaïe 9:2).

    (*) Note Bibliquest : dans le sens ancien de lumière avant le lever du soleil

    L’Ancien Testament — le crépuscule — a été écrit en hébreu, la langue d’Israël, par des auteurs appartenant tous à ce peuple. C’était une révélation de Dieu à Israël, bien que nous puissions en profiter beaucoup aujourd’hui. Le Nouveau Testament — la pleine révélation de Dieu — a été écrit en grec, la langue la plus répandue dans les pays civilisés de l’époque (*), et le Seigneur a ordonné à ses disciples d’annoncer l’évangile à toute la création. Les communications qui ont été faites par le Seigneur et ses apôtres ont une portée universelle.

    (*) Dieu a préparé cela en conduisant Alexandre le Grand, fondateur du 3° grand empire des nations, à imposer le grec comme la langue officielle de l’empire.

     

    L’Ancien Testament place devant nous quatre grandes périodes :

    1° Dans la Genèse, jusqu’au chapitre 11 : les temps qui ont précédé l’appel d’Abraham. De façon générale, les nations sont sans Dieu et sombrent dans la corruption et l’idolâtrie. Il y a toutefois quelques communications de Dieu à des hommes de foi.

    2° Dans la Genèse, depuis le chapitre 12 : l’époque des patriarches. Dieu est en relation avec la famille d’Abraham, auquel il s’est révélé et a fait des promesses.

    3° Dans tout le reste de l’Ancien Testament : l’époque de la loi. Dieu est en relation avec Israël, qu’il a racheté de l’esclavage et qu’il a choisi pour être son peuple. Par le ministère de Moïse d’abord, puis des prophètes, Dieu révèle à ce peuple ce qu’Il est, et quels sont ses plans. En particulier, il annonce la venue du Messie. Par l’expérience faite avec Israël, on apprend ce qu’est l’homme et, bien heureusement, ce qu’est Dieu.

    4° Dans les prophètes : l’époque de la bénédiction future. Cet état de choses est décrit avec une quantité de détails, mais la chronologie des événements n’est pas toujours facile à discerner. Une partie de ces événements s’est réalisée lors de la première venue de Christ, le reste s’accomplira à sa seconde venue. C’est la restauration d’Israël à travers l’épreuve d’un feu d’affineur, puis la bénédiction milléniale. Les prophéties de l’Ancien Testament ont toujours essentiellement Israël en vue, et la bénédiction particulière de ce peuple, qui gardera dans l’avenir sa place à part.

     

    De son côté, le Nouveau Testament place devant nous trois périodes :

    1° Dans les Évangiles : celle de la vie du Seigneur sur la terre. Le Messie est présenté à Israël. C’est la suprême épreuve de l’homme, la démonstration de son état incurable. C’est en même temps la merveilleuse démonstration de l’amour de Dieu qui donne son Fils pour racheter des hommes perdus.

    2° Dans les Actes et les épîtres : le temps de l’Église. C’est la révélation d’un mystère qui avait été caché jusqu’alors. De façon générale, ce n’est pas l’accomplissement des prophéties de l’Ancien Testament, mais une sorte de parenthèse dans les voies de Dieu. Le peuple d’Israël comme tel est momentanément mis de côté et l’évangile est prêché aux nations.

    3° Dans l’Apocalypse et dans plusieurs passages ailleurs : les temps futurs. Les bénédictions futures se réalisent après les jugements terribles qui frappent toute la terre. Ces bénédictions incluent tout ce qui a été promis à Israël, mais vont plus loin. Le Nouveau Testament seul nous révèle que le règne de Christ sur la terre aura une fin, et qu’il sera suivi de l’état éternel.

    2.5   La responsabilité de l’homme

    De tout temps et en tous lieux, les hommes ont été responsables devant Dieu selon la mesure de ce que Dieu leur avait fait connaître de lui-même, de ses pensées et de sa volonté, et selon la nature des relations qu’il avait établies avec eux. Le Seigneur pose le principe : «Or cet esclave qui a connu la volonté de son maître, et qui ne s’est pas préparé et n’a point fait selon sa volonté, sera battu de plusieurs coups ; et celui qui ne l’a point connue, et qui a fait des choses qui méritent des coups, sera battu de peu de coups ; car à quiconque il aura été beaucoup donné, il sera beaucoup redemandé» (Luc 12:47, 48). L’esclave est jugé — selon sa conduite — parce qu’il est dans la relation d’esclave avec le maître. De plus, s’il a «connu la volonté de son maître», c’est-à-dire s’il a reçu une communication positive de celui-ci, sa responsabilité est plus grande. Ne pas avoir reçu une telle communication diminue la responsabilité, mais ne l’efface pas.

    Tout homme, en tant que créature de Dieu douée d’intelligence, a déjà une responsabilité envers son Créateur. «Ce qui ne se peut voir de lui, savoir et sa puissance éternelle et sa divinité, se discerne par le moyen de l’intelligence, par les choses qui sont faites, de manière à les rendre inexcusables» (Rom. 1:20). En outre, depuis la chute, l’homme possède une conscience, qui lui donne une certaine connaissance du bien et du mal, et par conséquent une certaine responsabilité. Il est dit des païens : «... leur conscience rendant en même temps témoignage, et leurs pensées s’accusant entre elles, ou aussi s’excusant» (Rom. 2:15).

    À chaque étape des communications divines, les hommes qui les ont reçues ont été placés dans une certaine relation avec Dieu. Chacune de ces relations implique une responsabilité correspondante. L’appel d’Abraham l’a mis, lui et ses descendants, dans une relation privilégiée avec Dieu. Il en a été de même du peuple d’Israël, lorsque l’Éternel l’a appelé, délivré et amené à lui. Il en est encore de même des chrétiens, qui sont «participants à l’appel céleste». Ces relations constituent la base de la responsabilité de ceux avec lesquels Dieu les a établies, et cela d’autant plus que les privilèges qu’elles comportent sont grands.

    Parmi les peuples où il y a eu une certaine connaissance du vrai Dieu (notamment Israël, puis les nations christianisées), une responsabilité particulière résulte de ce qu’on peut appeler l’héritage spirituel. Nous héritons de nos parents (au sens large) non seulement des biens matériels, non seulement éducation et instruction, mais encore ce qu’ils nous ont transmis de leur connaissance de Dieu. Cela implique une responsabilité, à la mesure de ce qui nous a été transmis — et que nous avons à communiquer aussi.

    Ce devoir est formellement rappelé au psaume 78 : «Il a établi un témoignage en Jacob, et il a mis en Israël une loi qu’il a commandée à nos pères, pour qu’ils les fassent connaître à leurs fils, afin que la génération à venir, les fils qui naîtraient, les connaissent, et qu’ils se lèvent et les annoncent à leurs fils, et qu’ils mettent leur confiance en Dieu, et qu’ils n’oublient pas les oeuvres de Dieu, et qu’ils observent ses commandements» (v. 5-7). De même, il est rappelé à Timothée la foi de sa mère et de sa grand-mère, et l’enseignement qu’il avait reçu d’elles (2 Tim. 1:5 ; 3:15). À l’égard de cette transmission, la Parole souligne aussi bien le devoir des parents que celui des enfants (Deut. 6:6-9 ; Prov. 1:8, 9 ; 6:20-23).

    Lorsque l’imprimerie n’existait pas et que la plupart des gens ne savaient pas lire, ce moyen de transmission jouait un rôle primordial. Quant à nous qui avons la parole de Dieu complète entre nos mains, notre responsabilité demeure entière de garder fidèlement l’héritage spirituel que nous avons reçu, et de le transmettre, tout en remontant continuellement à sa source avec l’attitude des Béréens. Ils examinaient «chaque jour les Écritures pour voir si les choses étaient ainsi» (Act. 17:11).

    2.6   Ce qui est immuable

    Lorsque nous nous occupons des changements qui sont intervenus dans les dispositions que Dieu a prises à l’égard de ses créatures, souvenons-nous que Dieu lui-même ne change pas. Il est «le Même», «le Dieu éternel», celui qui dit : «Moi, l’Éternel, je ne change pas» (Ps. 102:27 ; Rom. 16:26 ; Mal. 3:6). Par conséquent, ce qui est bon et ce qui est mauvais aux yeux de Dieu est indépendant des dispensations. Les normes du bien et du mal sont les mêmes dans tous les temps.

    Il y a des principes immuables que nous pouvons trouver au travers de toutes les dispensations. Mentionnons quelques exemples.

     — L’amour divin est la source de toutes les relations que Dieu a établies avec l’homme, qu’il s’agisse des patriarches, d’Israël ou des chrétiens (Deut. 4:37 ; 7:8 ; Éph. 2:4). Pour cette raison, Dieu attend de ceux qui sont en relation avec lui qu’ils manifestent l’amour. «L’amour... est la somme de la loi», comme il est le signe distinctif des disciples de Jésus (Rom. 13:10 ; Jean 13:35).

     — L’acceptation d’un homme pécheur par le Dieu saint ne peut avoir lieu que sur la base d’un sacrifice offert. Il faut un substitut qui porte sa culpabilité devant Dieu. Le seul vrai Substitut est Christ. Avant sa venue, les divers sacrifices offerts le représentaient aux yeux de Dieu.

     — Dans tous les temps, si l’homme entre dans une vraie relation avec Dieu, c’est par la foi. C’est ce dont témoigne Hébreux 11.

     — De la Genèse à l’Apocalypse, Dieu se présente comme le juste juge qui, «sans acception de personnes, juge selon l’oeuvre de chacun» (1 Pierre 1:17). Cela est encore vrai pour ceux qui ont été mis à l’abri du jugement éternel et qui invoquent Dieu comme Père.

     — Bien qu’il puisse revêtir des formes différentes, le gouvernement de Dieu à l’égard des hommes existe toujours. «Ce qu’un homme sème, cela aussi il le moissonnera» (Gal. 6:7). La grâce n’annule pas ce principe.

     — La crainte de Dieu est, dans tous les temps, l’attitude qui convient à l’homme (Job 28:28 ; Ps. 111:10). Et si, dans le christianisme, toute crainte du jugement est ôtée pour les croyants, ils ont néanmoins à servir Dieu avec crainte (Héb. 12:28).

     — Dans le Nouveau Testament comme dans l’Ancien, Dieu attend de ceux qui sont en relation avec lui une marche dans la sainteté, dans la séparation du mal. «Comme celui qui vous a appelés est saint, vous aussi soyez saints dans toute votre conduite ; parce qu’il est écrit : Soyez saints, car moi je suis saint» (1 Pierre 1:15, 16).

     — Aussi bien à Israël «sous la loi» qu’à nous-mêmes qui sommes «sous la grâce», Dieu s’est révélé comme un Dieu de miséricorde (Ex. 33:19 ; 34:6 ; Luc 1:50 ; Éph. 2:4). Et le Seigneur nous dit : «Soyez donc miséricordieux, comme... votre Père est miséricordieux» (Luc 6:36).

     — Dès les premiers âges de l’humanité, Dieu s’est fait connaître comme le Dieu de patience (Rom. 15:5 ; 1 Pierre 3:20). Tout l’Ancien Testament est un témoignage à son immense patience envers Israël, et aujourd’hui encore, selon «les richesses de sa bonté, et de sa patience, et de sa longue attente», il pousse les hommes à la repentance (Rom. 2:4). C’est pourquoi il attend des siens qu’ils manifestent la patience, que ce soit dans leur vie chrétienne en général, dans leur attente du Seigneur, dans leurs épreuves ou dans leurs relations les uns avec les autres (Col. 1:11 ; 1 Thess. 1:3 ; Jacq. 5:11 ; 1 Thess. 5:14). à suivre..

     

    Les dispensations : de quoi s’agit-il ?

    http://www.bibliquest.org/JAM/JAM-Dispensations_texte_seul.htm#TM4

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  •   TITRES ET NOMS DE DIEU/ ELOHIM

     

    NOM DU SAUVEUR

    Les noms de Dieu dans la Bible révèlent ce que Dieu est;

    le caractère, l'identité, la volonté, les actes de Dieu.

     

    Retour au menu

    Ligne de séparation

    B) LES NOMS HÉBRAIQUES DE DIEU

    • ELOHIM -L'une des plus anciennes appellations du Dieu de la Révélation. Signifie “être fort, puissant”.

    Convient particulièrement au Créateur de Genèse 1 où il est constamment employé. Il revient 2312 fois dans L'Ancien Testament.

    • El-Schaddaï- (Dieu Tout-Puissant, Genèse 17:1);

    • El-Elion- (Dieu très haut, Genèse 14:18);

    • El-Olam- (Dieu de L'Eternité, Genèse 21:33);

    • El-Ganna- (Dieu jaloux, Exode 20:15);

    • El-Haï- (Dieu vivant, Josué 3:10).

    • YAHVÉ- C’est le nom le plus employé dans L'Ancien Testament (6499 fois); il est rendu en français par L'Eternel.
    • ADONAÏ- Mon Seigneur, Mon Maître
    • YAHVÉ-JIRÉ- (L'Eternel pourvoira, Genèse 22:13-14)
    • YAHVÉ-RAPHA- (L'Eternel qui te guérit, Exode 15:26)
    • YAHVÉ-NISSI- (L'Eternel ma bannière, Exode 17:15)
    • YAHVÉ-RAAH- (L'Eternel mon Berger, Psaume 23:1)
    • YAHVÉ-SCHALOM- (L'Eternel Paix, Juges 6:24)
    • YAHVÉ-TSIDKENU- (L'Eternel notre justice, Jérémie 23:6)
    • YAHVÉ-ELOHIM- (L'Eternel Dieu, Genèse 2)

    Ligne de séparation

    • NOTE:
    • La Bible Thompson a servi de références pour ce travail d'études.
    • JÉHOVAH- Le nouveau dictionnaire biblique / ÉDITIONS EMMAÜS dit que JÉHOVAH est une prononciation erronée du tétragramme hébreu YHVH, Yahvé, l'un des noms de Dieu (ex.3.15). Le dictionnaire ajoute que cette prononciation était devenue courante depuis l'époque de Petrus Galatinus ,confesseur de Léon X, en 1518 ap.J.-C.
    • On est revenu maintenant à la forme juste, Yahvé, mais la transcription Jéhovah subsiste dans les versets de certaines versions de la Bible, entre autre dans les noms ou expressions ci-après.
    • Jéhova-Jiré; Nom qu'Abraham donna à l'endroit où Dieu lui fournit un bélier à offrir en holocauste à la place d'Isaac (Gn 22.14).
    • Jéhova-Nissi; Nom que Moïse donna à un autel qu'il construisit à Rephidim, en souvenir de la victoire d'israël sur Amalek (Ex.17.15-16).
    • Jéhova-Shalom; Autel que Gédéon bâtit à Ophra pour perpétuer le souvenir de l'apparition de L'ange de l'Eternel.(Jug.6.23,24).

    Retour au menu

    Ligne de séparation

    Fait par Jean-Marie Marcoux jm.marcoux@evangile.ca (tiré de la Bible Thompson) et conçu par l'Évangile au Québec

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • SOUCCOT

     

    SOUCCOT

    JEAN 7
    Jean 7:1-11 " Après cela, Jésus parcourait la Galilée, car il ne voulait pas séjourner en Judée, parce que les Juifs cherchaient à le faire mourir. 2 Or, la fête des Juifs, la fête des Tabernacles ( Hakha Souccot ), était proche. 3 Et ses frères lui dirent: Pars d' ici, et va en Judée, afin que tes disciples voient aussi les œuvres que tu fais. 4 Personne n' agit en secret, lorsqu' il désire paraître: si tu fais ces choses, montre -toi toi-même au monde. 5 Car ses frères non plus ne croyaient pas en lui. 6 Jésus leur dit: Mon temps n' est pas encore venu, mais votre temps est toujours prêt. 7 Le monde ne peut vous haïr; moi, il me hait, parce que je rends de lui le témoignage que ses œuvres sont mauvaises. 8 Montez, vous, à cette fête; pour moi, je n' y monte point, parce que mon temps n' est pas encore accompli.9 Après leur avoir dit cela, il resta en Galilée. 10 Lorsque ses frères furent montés à la fête , il y monta aussi lui-même, non publiquement , mais comme en secret. 11 Les Juifs le cherchaient pendant la fête , et disaient : Où est - il ?"


    ***********

    IOHANAN
    Chapitre 7.

    Soukot

    1. Après cela, Iéshoua‘ marche en Galil.
    Non, il ne veut pas marcher en Iehouda,
    car les Iehoudîm cherchent à le mettre à mort.
    2. La fête des Iehoudîm approche: Soukot.
    3. Ses frères lui disent donc: « Pars et va en Iehouda,
    pour que tes adeptes voient les travaux que tu fais.
    4. Non, nul ne fait rien en secret s’il cherche la publicité.
    Si tu fais tout cela, manifeste-toi toi-même à l’univers. »
    5. Car même ses frères n’adhèrent pas à lui.
    6. Iéshoua‘ leur dit: « Mon temps à moi n’est pas encore là;
    votre temps à vous est toujours prêt.
    7. L’univers ne peut vous haïr; mais moi, il me hait,
    parce que je témoigne que ses travaux sont criminels.
    8. Vous, montez à la fête; moi, je ne monterai pas à cette fête,
    parce que mon temps n’est pas encore rempli. »
    9. Il parle ainsi et demeure en Galil.
    10. Mais quand ses frères sont montés à la fête, il y monte, lui aussi,
    non pas ouvertement, mais en secret.
    11. Les Iehoudîm le cherchent donc à la fête et disent:
    « Où est-il, celui-là ? »
    12. Et les murmures le concernant sont nombreux dans la foule.
    Les uns disent: « Il est bon »; et les autres:
    « Non, mais il égare la foule. »
    13. Cependant, nul ne parle de lui librement, par crainte des Iehoudîm.
    14. C’est déjà le milieu de la fête.
    Iéshoua‘ monte au sanctuaire et il enseigne.
    15. Les Iehoudîm s’étonnent et disent:
    « Comment celui-ci peut-il connaître les lettres sans avoir été instruit ? »
    16. Iéshoua‘ leur répond et dit:
    « Mon enseignement n’est pas de moi, mais de celui qui m’a envoyé.
    17. Qui veut faire son vouloir saura au sujet de l’enseignement
    s’il est d’Elohîms ou si, moi, je parle de moi-même.
    18. Qui parle de lui-même cherche sa propre gloire;
    qui cherche la gloire de celui qui l’a envoyé,
    celui-là est véridique; il n’est pas en lui d’iniquité.
    19. Moshè ne vous a-t-il pas donné la tora ?
    Mais nul parmi vous ne pratique la tora !
    Pourquoi cherchez-vous à me tuer ? »
    20. La foule répond: « Tu as un démon ! Qui cherche à te tuer ? »
    21. Iéshoua‘ répond et leur dit:
    « J’ai fait un seul travail, et vous êtes tous étonnés.
    22. C’est pourquoi Moshè vous a donné la circoncision
    non qu’elle soit de Moshè, mais des Pères ­,
    et, le shabat, vous circoncisez un homme.
    23. Si l’homme reçoit la circoncision le shabat,
    pour que la tora de Moshè ne soit pas détruite,
    pourquoi bilez-vous contre moi quand je donne la santé
    à un homme tout entier le shabat ?
    24. Ne jugez pas sur l’apparence, mais jugez d’un juste jugement. »

    http://www.bethyeshoua.org/index.php/etudes/les-fetes/les-7-fetes-de-l-eternel/souccot/280-souccoth-fete-tabernacles

     

    Écrit par Ghennassia Paul on 3 octobre 1998. Posted in Fête des cabanes

    Notes prises au vol le samedi 3/10/98 à l’Assemblée Messianique de Bruxelles avec notes reprises du supplément au cahier TMPI n°60 de 1980

    Lévitique 23 : 33-44 L'Éternel parla à Moïse, et dit: 34 Parle aux enfants d'Israël, et dis: Le quinzième jour de ce septième mois (mois de tichri) , ce sera la fête des tabernacles en l'honneur de l' Éternel, pendant sept jours. 35 Le premier jour, il y aura une sainte convocation : vous ne ferez aucune oeuvre servile. 36 Pendant sept jours, vous offrirez à l' Éternel des sacrifices consumés par le feu. Le huitième jour, vous aurez une sainte convocation, et vous offrirez à l' Éternel des sacrifices consumés par le feu; ce sera une assemblée solennelle: vous ne ferez aucune oeuvre servile. 

    37 Telles sont les fêtes de l' Éternel ( non des fêtes juives mais des fêtes de l’Eternel que le monde entier devrait suivre ), les saintes convocations, que vous publierez, afin que l' on offre à l' Éternel des sacrifices consumés par le feu, des holocaustes, des offrandes, des victimes et des libations, chaque chose au jour fixé. 38 Vous observerez en outre les sabbats de l'Éternel, et vous continuerez à faire vos dons à l'Éternel, tous vos sacrifices pour l'accomplissement d' un voeu et toutes vos offrandes volontaires. 39 Le quinzième jour du septième mois, quand vous récolterez les produits du pays, vous célébrerez donc une fête à l' Éternel, pendant sept jours : le premier jour sera un jour de repos, et le huitième sera un jour de repos. 40 Vous prendrez, le premier jour, du fruit des beaux arbres, des branches de palmiers, des rameaux d'arbres touffus et des saules de rivière ; et vous vous réjouirez devant l'Éternel, votre Dieu, pendant sept jours. 41 Vous célébrerez chaque année cette fête à l'Éternel, pendant sept jours. C' est une loi perpétuelle pour vos descendants. Vous la célébrerez le septième mois. 42 Vous demeurerez pendant sept jours sous des tentes ; tous les indigènes en Israël demeureront sous des tentes, 43 afin que vos descendants sachent que j' ai fait habiter sous des tentes les enfants d' Israël, après les avoir fait sortir du pays d'Égypte. Je suis l' Éternel, votre Dieu. 44 C' est ainsi que Moïse dit aux enfants d'Israël quelles sont les fêtes de l'Éternel.

     

     

    Jean 7:1-11 " Après cela, Jésus parcourait la Galilée, car il ne voulait pas séjourner en Judée, parce que les Juifs cherchaient à le faire mourir. 2 Or, la fête des Juifs, la fête des Tabernacles ( Hakha Souccot ), était proche. 3 Et ses frères lui dirent: Pars d' ici, et va en Judée, afin que tes disciples voient aussi les oeuvres que tu fais. 4 Personnen' agit en secret, lorsqu' il désire paraître: si tu fais ces choses, montre -toi toi-même au monde. 5 Car ses frères non plus ne croyaient pas en lui. 6 Jésus leur dit: Mon temps n' est pas encore venu, mais votre temps est toujours prêt. 7 Le monde ne peut vous haïr; moi, il me hait, parce que je rends de lui le témoignage que ses oeuvres sont mauvaises. 8 Montez, vous, à cette fête; pour moi, je n' y monte point, parce que mon temps n' est pas encore accompli.9 Après leur avoir dit cela, il resta en Galilée. 10 Lorsque ses frères furent montés à la fête , il y monta aussi lui-même, non publiquement , mais comme en secret. 11 Les Juifs le cherchaient pendant la fête , et disaient : Où est - il ?"

     

    Calendrier

     

    Dans le 7ème mois , le mois de Tichri (appellé aussi Ethanim) il s’agit de la 3ème des grandes fêtes de ce mois : la fête des trompettes, (appellée Roch Hashana), Yom kippour, et Souccoth

    1ère fête : 1 tichri : fête du Shofar fête des trompettes devenue par tradition Roch Hachana " tête de l’année " parceque considéré à tort par le judaïsme traditionnel comme le premier mois de l’année

    Lévitique 23:24 Nombres 29:1

    3ème semaine de septembre

    3 tichri : Jeûne pour le meurtre de Guédalia ( Jérémie 41:2-6 et 2R 25:25 )

     

    2ème fête : 10 tichri : Yom Kippour 
    (Jour du pardon ou jour des propitiations " Yom Hakippourim ")  Lévitique 23:27 )

     

    3ème fête :15 tichri : Hak Ha Souccot : la dernière fête donnée par Dieu dans le calendrier biblique . On appelle ces 3 fêtes les 3 fêtes des pélérinages où les juifs venaient se déplacer à Jérusalem : Pessah, Shavouot, Souccot.Cette dernière fête , qui dure 8 jours, annonce le retour du Seigneur qui viendra régner 1000 ans dans la Jérusalem d’en bas

    Ce n’est que plus tard que viendra la Jérusalem d’en haut.

    On raconte cette histoire de téléphones rouges ou noirs, couleurs différentes suivants les communications avec d’autres pays comme les E.U. et de Russie où le président Israélien demandait le pourquoi de ces différentes couleurs au représentant américain. Le représentant arrivé à Jérusalem remarque un téléphone blanc dans le bureau juif. A son interrogation, il lui est répondu qu’il s’agit d’une communication locale avec la Jérusalem d’en haut !  .

    Cette fête apporte quelque chose d’important : " Vous apporterez toutes vos productions "

    On raconte cette histoire d’un superbe bouquet de fleurs multicolores disposé sur l’estrade d’une assemblée lors d’un culte. Un prédicateur de passage annonça en public que les chrétiens de cette assemblée avait l’aspect de la beauté du bouquet et on lui répondit que ce n’était qu’un bouquet artificiel ! Mais alors ? demanda-t-il ? d’où venait donc alors ce parfum qui en émanait ? . Il lui fût répondu qu’on l’avait parfumé au spray . L’église, serait-elle comme ce bouquet de fleurs artificiel ?

     

    DEFINITION : Que se passera-t-il lors de cette fête de souccot ?

    La fête des tabernacles est appelée en hébreu " SOUCCOTH ". C’est une fête de réjouissance, au cours de laquelle chaque famille séjournait joyeusement dans des cabanes de feuillages, se réjouissant paisiblement en chantant la louange de Dieu. Ce sera la grande réalité après le retour du Grand Roi de toute la terre.

     

    Esaïe 65:19-25

    "Je ferai de Jérusalem mon allégresse, Et de mon peuple ma joie; On n' y entendra plus Le bruit des pleurs et le bruit des cris. 20 Il n' y aura plus ni enfants ni vieillards Qui n' accomplissent leurs jours ; Car celui qui mourra à cent ans sera jeune, Et le pécheur âgé de cent ans sera maudit. 21 Ils bâtiront des maisons et les habiteront; Ils planteront des vignes et en mangeront le fruit. 22 Ils ne bâtiront pas des maisons pour qu' un autre les habite, Ils ne planteront pas des vignes pour qu'un autre en mange le fruit; Car les jours de mon peuple seront comme les jours des arbres ( les oliviers en Israël sont souvent millénaires ), Et mes élus jouiront de l' oeuvre de leurs mains. 23 Ils ne travailleront pas en vain, Et ils n' auront pas des enfants pour les voir périr; Car ils formeront une race bénie de l' Éternel, Et leurs enfants seront avec eux. 24 Avant qu' ils m' invoquent, je répondrai ; Avant qu'ils aient cessé de parler, j' exaucerai. 25 Le loup et l' agneau paîtront ensemble, Le lion, comme le boeuf, mangera de la paille, Et le serpent aura la poussière pour nourriture. Il ne se fera ni tort ni dommage Sur toute ma montagne sainte, Dit l'Éternel."

     

    Un temps de paix et de sécurité

    Apocalypse 20:1-6"Puis je vis descendre du ciel un ange, qui avait la clef de l' abîme et une grande chaîne dans sa main. 2 Il saisit le dragon, le serpent ancien, qui est le diable et Satan, et il le lia pour mille ans. 3 Il le jeta dans l' abîme, ferma et scella l' entrée au-dessus de lui, afin qu' il ne séduisît plus les nations, jusqu' à ce que les mille ans fussent accomplis. Après cela, il faut qu' il soit délié pour un peu de temps. 4 Et je vis des trônes; et à ceux qui s' y assirent fut donné le pouvoir de juger. Et je vis les âmes de ceux qui avaient été décapités à cause du témoignage de Jésus et à cause de la parole de Dieu, et de ceux qui n' avaient pas adoré la bête ni son image, et qui n'avaient pas reçu la marque sur leur front et sur leur main. Ils revinrent à la vie, et ils régnèrent avec Christ pendant mille ans. 5 Les autres morts ne revinrent point à la vie jusqu' à ce que les mille ans fussent accomplis. C' est la première résurrection. 6 Heureux et saints ceux qui ont part à la première résurrection! La seconde mort n' a point de pouvoir sur eux; mais ils seront sacrificateurs de Dieu et de Christ, et ils régneront avec lui pendant mille ans."

     

    Zacharie 14:16-19 "Tous ceux qui resteront de toutes les nations Venues contre Jérusalem Monteront chaque année Pour se prosterner devant le roi, l' Éternel des armées, Et pour célébrer la fête des tabernacles. 17 S'il y a des familles de la terre qui ne montent pas à Jérusalem Pour se prosterner devant le roi, l' Éternel des armées, La pluie ne tombera pas sur elles. 18 Si la famille d' Égypte ne monte pas, si elle ne vient pas, La pluie ne tombera pas sur elle; Elle sera frappée de la plaie dont l'Éternel frappera les nations Qui ne monteront pas pour célébrer la fête des tabernacles. 19 Ce sera le châtiment de l' Égypte, Le châtiment de toutes les nations Qui ne monteront pas pour célébrer la fête des tabernacles."

     

    On entendra les enseignements du Seigneur en personne


    Michée 4:1-5 "Il arrivera, dans la suite des temps, Que la montagne de la maison de l' Éternel Sera fondée sur le sommet des montagnes, Qu' elle s' élèvera par-dessus les collines, Et que les peuples y afflueront. 2 Des nations s' y rendront en foule, et diront: Venez, et montons à la montagne de l' Éternel, A la maison du Dieu de Jacob, Afin qu' il nous enseigne ses voies, Et que nous marchions dans ses sentiers. Car de Sion sortira la loi, Et de Jérusalem la parole de l' Éternel. 3 Il sera le juge d' un grand nombre de peuples, L' arbitre de nations puissantes, lointaines. De leurs glaives ils forgeront des hoyaux, Et de leurs lances des serpes ; Une nation ne tirera plus l' épée contre une autre, Et l' on n' apprendra plus la guerre. 4 Ils habiteront chacun sous sa vigne et sous son figuier ( les feuilles mêmes apporteront santé et guérison ) , Et il n' y aura personne pour les troubler; Car la bouche de l'Éternel des armées a parlé. 5 Tandis que tous les peuples marchent, chacun au nom de son dieu, Nous marcherons, nous, au nom de l'Éternel, notre Dieu, A toujours et à perpétuité."

     

    PROCESSUS TYPOLOGIQUE INTERESSANT DE LA FETE DES TABERNACLES

     

    • Libation ou puisage de l’eau à la source de Siloé. Dans la Mischna les rituels traditionnels expliquent qu’on remplissait un flacon que l’on transportait en procession jusqu’à la porte de l’eau, puis le shofar était sonné, les lévites plaçaient 2 coupes d’argent sur l’autel, le candélabre de 50 coudées, on dansait, on chantait et on allumait les candélabres avec de l’huile à l’heure du coq. Le son de la trompette
    • ( " TEROUAH ") signifie, d’après sa racine hébreu, " le réveil " Les lévites sonnent :

    TEQUA  1 son prolongé

    SHVARIM  3 sons brefs

    TROUA  9 sons prolongés

    Le KOHEN AGADOL , le souverain sacrificateur revêt les habits de fête, suivi de la foule, descend 7 jours en procession avec le vase d’or (symbole de la royauté) contenant 3 mesures ( le Père le Fils et le Saint-Esprit ) 15 marches vers la source de Siloé puis remonte 15 marches pendant lesquels il lit les psaumes 120 à 134

    A chaque degré on chante, et on verse la cruche sur l’autel au son du shofar puis on lit Esaïe 12 en entier. 
    Particulièrement le v3 "Vous puiserez de l'eau avec joie aux sources de Yeshoua" (du salut)

     

    Typologie :le souverain sacrificateur Yeshoua est descendu du ciel

    Daniel 7:13

    Je regardai pendant mes visions nocturnes, et voici, sur les nuées des cieux arriva quelqu' un de semblable à un fils de l' homme; il s' avança vers l' ancien des jours, et on le fit approcher de lui. 
    Pourquoi va-t-il descendre des cieux ?

    Selon l’attente d’Israël, le souverain sacrificateur descend pour répondre au cri d’Esaïe.

     

    Esaïe 63:19

    Nous sommes depuis longtemps comme un peuple que tu ne gouvernes pas, Et qui n' est point appelé de ton nom...

    Esaïe 64

    1 (63:19b) Oh! si tu déchirais les cieux, et si tu descendais, Les montagnes s'ébranleraient devant toi, 2 (64:1) Comme s' allume un feu de bois sec, Comme s'évapore l' eau qui bouillonne; Tes ennemis connaîtraient ton nom, Et les nations trembleraient devant toi. 3 (64:2) Lorsque tu fis des prodiges que nous n' attendions pas, Tu descendis, et les montagnes s' ébranlèrent devant toi.

    Le souverain sacrificateur porte un vase d’or ( l’ or est symbole de la royauté tandis que l’argent est symbole de rachat ) et il descend vers le réservoir de Siloé qui se trouve dans une dépression

    Siloé vient du mot SHILOAH l’envoyé mot qui a donné SHALIAH (= apôtre ) qui apporte la bonne nouvelle et aussi les SHLIHIMS " les envoyés " = les disciples

    Cette eau vive est l’Esprit de Dieu qui est une eau qui désaltère

    Le souverain sacrificateur lit Esaïe 12

    Esaïe 12:2-3

    Voici, Dieu est ma délivrance( Eloïm est mon " Yeshuati " délivrance même racine que Yeshua ), Je serai plein de confiance, et je ne craindrai rien; Car l'Éternel, l' Éternel est ma force et le sujet de mes louanges; C' est lui qui m' a sauvé. 3 Vous puiserez de l’eau avec joie Aux sources du salut, ...aux sources de Yeshoua... 
      
      
     

    V'Shavtem maïm bessasson 

    Mimainéi ha' Yeshoua

    V'Shavtem maïm bessasson 

    Mimainéi ha Yeshoua

    Maïm , maïm , maïm , maïm 

    maïm bessason

     

    Venez donc , venez donc boire

     A la source du salut , 

     Venez puisez avec joie, 

    A la source de Yeshoua

    Boire , Boire , Boire

    A la source de la joie

    Boire , Boire , Boire

    A la source de la foi

    Elle est bonne , Elle est douce

    Cette eau vive du Mashiah, 

    Elle est bonne , elle est douce,

    Cette eau vive de Yeshoua

     

    וּשְׁאַבְתֶּם-מַיִם, בְּשָׂשׂוֹן

     מִמַּעַיְנֵי, הַיְשׁוּעָה

    וּשְׁאַבְתֶּם-מַיִם, בְּשָׂשׂוֹן

    מִמַּעַיְנֵי, הַיְשׁוּעָה

    -מַיִם, -מַיִם, -מַיִם

    מַיִם, בְּשָׂשׂוֹן

     

     

     

    Les 15 degrés ont donné les cantiques des degrés prophétiques.

    Pourquoi Yeshoua était-il là le jour de cette fête là ?

    La Bible nous parle chaque fois du shabbat et Yeshoua a commencé son ministère le jour du shabbat. Le Seigneur pratiquait toutes les fêtes juives. Même dans Jean 10:22 on voit Yeshoua fêter une fête traditionnelle non biblique la fête de Hanoucca fête dédiée à la dédicace du temple ( instaurée à l’époque des Maccabées )

    Jean 10:22 "On célébrait à Jérusalem la fête de la Dédicace. C'était l'hiver."

    Réaction moqueuse :Même ses propres frères se moquent de lui . Sa famille entière y compris Myriam ( Marie : elle a oublié toutes les promesses de l’ange ) sont incrédules.

    Réaction de Yéshoua :envers Marie : " Femme qu’y-a-t-il entre moi et toi " Yeshoua savait la place qu’allait prendre Marie plus tard . = voir JEZABEL (Le catholicisme a mis en place le culte à Myriam)

    envers ses frères : " Mon temps n’est pas encore accompli "

    Souccot est une fête éminement messianique

    Toutes les nations viendront à Jérusalem. Dans le Talmud il est questions de 2 Messies différents : 1 premier qui souffre et 1 autre qui viendra. Dans Jean, certains juifs avaient déjà eu contact avec 
    Yéshoua et voulaient le revoir.

    Jean 7:11 "Les Juifs le cherchaient pendant la fête, et disaient: Où est- il ?"

    Jean 7:15 "Les Juifs s' étonnaient, disant: Comment connaît -il les Écritures, lui qui n' a point étudié ? " Ma doctrine n’est pas de moi " répondit-il."

    Jean 7:31 "Plusieurs parmi la foule crurent en lui, et ils disaient: Le Christ, quand il viendra, fera-t-il plus de miracles que n' en a fait celui-ci?  Le dernier jour de la fête, le 8ième jour, la veille de la fête de la Tora " Simhat Tora " au moment où le souverain sacrificateur verse l’eau, une voix se fait entendre:"Si quelqu' un a soif, qu' il vienne à moi, et qu' il boive"

    Jean 7:37-53 "Le dernier jour, le grand jour de la fête, Jésus, se tenant debout, s' écria: Si quelqu' un a soif, qu'il vienne à moi, et qu' il boive. 38 Celui qui croit en moi, des fleuves d' eau vive couleront de son sein, comme dit l' Écriture. 39 Il dit cela de l'Esprit que devaient recevoir ceux qui croiraient en lui; car l' Esprit n' était pas encore, parce que Jésus n' avait pas encore été glorifié. 40 Des gens de la foule, ayant entendu ces paroles, disaient: Celui-ci est vraiment le prophète. 41 D' autres disaient: C'est le Christ. Et d' autres disaient: Est-ce bien de la Galilée que doit venir le Christ? 42 L' Écriture ne dit -elle pas que c' est de la postérité de David, et du village de Bethléhem, où était David, que le Christ doit venir? 43 Il y eut donc, à cause de lui, division parmi la foule 44 Quelques-uns d' entre eux voulaient le saisir, mais personne ne mit la main sur lui. 45 Ainsi les huissiers retournèrent vers les principaux sacrificateurs et les pharisiens. Et ceux-ci leur dirent: Pourquoi ne l'avez-vous pas amené? 46 Les huissiers répondirent: Jamais homme n' a parlé comme cet homme. 47 Les pharisiens leur répliquèrent: Est-ce que vous aussi, vous avez été séduits? 48 Y a-t-il quelqu' un des chefs ou des pharisiens qui ait cru en lui? 49 Mais cette foule qui ne connaît pas la loi, ce sont des maudits! 50 Nicodème, qui était venu de nuit vers Jésus, et qui était l' un d' entre eux, leur dit: 51 Notre loi condamne -t-elle un homme avant qu' on l' entende et qu' on sache ce qu' il a fait? 52 Ils lui répondirent: Es-tu aussi Galiléen? Examine, et tu verras que de la Galilée il ne sort point de prophète. 53 Et chacun s' en retourna dans sa maison."

    C’est le 8ième jour que l’on entend le " grand HALLEL " HOSHIAHNA RABA

    Psaumes 118 :14-29 "L'Éternel est ma force et le sujet de mes louanges; C' est lui qui m' a sauvé. 15 Des cris de triomphe et de salut s' élèvent dans les tentes des justes: La droite de l'Éternel manifeste sa puissance! 16 La droite de l' Éternel est élevée ! La droite de l'Éternel manifeste sa puissance! 17 Je ne mourrai pas, je vivrai, Et je raconterai les oeuvres de l' Éternel. 18 L' Éternel m' a châtié, Mais il ne m' a pas livré à la mort. 19 Ouvrez -moi les portes de la justice: J' entrerai, je louerai l'Éternel. 20 Voici la porte de l' Éternel: C' est par elle qu' entrent les justes. 21 Je te loue, parce que tu m' as exaucé, Parce que tu m' as sauvé. 22 La pierre qu' ont rejetée ceux qui bâtissaient Est devenue la principale de l' angle. 23 C' est de l' Éternel que cela est venu: C'est un prodige à nos yeux. 24 C' est ici la journée que l' Éternel a faite: Qu' elle soit pour nous un sujet d' allégresse et de joie! 25 O Éternel, accorde le salut! O Éternel, donne la prospérité ! 26 Béni soit celui qui vient au nom de l' Éternel ! Nous vous bénissons de la maison de l' Éternel. 27 L' Éternel est Dieu, et il nous éclaire. Attachez la victime avec des liens, Amenez -la jusqu' aux cornes de l' autel ! 28 Tu es mon Dieu, et je te louerai ; Mon Dieu ! je t' exalterai. 29 Louez l' Éternel, car il est bon, Car sa miséricorde dure à toujours !"

    Notre époque est prophétique : les trompettes d’avertissement ont sonné. Tout le monde est actuellement dans la confusion, Israël comme le monde. " Quand le Fils de l’homme reviendra, trouvera-t-il encore de la foi sur la terre ? "

    " L’amour du plus grand nombre se refroidira "

    " Si vous ne croyez pas ce que je suis, vous mourrez dans vos péchés.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • pour une meilleure vue cliquez sur l'image 

    NIMROD

    Qui était Nimrod ?

    Bien que la Bible fournisse le fondement de toute connaissance divine, elle ne fournit parfois qu’un bref aperçu de certains événements ou de certaines personnes. Par la recherche d’informations spécifiques sur des personnes, des noms, des dates ou endroits etc., il est possible d’utiliser d’autres sources fiables.

    Nimrod a joué un rôle monumental dans le développement mondial après le Déluge. Toutefois son nom n’est mentionné dans la Bible que quatre fois. De celles-là, seulement trois le mentionne directement.

    La première se retrouve dans Genèse 10 :8-9 : « Cusch engendra aussi Nimrod; c’est lui qui commença à être puissant sur la terre. Il fut un vaillant chasseur devant l’Eternel; c’est pourquoi l’on dit: Comme Nimrod, vaillant chasseur devant l’Eternel ». La version Segond de la Bible et celle de Jérusalem ne reflètent pas correctement le contexte de ce passage. Il est vital de bien comprendre la nature de Nimrod pour bien comprendre le sens de ces versets.

    Le mot « devant » au verset 9 devrait en réalité être traduit par « en défi contre ». Le nom même — Nimrod — signifie « quelqu’un qui se rebelle » ou « rebellons-nous ». Nimrod était un chasseur, quelqu’un qui « commença à être puissant sur la Terre » un héros pour les gens et, selon la Bible de Jérusalem, un « potentat ».

    Avec ses qualités de chasseur et de guerrier, il protégea les gens contre les animaux sauvages faisant en sorte que ceux-ci se tournent vers lui plutôt que vers Elohim .  

    Le Targum de Jérusalem (une traduction en Araméen qui était utilisée au temps du  Messie dit : « Il [Nimrod] était puissant pour la chasse et pour le mal devant Elohim, car il était un chasseur des fils des hommes et il leur disait : ‘Éloignez-vous du jugement de Dieu et acceptez le jugement de Nimrod !’ c’est pourquoi l’on dit : ‘Comme Nimrod le puissant, puissant à la chasse et pour faire le mal devant Elohim , (C’est nous qui traduisons).

    BIen que nous n’endossions pas tout ce qui est dit ici, vous pouvez lire plus au sujet de Nimrod si vous recherchez ce nom dans « in A Dictionary of the Bible, par James Hastings ». Vous pouvez également en savoir plus en lisant notre brochure intitulée « La véritable ORIGINE DE NOËL ».

    Nimrod est aussi inscrit dans les généalogies trouvées dans I Chroniques 1 :10. Son nom apparaît également dans Michée 5 :6.

     http://rcg.org/fr/questions/p187-fr.html

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • QUAND MON AVOCAT PERD LA MEMOIRE AU MOMENT LE PLUS CRUCIAL DE SA PLAIDOIRIE .. 

     

    QUAND... MON AVOCAT

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    QUAND ..

    "LE SOMMEIL EST PLUS FORT QUE FB ".. 

    ET...pour une meilleure vue de l'image cliquez sur la photo 

    QUAND...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • QUAND ..

    "ON ME DIT CE A QUOI JE M ATTENDAIT "QU IL, OU ELLE,  ME DISE " ..  

                                            Cliquer sur la photo 

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  •  LUNDI....                                                                                                                                                                                            CLIQUEZ SUR LA PHOTO

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • 17 août 2013

    1 Jean 3 21 Bien-aimés, si notre coeur ne nous condamne pas, nous avons de l’assurance devant Dieu-Elohim .22 Quoi que ce soit que nous demandions, nous le recevons de Lui ( Elohim ), parce que nous gardons ses commandements et que nous faisons ce qui lui est agréable. 23 Et c’est ici Son commandement: ( Celui du Père ) que nous croyions au nom de Son Fils Yeshoua-HaMashiah ( Jésus-Christ), et que nous nous aimions les uns les autres, selon le commandement qu’Il ( le Père : notre Elohim ) nous a donné. 24Celui qui garde ses commandements demeure en Dieu-Elohim, et Dieu-Elohim en Lui ( le Père : notre Elohim ); et nous connaissons qu’Il ( le Père : notre Elohim )demeure en nous par l’Esprit qu’Il ( le Père : notre Elohim. L'Esprit qu'll nous a donné, c'est Son Esprit par lequel Il demeure en nous qui sommes son temple ) nous a donné.

     

    Yeshoua est celui qui a gardé les commandements de son Père et son Elohim en faisant toujours ce qui Lui était agréable. Voilà pourquoi il demeurait en Dieu-Elohim et Dieu-Elohim était en lui et avec lui. Voilà pourquoi son Enseignement est vérité et vie.

     

    Jean 6:63 C’est l’esprit qui vivifie ; la chair ne sert de rien. Les paroles que je vous ai dites sont esprit et vie.

     

     

     

    Comme je l'ai partagé dans mon article http://nikkos.over-blog.fr/commentaires-sur-l-enseignement-de-yeshoua-et-de-sa-doctrine# je m'attaque à une étude longue dont je ne mesure pas trop encore le chemin à parcourir et je ne sais pas trop où cela peut bien me conduire.

     

    http://nikkos.over-blog.fr/la-doctrine-de-yeshoua

     

    Cette étude est un balayage systématique des paroles de Yeshoua mentionnées dans le livre de Matthieu.

     

    En commençant ce travail, je suis de plus en plus convaincu que Yeshoua ( Jésus ) n'a jamais pensé à la chrétienté ou imaginait une nouvelle religion qui se démarquerait du judaïsme. En venant sur terre il avait qu'une seule préoccupation : annoncer le royaume d'Elohim son Père et le prêcher pour changer le cœur des gens de son peuple. Il est né dans une famille juive, qui fréquentait les synagogues, il parlait l'araméen et l'hébreu puisqu'il lisait la Torah et les rouleaux des prophètes. Il était considéré comme un maître à cause de sa connaissance de la Torah la seule Parole d'Elohim de son temps.

     

     

    Voici ses premières paroles qui nous sont rapportées dans le livre de Matthieu.

     

    Ici, c'est le cœur et le caractère de notre Rabbi qui vit pour que la justice d'Elohim soit accomplie, démontrant sa parfaite soumission à la volonté de son Père.

     

    Matthieu 3 : 13 Alors Yeshoua vint de la Galilée au Jourdain vers Jean, pour être baptisé par lui.

    14 Mais Jean s’y opposait, en disant: C’est moi qui ai besoin d’être baptisé par toi, et tu viens à moi! 15 Yeshoua lui répondit: Laisse faire maintenant, car il est convenable que nous accomplissions ainsi tout ce qui est juste. Et Jean ne lui résista plus. 16 Dès que Yeshoua eut été baptisé, il sortit de l’eau. Et voici, les cieux s’ouvrirent, et il vit l’Esprit de Dieu-Elohim-Elohim descendre comme une colombe et venir sur lui. 17 Et voici, une voix fit entendre des cieux ces paroles: Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection.

     

    Lors de sa confrontation avec le diable, Yeshoua cite la Torah comme il le fera très souvent, démontrant que son enseignement n'était pas le sien mais celui de son Père. Son message personnel initial est la repentance et le royaume d'Elohim et va de suite, associer ceux qui le suivront à sa mission : sauver des hommes.

     

    Matthieu 4 : 1 Alors Yeshoua fut emmené par l’Esprit dans le désert, pour être tenté par le diable.2 Après avoir jeûné quarante jours et quarante nuits, il eut faim. 3 Le tentateur, s’étant approché, lui dit: Si tu es Fils de Dieu-Elohim, ordonne que ces pierres deviennent des pains. 4 Yeshoua répondit: Il est écrit: L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu-Elohim...7 Yeshoua lui dit: Il est aussi écrit: Tu ne tenteras point le Seigneur, ton Dieu-Elohim.10 Yeshoua lui dit: Retire-toi, Satan! Car il est écrit: Tu adoreras le Seigneur, ton Dieu-Elohim, et tu le serviras lui seul. 17 Dès ce moment Yeshoua commença à prêcher, et à dire: Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche.19 Il leur dit: Suivez-moi, et je vous ferai pêcheurs d’hommes.

     

    Dans Matthieu 5, nous avons un de ses enseignements importants où il prend la défense et partie des gens simples au cœur ouvert., de ceux qui souffrent en leur annonçant leur rétablissement, mais aussi les gens bienveillants car ils vivront heureux sur terre, ceux qui ont faim et soif de justice, car ils seront comblés.

     

    Matthieu 5 : 2 Puis, ayant ouvert la bouche, il les enseigna, et dit: 3 Heureux les pauvres en esprit, car le royaume des cieux est à eux! 4 Heureux les affligés, car ils seront consolés! 5 Heureux les débonnaires, car ils hériteront la terre! 6 Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés! 7 Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde! 8 Heureux ceux qui ont le cœur pur, car ils verront Dieu-Elohim! 9 Heureux ceux qui procurent la paix, car ils seront appelés fils de Dieu-Elohim 10 Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car le royaume des cieux est à eux! 11 Heureux serez-vous, lorsqu’on vous outragera, qu’on vous persécutera et qu’on dira faussement de vous toute sorte de mal, à cause de moi. 12 Réjouissez-vous et soyez dans l’allégresse, parce que votre récompense sera grande dans les cieux; car c’est ainsi qu’on a persécuté les prophètes qui ont été avant vous.

     

    Yeshoua va préparer le cœur de ceux qui l'écoutent en les valorisant. Vous n'êtes pas rien : le sel de la terre la lumière du monde, soyez et faîtes en sorte d'être ainsi afin que les hommes qui vous entourent voient vos bonnes œuvres et glorifient Elohim. Je ne pense pas que tous ceux et celles qui l'écoutaient avaient atteint ce standard moral mais certainement ses paroles sont positives et propulsent les gens vers le haut.

    13 Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel perd sa saveur, avec quoi la lui rendra-t-on? Il ne sert plus qu’à être jeté dehors, et foulé aux pieds par les hommes. 14 Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée; 15 et on n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais on la met sur le chandelier, et elle éclaire tous ceux qui sont dans la maison.16 Que votre lumière luise ainsi devant les hommes, afin qu’ils voient vos bonnes oeuvres, et qu’ils glorifient votre Père qui est dans les cieux.

     

     

    Il va se positionner comme le réalisateur de la loi de Moïse et des prophètes qui l'ont précédé.

    Tout en apportant, on le verra plus tard, un message révolutionnaire : il ne détruit rien de ce qui a été fait et dit avant lui. C'est justement la force de son message. Il va mettre l'accent sur l'obéissance aux commandements d'Elohim.

    Il va non seulement confirmer les commandements de Dieu son Père mais les renforcer. Même parfois cela peut sembler excessif : au regard de la colère et de mauvais propos à l'endroit de son frère.

    17 Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir. 18 Car, je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre, jusqu’à ce que tout soit arrivé. 19 Celui donc qui supprimera l’un de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire de même, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux; mais celui qui les observera, et qui enseignera à les observer, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux. 20 Car, je vous le dis, si votre justice ne surpasse celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez point dans le royaume des cieux. 21 Vous avez entendu qu’il a été dit aux anciens: Tu ne tueras point; celui qui tuera mérite d’être puni par les juges. 22 Mais moi, je vous dis que quiconque se met en colère contre son frère mérite d’être puni par les juges; que celui qui dira à son frère: Raca! mérite d’être puni par le sanhédrin; et que celui qui lui dira: Insensé! mérite d’être puni par le feu de la géhenne. 23 Si donc tu présentes ton offrande à l’autel, et que là tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi, 24 laisse là ton offrande devant l’autel, et va d’abord te réconcilier avec ton frère; puis, viens présenter ton offrande. 25 Accorde-toi promptement avec ton adversaire, pendant que tu es en chemin avec lui, de peur qu’il ne te livre au juge, que le juge ne te livre à l’officier de justice, et que tu ne sois mis en prison.26 Je te le dis en vérité, tu ne sortiras pas de là que tu n’aies payé le dernier quadrant. 27 Vous avez appris qu’il a été dit: Tu ne commettras point d’adultère.

     

    Sa position par rapport à la convoitise va bousculer la conscience du péché chez ses auditeurs. Il y a une sorte de pression qu'il va leurs faire subir, ou il va accentuer sa position à l'égard de ce que la loi tolère. C'est le cas en ce qui concerne l'adultère par exemple. Que fait-il ? Il amène ses auditeurs à se sentir coupable pour qu'ils réalisent qu'ils ont tous besoin de repentance et de salut.

     

    28 Mais moi, je vous dis que quiconque regarde une femme pour la convoiter a déjà commis un adultère avec elle dans son coeur. 29 Si ton oeil droit est pour toi une occasion de chute, arrache-le et jette-le loin de toi; car il est avantageux pour toi qu’un seul de tes membres périsse, et que ton corps entier ne soit pas jeté dans la géhenne. 30 Et si ta main droite est pour toi une occasion de chute, coupe-la et jette-la loin de toi; car il est avantageux pour toi qu’un seul de tes membres périsse, et que ton corps entier n’aille pas dans la géhenne. 31 Il a été dit: Que celui qui répudie sa femme lui donne une lettre de divorce. 32 Mais moi, je vous dis que celui qui répudie sa femme, sauf pour cause d’infidélité, l’expose à devenir adultère, et que celui qui épouse une femme répudiée commet un adultère.

     

     

    C'est toute une suite d'énumération de commandements qui ont été enseignés de génération en générations où Yeshoua va plus loin « mais moi je vous dis » 

    33 Vous avez encore appris qu’il a été dit aux anciens: Tu ne te parjureras point, mais tu t’acquitteras envers le Seigneur de ce que tu as déclaré par serment. 34 Mais moi, je vous dis de ne jurer aucunement, ni par le ciel, parce que c’est le trône de Dieu-Elohim; 35 ni par la terre, parce que c’est son marchepied; ni par Jérusalem, parce que c’est la ville du grand roi. 36 Ne jure pas non plus par ta tête, car tu ne peux rendre blanc ou noir un seul cheveu.3 7 Que votre parole soit oui, oui, non, non; ce qu’on y ajoute vient du malin.

     

    Honnêtement, tout ce que Yeshoua enseigne est à mon sens plus difficile encore à appliquer que ce que la loi enseigne.

     

    38 Vous avez appris qu’il a été dit: oeil pour oeil, et dent pour dent. 39 Mais moi, je vous dis de ne pas résister au méchant. Si quelqu’un te frappe sur la joue droite, présente-lui aussi l’autre. 40 Si quelqu’un veut plaider contre toi, et prendre ta tunique, laisse-lui encore ton manteau. 41 Si quelqu’un te force à faire un mille, fais-en deux avec lui. 42 Donne à celui qui te demande, et ne te détourne pas de celui qui veut emprunter de toi.

     

     

    43 Vous avez appris qu’il a été dit: Tu aimeras ton prochain, et tu haïras ton ennemi. 44 Mais moi, je vous dis: Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent, 45 afin que vous soyez fils de votre Père qui est dans les cieux; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes. 46 Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez-vous? Les publicains aussi n’agissent-ils pas de même? 47 Et si vous saluez seulement vos frères, que faites-vous d’extraordinaire? Les païens aussi n’agissent-ils pas de même? 48 Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait.

     

     

    Matthieu 6 : 1 Gardez-vous de pratiquer votre justice devant les hommes, pour en être vus; autrement, vous n’aurez point de récompense auprès de votre Père qui est dans les cieux. 2 Lors donc que tu fais l’aumône, ne sonne pas de la trompette devant toi, comme font les hypocrites dans les synagogues et dans les rues, afin d’être glorifiés par les hommes. Je vous le dis en vérité, ils reçoivent leur récompense. 3 Mais quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ne sache pas ce que fait ta droite, 4 afin que ton aumône se fasse en secret; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra.

     

    Enseignement sur la prière

    5 Lorsque vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites, qui aiment à prier debout dans les synagogues et aux coins des rues, pour être vus des hommes. Je vous le dis en vérité, ils reçoivent leur récompense. 6 Mais quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme ta porte, et prie ton Père qui est là dans le lieu secret; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra. 7 En priant, ne multipliez pas de vaines paroles, comme les païens, qui s’imaginent qu’à force de paroles ils seront exaucés. 8 Ne leur ressemblez pas; car votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant que vous le lui demandiez. 9 Voici donc comment vous devez prier: Notre Père qui es aux cieux! Que ton nom soit sanctifié; 10 que ton règne vienne; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. 11 Donne-nous aujourd’hui notre pain quotidien; 12 pardonne-nous nos offenses, comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés; 13 ne nous induis pas en tentation, mais délivre-nous du malin. Car c’est à toi qu’ appartiennent, dans tous les siècles, le règne, la puissance et la gloire. Amen!

     

    Enseignement sur le pardon

    14 Si vous pardonnez aux hommes leurs offenses, votre Père céleste vous pardonnera aussi; 15 mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père ne vous pardonnera pas non plus vos offenses. 16 Lorsque vous jeûnez, ne prenez pas un air triste, comme les hypocrites, qui se rendent le visage tout défait, pour montrer aux hommes qu’ils jeûnent. Je vous le dis en vérité, ils reçoivent leur récompense. 17 Mais quand tu jeûnes, parfume ta tête et lave ton visage, 18 afin de ne pas montrer aux hommes que tu jeûnes, mais à ton Père qui est là dans le lieu secret; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra.

     

    Enseignement sur l'argent et les biens matériels.

    19 Ne vous amassez pas des trésors sur la terre, où la teigne et la rouille détruisent, et où les voleurs percent et dérobent; 20 mais amassez-vous des trésors dans le ciel, où la teigne et la rouille ne détruisent point, et où les voleurs ne percent ni ne dérobent. 21 Car là où est ton trésor, là aussi sera ton coeur. 22 L’oeil est la lampe du corps. Si ton oeil est en bon état, tout ton corps sera éclairé; 23 mais si ton oeil est en mauvais état, tout ton corps sera dans les ténèbres. Si donc la lumière qui est en toi est ténèbres, combien seront grandes ces ténèbres! 24 Nul ne peut servir deux maîtres. Car, ou il haïra l’un, et aimera l’autre; ou il s’attachera à l’un, et méprisera l’autre. Vous ne pouvez servir Dieu-Elohim et Mamon. 25 C’est pourquoi je vous dis: Ne vous inquiétez pas pour votre vie de ce que vous mangerez, ni pour votre corps, de quoi vous serez vêtus. La vie n’est-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement? 26 Regardez les oiseaux du ciel: ils ne sèment ni ne moissonnent, et ils n’amassent rien dans des greniers; et votre Père céleste les nourrit. Ne valez-vous pas beaucoup plus qu’eux? 27 Qui de vous, par ses inquiétudes, peut ajouter une coudée à la durée de sa vie? 28 Et pourquoi vous inquiéter au sujet du vêtement? Considérez comment croissent les lis des champs: ils ne travaillent ni ne filent; 29 cependant je vous dis que Salomon même, dans toute sa gloire, n’a pas été vêtu comme l’un d’eux. 30 Si Dieu-Elohim revêt ainsi l’herbe des champs, qui existe aujourd’hui et qui demain sera jetée au four, ne vous vêtira-t-il pas à plus forte raison, gens de peu de foi? 31 Ne vous inquiétez donc point, et ne dites pas: Que mangerons-nous? que boirons-nous? de quoi serons-nous vêtus? 32 Car toutes ces choses, ce sont les païens qui les recherchent. Votre Père céleste sait que vous en avez besoin. 33 Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu-Elohim; et toutes ces choses vous seront données par-dessus. 34 Ne vous inquiétez donc pas du lendemain; car le lendemain aura soin de lui-même. A chaque jour suffit sa peine.

     

    Matthieu 7 : 1 

     

    28 Après que Yeshoua ( Yeshoua ( Jésus ) ) eut achevé ces discours

     

     

    Matthieu 8 : 1 Lorsque Yeshoua ( Yeshoua ( Jésus ) ) fut descendu de la montagne, une grande foule le suivit.2 Et voici, un lépreux s’étant approché se prosterna devant lui, et dit: Seigneur, si tu le veux, tu peux me rendre pur.

     

    14 Yeshoua ( Yeshoua ( Jésus ) ) se rendit ensuite à la maison de Pierre, dont il vit la belle-mère couchée et ayant la fièvre. 15 Il toucha sa main, et la fièvre la quitta; puis elle se leva, et le servit.

     

    16 Le soir, on amena auprès de Yeshoua ( Yeshoua ( Jésus ) ) plusieurs démoniaques. Il chassa les esprits par sa parole, et il guérit tous les malades,17 afin que s’accomplît ce qui avait été annoncé par Esaïe, le prophète: Il a pris nos infirmités, et il s’est chargé de nos maladies. 18 Yeshoua ( Yeshoua ( Jésus ) ), voyant une grande foule autour de lui, donna l’ordre de passer à l’autre bord.

     

    19 Un scribe s’approcha, et lui dit: Maître, je te suivrai partout où tu iras. 20 Yeshoua ( Yeshoua ( Jésus ) ) lui répondit: Les renards ont des tanières, et les oiseaux du ciel ont des nids; mais le Fils de l’homme n’a pas où reposer sa tête.

     

    21 Un autre, d’entre les disciples, lui dit: Seigneur, permets-moi d’aller d’abord ensevelir mon père. 22 Mais Yeshoua ( Yeshoua ( Jésus ) ) lui répondit: Suis-moi, et laisse les morts ensevelir leurs morts.

     

    23 Il monta dans la barque, et ses disciples le suivirent. 24 Et voici, il s’éleva sur la mer une si grande tempête que la barque était couverte par les flots. Et lui, il dormait. 25 Les disciples s’étant approchés le réveillèrent, et dirent: Seigneur, sauve-nous, nous périssons! 26 Il leur dit: Pourquoi avez-vous peur, gens de peu de foi? Alors il se leva, menaça les vents et la mer, et il y eut un grand calme. 27 Ces hommes furent saisis d’étonnement: Quel est celui-ci, disaient-ils, à qui obéissent même les vents et la mer?

     

    28 Lorsqu’il fut à l’autre bord, dans le pays des Gadaréniens, deux démoniaques, sortant des sépulcres, vinrent au-devant de lui. Ils étaient si furieux que personne n’osait passer par là.

    29 Et voici, ils s’écrièrent: Qu’y a-t-il entre nous et toi, Fils de Dieu-Elohim? Es-tu venu ici pour nous tourmenter avant le temps? 30 Il y avait loin d’eux un grand troupeau de pourceaux qui paissaient. 31 Les démons priaient Yeshoua ( Yeshoua ( Jésus ) ), disant: Si tu nous chasses, envoie-nous dans ce troupeau de pourceaux. 32 Il leur dit:Allez!

     

    Matthieu 9 : 2 Et voici, on lui amena un paralytique couché sur un lit. Yeshoua ( Yeshoua ( Jésus ) ), voyant leur foi, dit au paralytique:Prends courage, mon enfant, tes péchés te sont pardonnés.

     

    3 Sur quoi, quelques scribes dirent au dedans d’eux: Cet homme blasphème.4 Et Yeshoua ( Yeshoua ( Jésus ) ), connaissant leurs pensées, dit: Pourquoi avez-vous de mauvaises pensées dans vos coeurs? 5 Car, lequel est le plus aisé, de dire: Tes péchés sont pardonnés, ou de dire: Lève-toi, et marche? 6 Or, afin que vous sachiez que le Fils de l’homme a sur la terre le pouvoir de pardonner les péchés: Lève-toi, dit-il au paralytique, prends ton lit, et va dans ta maison. 7 Et il se leva, et s’en alla dans sa maison.

     

    8 Quand la foule vit cela, elle fut saisie de crainte, et elle glorifia Dieu-Elohim, qui a donné aux hommes un tel pouvoir.

     

    9 De là étant allé plus loin, Yeshoua ( Yeshoua ( Jésus ) ) vit un homme assis au lieu des péages, et qui s’appelait Matthieu. Il lui dit:Suis-moi. Cet homme se leva, et le suivit.

     

    10 Comme Yeshoua ( Yeshoua ( Jésus ) ) était à table dans la maison, voici, beaucoup de publicains et de gens de mauvaise vie vinrent se mettre à table avec lui et avec ses disciples. 11 Les pharisiens virent cela, et ils dirent à ses disciples: Pourquoi votre maître mange-t-il avec les publicains et les gens de mauvaise vie? 12 Ce que Yeshoua ( Yeshoua ( Jésus ) ) ayant entendu, il dit: Ce ne sont pas ceux qui se portent bien qui ont besoin de médecin, mais les malades. 13 Allez, et apprenez ce que signifie: Je prends plaisir à la miséricorde, et non aux sacrifices. Car je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs.

     

    14 Alors les disciples de Jean vinrent auprès de Yeshoua ( Yeshoua ( Jésus ) ), et dirent: Pourquoi nous et les pharisiens jeûnons-nous, tandis que tes disciples ne jeûnent point? 15 Yeshoua ( Yeshoua ( Jésus ) ) leur répondit: Les amis de l’époux peuvent-ils s’affliger pendant que l’époux est avec eux? Les jours viendront où l’époux leur sera enlevé, et alors ils jeûneront. 16 Personne ne met une pièce de drap neuf à un vieil habit; car elle emporterait une partie de l’habit, et la déchirure serait pire. 17 On ne met pas non plus du vin nouveau dans de vieilles outres; autrement, les outres se rompent, le vin se répand, et les outres sont perdues; mais on met le vin nouveau dans des outres neuves, et le vin et les outres se conservent.

     

    18 Tandis qu’il leur adressait ces paroles, voici, un chef arriva, se prosterna devant lui, et dit: Ma fille est morte il y a un instant; mais viens, impose-lui les mains, et elle vivra. 19 Yeshoua ( Jésus )) se leva, et le suivit avec ses disciples.

     

    20 Et voici, une femme atteinte d’une perte de sang depuis douze ans s’approcha par derrière, et toucha le bord de son vêtement. 21 Car elle disait en elle-même: Si je puis seulement toucher son vêtement, je serai guérie. 22 Yeshoua ( Jésus ) se retourna, et dit, en la voyant:Prends courage, ma fille, ta foi t’a guérie. Et cette femme fut guérie à l’heure même.

     

    23 Lorsque Yeshoua ( Yeshoua ( Jésus ) ) fut arrivé à la maison du chef, et qu’il vit les joueurs de flûte et la foule bruyante,24 il leur dit:Retirez-vous; car la jeune fille n’est pas morte, mais elle dort. Et ils se moquaient de lui.25 Quand la foule eut été renvoyée, il entra, prit la main de la jeune fille, et la jeune fille se leva. 26 Le bruit s’en répandit dans toute la contrée.

     

    27 Etant parti de là, Yeshoua ( Jésus ) ) fut suivi par deux aveugles, qui criaient: Aie pitié de nous, Fils de David! 28 Lorsqu’il fut arrivé à la maison, les aveugles s’approchèrent de lui, et Yeshoua ( Jésus ) ) leur dit: Croyez-vous que je puisse faire cela? Oui, Seigneur, lui répondirent-ils.28 Lorsqu’il fut arrivé à la maison, les aveugles s’approchèrent de lui, et Yeshoua ( Jésus ) ) leur dit: Croyez-vous que je puisse faire cela? Oui, Seigneur, lui répondirent-ils.29 Alors il leur toucha les yeux, en disant: Qu’il vous soit fait selon votre foi.30 Et leurs yeux s’ouvrirent. Yeshoua ( Jésus ) ) leur fit cette recommandation sévère: Prenez garde que personne ne le sache. 31 Mais, dès qu’ils furent sortis, ils répandirent sa renommée dans tout le pays.

     

    32 Comme ils s’en allaient, voici, on amena à Yeshoua ( Yeshoua ( Jésus ) ) un démoniaque muet.33 Le démon ayant été chassé, le muet parla. Et la foule étonnée disait: Jamais pareille chose ne s’est vue en Israël.34 Mais les pharisiens dirent: C’est par le prince des démons qu’il chasse les démons.35 Yeshoua ( Jésus ) parcourait toutes les villes et les villages, enseignant dans les synagogues, prêchant la bonne nouvelle du royaume, et guérissant toute maladie et toute infirmité. 36 Voyant la foule, il fut ému de compassion pour elle, parce qu’elle était languissante et abattue, comme des brebis qui n’ont point de berger.37 Alors il dit à ses disciples: La moisson est grande, mais il y a peu d’ouvriers.38 Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers dans sa moisson.

     

     

    Volontairement je minimise mes commentaires pour que chacun mesure et trouve l'essence même de l'enseignement de notre Rabbi.

    « Les paroles que je vous ai dites sont esprit et vie. »

     

    Suite  à venir ..

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  •  La Loi et le péché.

     Article de Let Us Reason Ministries.

     http://esaie.free.fr/pdv/articles/A59.loi_et_peche.htm

    L'original anglais de cet article peut être consulté à l'adresse suivante :

     http://www.letusreason.org/7thAd19.htm

      

    Reproduction autorisée, à condition qu'elle soit intégrale.

      

    Il existe une relation étroite entre la loi et le péché. Car c'est la loi qui représente l'étalon de mesure du péché. "Parce que la loi produit la colère, et que là où il n'y a point de loi il n'y a point non plus de transgression" (Rom. 4:15).

     

     

     

    La loi ne concerne pas seulement les Dix Commandements. Le péché est toujours la transgression de la loi, mais tout péché n'est pas uniquement une transgression des Dix Commandements.

     

     

     

    La loi garde l'homme à l'intérieur de certaines limites. "Car jusqu'à la loi le péché était dans le monde. Or, le péché n'est pas imputé, quand il n'y a point de loi" (Rom. 5:13). Cela nous montre que le péché était présent avant que les Dix Commandements soient donnés. Dieu avait pourtant donné de nombreux commandements auparavant. C'étaient des lois orales données à ceux que Dieu voulait instruire.

     

     

     

    L'histoire nous prouve que le péché est une transgression. Par exemple, des anges ont péché (2 Pierre 2:4). Cela signifie qu'ils avaient dépassé les limites que Dieu leur avait fixées. Adam a péché, mais ce n'était pas contre les Dix Commandements (Rom. 5:12). Les seuls commandements donnés par Dieu à Adam étaient d'entretenir le jardin, de lui faire porter du fruit, et de ne pas manger du fruit de l'arbre de la connaissance du bien et du mal. Cela ne fait aucunement référence aux Dix Commandements. Les Sodomites ont péché (Genèse 13:13). Les Gentils "qui n'ont pas la loi" ont aussi péché (Rom. 2:12-14).

     

     

     

    Nous pouvons voir que le péché va au-delà de la violation des Dix Commandements, appelés encore "Décalogue." Dans le Nouveau Testament, l'apôtre Jean a dit : "Toute iniquité est un péché" (1 Jean 5:17). Le fait de négliger de faire le bien est un péché (Jacques 4:17). L'incrédulité est un péché (Rom. 14:33). Ces péchés ne constituent pas une transgression du Décalogue. Il y a de nombreuses transgressions dont le Décalogue ne parle pas.

     

     

     

    Dieu nous dit que la loi a été donnée pour pouvoir mesurer le péché de manière précise. "Or, la loi est intervenue pour que l'offense abondât, mais là où le péché a abondé, la grâce a surabondé" (Rom. 5:20). Le but de la loi était d'accroître notre aptitude à pécher, afin de faire abonder la pratique du péché, afin que celui-ci devienne évident. "Car nul ne sera justifié devant lui par les œuvres de la loi, puisque c'est par la loi que vient la connaissance du péché" (Rom. 3:20).

     

     

     

    C'est cette loi que mentionne Paul, la loi qui nous condamne et nous rend coupables. Elle inclut les Dix Commandements, et tout ce qui est contraire à Dieu. La loi a été donnée pour prouver à l'homme qu'il ne pouvait pas satisfaire les exigences de Dieu. Si vous vous mettez sous la loi, vous aller pécher. La loi n'a aucune puissance contre le péché. Elle sert à montrer à ceux qui marchent par la chair qu'ils sont incapables d'obéir à Dieu.

     

     

     

    Le mot "péché" correspond à différents mots hébreux et grecs. Tout péché est une violation de la loi ou d'un commandement de Dieu. Chaque mot a un sens légèrement différent selon la violation commise. Toutes ces descriptions du péché peuvent être résumées dans cette définition : le péché caractérise tout ce qui est contraire à la nature parfaite de Dieu, et qui viole Ses commandements. On pèche lorsqu'on offense ou blesse quelqu'un, que ce soit Dieu ou un être humain. Tout péché est une offense contre Dieu, car en péchant nous transgressons Ses commandements, qu'il s'agisse d'une parole, d'une loi ou d'une personne.

     

     

     

    "Parce que la loi produit la colère, et que là où il n'y a point de loi il n'y a point non plus de transgression" (Rom. 4:15). La loi représente un étalon qui doit nous convaincre que nous sommes des pécheurs. Si la loi est bien une transgression de la loi, elle est bien plus que cela, car les transgressions ne sont qu'une catégorie particulière de péchés.

     

     

     

    Chaque définition du péché donne l'idée d'un but que nous ne pouvons pas atteindre, ou d'une ligne que nous avons délibérément ou involontairement franchie.

     

     

     

    Un premier mot grec traduit par "péché" est "hamartia." Il signifie "manquer le but," ou "toucher une autre cible." Observer parfaitement la loi signifie que nous touchons toujours le centre de la cible. Personne ne peut y parvenir !

     

     

     

    Un autre mot grec est "adikia." Il signifie "injustice, iniquité." Les autres mots grecs traduits par "péché" sont les suivants :

     

     

     

    "Poneira" : signifie "méchanceté, vice ou bestialité." Il s'agit d'une corruption intérieure, qui déforme et pervertit le caractère.

     

     

     

    "Parabasis" : correspond à l'hébreu "pesha" et signifie "révolte (nationale, morale ou religieuse), rébellion, transgression, violation, contravention." Il s'agit de la violation consciente d'une loi définie et promulguée. Cette violation représente une transgression caractérisée, afin que la conscience du péché soit intensifiée, et que le désir d'une rédemption soit stimulé.

     

     

     

    "Anomia" : signifie "dérèglement, désordre, licence, anarchie."

     

     

     

    Jacques nous explique comment se produit le péché : "Mais chacun est tenté quand il est attiré et amorcé par sa propre convoitise. Puis la convoitise, lorsqu'elle a conçu, enfante le péché ; et le péché, étant consommé, produit la mort" (Jacques 1:14-15).

     

     

     

    La source du péché ne se situe pas à l'extérieur de l'homme, mais à l'intérieur. Nous sommes amorcés par notre propre convoitise. Le mot grec traduit par "amorcé" signifie : "attiré dans un piège." Il ne s'agit pas d'un acte unique, mais d'un processus, qui commence dans notre cœur. On pourrait dire que la source réelle du péché est une maladie de cœur, causée par notre nature humaine déchue.

     

     

     

    La loi ne peut pas changer le cœur de l'homme. Tout ce qu'elle peut faire, c'est révéler le problème. Elle est très bonne pour diagnostiquer le problème, mais incapable de le résoudre. Elle ne peut changer le cœur de l'homme, car la loi est impuissante dans ce domaine. Elle met le doigt sur le péché, donne une conviction de péché, et produit la culpabilité. Mais elle ne peut rien faire d'autre.

     

     

     

    Voici ce que peut faire la loi :

       

     

    • Révéler la sainteté de Dieu. Dieu a fixé des règles de justice. Tous ceux qui veulent avoir une relation correcte avec Dieu doivent respecter ces règles. Mais nous ne trouvons aucun homme dans la Bible qui ait été capable d'observer la loi pour obtenir le salut. Le salut n'est jamais donné par les œuvres. Il est toujours reçu par la foi.

     

     

     

    • Tracer pour Israël un cadre bien défini pour sa marche avec Dieu, et pour le culte qui doit Lui être rendu ; unifier et mettre à part Israël en tant que nation ; les séparer des autres nations qui les entouraient, et qui adoraient des faux dieux. Les Juifs devinrent un peuple à part, qui se distinguait des autres dans le culte rendu à Dieu, l'alimentation, l'habillement, et même la manière de se raser la barbe ! (Voir le Livre du Lévitique).

     

     

     

    • Révéler la nature pécheresse de l'homme (Rom. 3:9) et pousser l'homme à pécher davantage (Rom. 4:15 et 5:20). Il est écrit dans 1 Cor. 15:56 que "la puissance du péché, c'est la loi." Avant la loi, l'homme était déjà un pécheur, mais pas un transgresseur. Quand la loi est venue, nous avons disposé d'un "code," mais notre nature nous a poussés à pécher davantage.

     

     

     

    • Offrir une expiation, par l'effusion du sang (Héb. 9:22). Le système des sacrifices préfigurait Christ, et permettait de couvrir le péché. Mais il n'ôtait pas le péché (Héb. 10:11). Il fallait sans cesse renouveler les sacrifices.

     

     

     

    • Elever un mur de séparation entre les Juifs et les Gentils, afin que ces derniers ne participent pas aux bénédictions réservées à Israël. Les Gentils, pour avoir part à ces bénédictions, devaient devenir des prosélytes, pour se joindre à une nation qui était régie par une théocratie (Eph. 2:14-15).

     

     

     

    • Révéler le Messie et pousser les hommes à croire en Lui, afin d'être sauvés (Gal. 3:23 et Rom. 8:1-4).

     

       

    Pour revenir au point 3 ci-dessus et le développer, la loi nous montre à quel point nous sommes coupables, et les prophètes nous disent ce que nous devions faire. Si nous ne pouvons pas écouter ce qui va changer notre conscience, nous n'allons certainement pas écouter pourquoi nous devons la changer.

     

     

     

    En hébreu, "loi" se dit "torah," et en grec, "nomos." La loi forme toujours un tout et ne peut pas être scindée.

     

     

     

    "Car quiconque observe toute la loi, mais pèche contre un seul commandement, devient coupable de tous" (Jacques 2:10).

     

     

     

    La loi était temporaire. "Pourquoi donc la loi ? Elle a été donnée ensuite à cause des transgressions, jusqu'à ce que vînt la postérité à qui la promesse avait été faite" (Gal. 3:19). La loi devait rendre le péché apparent et manifeste. La venue de Christ marque la fin de la dispensation de la loi pour tous ceux qui croient.

     

     

     

    La loi rend tous les hommes coupables : "Or, nous savons que tout ce que dit la loi, elle le dit à ceux qui sont sous la loi, afin que toute bouche soit fermée, et que tout le monde soit reconnu coupable devant Dieu. Car nul ne sera justifié devant lui par les œuvres de la loi, puisque c'est par la loi que vient la connaissance du péché." (Rom. 3:19-20).

     

     

     

    La loi n'est pas le seul moyen de révéler la nature de péché. "Car jusqu'à la loi le péché était dans le monde. Or, le péché n'est pas imputé, quand il n'y a point de loi. Cependant la mort a régné depuis Adam jusqu'à Moïse, même sur ceux qui n'avaient pas péché par une transgression semblable à celle d'Adam, lequel est la figure de celui qui devait venir" (Rom. 5:13-14).

     

     

     

    La loi a été donnée pour accroître le péché : "Pour moi, étant autrefois sans loi, je vivais ; mais quand le commandement vint, le péché reprit vie, et moi je mourus. Ainsi, le commandement qui conduit à la vie se trouva pour moi conduire à la mort. Car le péché saisissant l'occasion, me séduisit par le commandement, et par lui me fit mourir" (Rom. 7:9-11). "Or, la loi est intervenue pour que l'offense abondât, mais là où le péché a abondé, la grâce a surabondé, afin que, comme le péché a régné par la mort, ainsi la grâce régnât par la justice pour la vie éternelle, par Jésus-Christ notre Seigneur" (Rom. 5:20-21). "Pourquoi donc la loi ? Elle a été donnée ensuite à cause des transgressions" (Gal. 3:19).

     

     

     

    "L'aiguillon de la mort, c'est le péché ; et la puissance du péché, c'est la loi" (1 Cor. 15:56). Cela signifie que plus on veut obéir à la loi, plus on stimule notre nature de péché. Cela finit par produire la mort. En d'autres termes, la nature de péché se nourrit de la loi. Elle tire sa puissance de la loi.

     

     

     

    La loi produit la colère : "Parce que la loi produit la colère, et que là où il n'y a point de loi il n'y a point non plus de transgression" (Rom. 4:15).

     

     

     

    La loi était temporaire : "Pourquoi donc la loi ? Elle a été donnée ensuite à cause des transgressions, jusqu'à ce que vînt la postérité à qui la promesse avait été faite" (Gal. 3:19). "Avant que la foi vînt, nous étions enfermés sous la garde de la loi, en vue de la foi qui devait être révélée. Ainsi la loi a été comme un pédagogue pour nous conduire à Christ, afin que nous fussions justifiés par la foi. La foi étant venue, nous ne sommes plus sous ce pédagogue" (versets 23-25).

     

     

     

    La loi tue, et n'a jamais donné la vie à personne. "En effet, la loi de l'esprit de vie en Jésus-Christ m'a affranchi de la loi du péché et de la mort. Car chose impossible à la loi, parce que la chair la rendait sans force, Dieu a condamné le péché dans la chair, en envoyant, à cause du péché, son propre Fils dans une chair semblable à celle du péché, et cela afin que la justice de la loi fût accomplie en nous, qui marchons, non selon la chair, mais selon l'esprit" (Rom. 8:2-4). "Mais maintenant, nous avons été dégagés de la loi, étant morts à cette loi sous laquelle nous étions retenus, de sorte que nous servons dans un esprit nouveau, et non selon la lettre qui a vieilli" (Rom. 7:6).

     

     

     

    La loi n'a pas poussé les Israélites à vivre une vie sainte. Ils n'ont pas été victorieux et ont fini dans l'échec. Même Moïse, qui était l'homme le plus humble de la terre, et qui avait reçu la loi de Dieu, a violé une loi qui n'était pas écrite dans la loi : il n'a pas cru en Dieu, pour Le sanctifier aux yeux des enfants d'Israël (Nombres 20:12). A cause de cela, il ne put entrer dans la terre promise. Tout le peuple est mort dans le désert, sauf deux hommes.

     

     

     

    Ce n'est pas la loi qui conduira le peuple de Dieu au Paradis. Deutéronome 31 montre que les deux hommes qui ne sont pas morts dans le désert, et qui ont pu entrer dans la terre promise, avaient un autre Esprit en eux. Ils avaient la foi ! Ceci vous prouve que vous ne pourrez jamais entrer dans la terre promise si vous n'avez pas la foi. C'est la raison pour laquelle Moïse n'a pas pu entrer dans la terre promise. Son exemple nous montre que nous non plus, nous ne pourrons pas y entrer par nos propres efforts, c'est-à-dire en voulant respecter la loi.

     

     

     

    Le Livre des Actes nous montre que le peuple de Dieu a été retranché, quand Dieu S'est tourné vers les Gentils. Les légalistes proclament qu'il est condamnable de ne pas respecter la loi. En réalité, c'est le contraire qui est vrai ! Car Paul a dit dans l'épître aux Galates que vous ne pouvez pas mélanger la foi et la loi. Comme les Israélites, qui ne devaient pas porter de vêtements tissés avec deux sortes de fils" (Lév. 19:19).

     

     

     

    Israël a été retranché à cause de son incrédulité. Il n'a pas eu la foi. Romains 11 nous dit qu'ils s'efforçaient d'être justifiés par la loi. Paul nous demande de ne pas nous faire circoncire. Cela, aucun Juif ne l'a jamais demandé. Pourquoi ? Parce que ce qui compte pour Dieu, c'est la circoncision du cœur, pas celle de la chair. Ce qui compte, c'est d'être en Christ, pas de suivre la loi. Dans la Bible, la chair est synonyme de la loi, et l'Esprit de la grâce. Le Nouveau Testament nous montre que celui qui tente de vivre selon la loi ne fait que ressusciter le péché. Le péché ne peut être vaincu que par la grâce.

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Deux aveugles, deux aveuglés

     

    Deux aveugles, deux aveuglés

    Luc 6,39-42

    Jésus - Yeshoua vise trois sortes d'aveuglement, et des trois il faut nous méfier.

    ² D'abord l'aveuglement total de ceux qui n'ont jamais vu ou qui ne verront plus jamais.
    Nos frères qui sont physiquement aveugles connaissent bien leur handicap; et même s'ils mettent leur point d'honneur à ne pas demander d'aide, ils ne se risqueraient pas à guider un autre non-voyant.
    C'est bien pourtant ce qui arrive en cas d'aveuglement spirituel: plus un homme ignore qu'il ne voit pas et plus il met en danger ceux qui l'entourent et lui font confiance. C'est cette illusion redoutable que Jésus-Yeshoua , dans Saint Matthieu, reproche par deux fois aux Pharisiens: "Malheureux êtes-vous, guides aveugles!" (23,16.19); et il met ses disciples en garde contre leurs prétentions: "Laissez-les: ce sont des aveugles qui guident des aveugles" (15,14), ce sont des plants que mon Père n'a pas plantés: il n'a donné à ces hommes aucun mandat, aucune autorité, aucune lumière spéciale. Paul, à son tour, se montrera sévère pour la suffisance " des faux maîtres" :

    "Toi qui te reposes sur la Loi et qui mets ton orgueil en ton Dieu-Elohim , toi qui connais sa volonté, toi qui, instruit par la Loi, discernes l'essentiel, toi qui es convaincu d'être le guide des aveugles, la lumière de ceux qui sont dans les ténèbres (...), toi qui enseignes autrui, tu ne t'enseignes pas toi-même!" (Rm 2,17-21).

    Ne pas voir la vérité n'est pas forcément une faute; mais ce qui fausse la conscience, c'est de se croire détenteur de la lumière. C'est ainsi que Jésus-Yeshoua répliquait à ses adversaires Pharisiens: "Si vous étiez des aveugles, vous n'auriez pas de péché. Mais à présent vous dites: 'Nous voyons', et votre péché demeure"(Jn 9,41). Cet aveuglement volontaire, qui mène aux ténèbres du refus, Jésus-Yeshoua le stigmatise au moment où l'aveugle-né, guéri, se prosterne devant lui: "Je suis venu en ce monde pour un discernement (krisis), afin que ceux qui ne voyaient pas voient et que ceux qui voyaient deviennent aveugles!" (Jn 9,39).

    Nous connaissons, nous aussi, cette cécité coupable, l'aveuglement par refus de la lumière. Nous en faisons l'expérience avec tristesse lorsque nous occultons en nous des zones de la pensée ou du senti profond que nous n'avons pas envie d'éclairer ni de convertir, lorsque nous nous fermons à des dialogues qui seraient libérateurs, lorsque, tournant le dos au bien communautaire et à toute réciprocité, nous défendons des privilèges, des coins d'ombre, ou des manières de voir gratifiantes.

    ² Après le péché des aveugles, le péché des aveuglés.
    Ils voient bien d'un œil, mais l'autre est aveuglé par un "corps étranger", comme on dit. S'ils acceptaient de l'aide, on les plaindrait volontiers et l'on s'affairerait autour d'eux. Au lieu de cela, ils ont l'audace, eux qui voient tout trouble de leur œil larmoyant, de se proposer pour un travail tout de finesse et de précision: enlever un fétu de l'œil d'un voisin.
    Ces gens-là sont peut-être inconscients; en tout cas ils sont dangereux. Ce sont les partisans d'une correction fraternelle intrépide, sans nuances ni discernement, les réformateurs impatients de leur communauté en fonction de leurs allergies ou de leurs idées fixes, ou les censeurs de l'Église, coupable à leurs yeux de toutes les lenteurs et de toutes les étroitesses, ou de certains compromis qu'ils ont eux-mêmes prétendument dépassés.
    Ils ne se demandent jamais: "D'où vient que mon œil pleure et m'aveugle? Quel est ce corps étranger qui trouble ma vue?" 

    ² Et Jésus-Yesoua de nous mettre en garde contre un troisième type d'aveuglement: l'aveuglement intellectuel du disciple qui veut en remontrer à son Maître, qui ne s'estime pas heureux de rejoindre humblement sa pensée, et qui voudrait récrire l'Évangile ou préciser à ses frères chrétiens ( ou même disciples ) ce qu'ils peuvent retenir du Credo. 
    Lorsque nous sentons monter en nous la tentation de reprendre à nous seuls les rênes de notre vie, de nous appuyer de nouveau sur nos évidences et de tout construire sur notre propre senti, quel est le bon réflexe, quel est le raccourci vers la guérison, sinon de nous approcher avec confiance de Jésus-Yeshoua lumière du monde, de recevoir avec humilité la boue qu'il met sur nos yeux, et d'aller nous laver à la piscine de l'Envoyé, le Siloé de la miséricorde?

    j.leveque

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Un rare document d’Oskar Schindler daté de la guerre mis aux enchères

    http://www.lemondejuif.info/un-rare-document-doskar-schindler-date-de-la-guerre-mis-aux-encheres/
    note de Dorcas: les actes parlent plus que les " beaux mots"   

    Par Eric Hazan

     

    Une collection de documents rares appartenant à Oskar Schindler a été mise aux enchères en ligne aux Etats-Unis.

    28864232e

    Oskar Schindler, un industriel allemand, a sauvé durant la Shoah plus de 1 100 Juifs en les faisant travailler dans ses fabriques d’émail et de munitions situées respectivement en Pologne et en République tchèque. Il avait reçu, à titre posthume, en 1993, le titre de Juste parmi les nations de la part de l’Etat d’Israël et du Mémorial de la Shoah de Yad Vashem, à Jérusalem.

    Les listes d’employés qu’il avait soumises aux nazis sont passées à la postérité sous le nom de “Liste de Schindler”.

    Parmi les documents vendus en ligne figure une lettre d’une page écrite en allemand et signée de la main d’Oskar Schindler. Datée du 22 août 1944, elle a été envoyée de son usine d’ustensiles en émail de Cracovie en Pologne où il employait plus de 1.000 Juifs d’un camp de concentration voisin, a expliqué mercredi Bobby Livingston, vice-président de RR Auction, une maison d’enchères du New Hampshire.

    “Nous n’avons jamais vu de document Schindler daté de la guerre”, ajoute Livingston. “C’est exceptionnellement rare.”

    Il s’agit d’une lettre d’introduction pour un des employés de Schindler, Adam Dziedzic, s’occupant du transfert de l’usine à Brnnec (Brunnlitz), dans la région des Sudètes, en République tchèque aujourd’hui.

    Schindler avait été informé dans le courant de l’été 1944 que les nazis prévoyaient de fermer les usines ne participant pas à l’effort de guerre. Grâce à des pots-de-vin et à ses relations personnelles, il avait obtenu la permission de fabriquer des armes et de transférer l’usine – et ses ouvriers – à Brnnec.

    “C’est le premier document que je vois vérifiant ce transfert et il est important parce que je pensais qu’il lui avait fallu beaucoup plus de temps pour obtenir ce genre de permission”, commente dans un communiqué David Crowe, historien de la Shoah et biographe de Schindler.

    “Plus important, si Oskar n’avait pas obtenu ce genre de permission, il n’y aurait pas eu de Liste de Schindler”, souligne-t-il.

    Le mois dernier, un des rares exemplaires de la “Liste de Schindler” a été mis aux enchères sur eBay, avec une mise aux enchères de départ de trois millions de dollars, aucun enchérisseur ne s’était manifesté.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Pas d'unité de la foi sans vérité.1 août 2013

     

     

    Dieu-Elohim veut que Son Fils son Mashiah : ( son Christ ) qui est la vérité soit formé en nous pour que nous soyons dans l’unité.

    Dans les milieux évangéliques ont parle beaucoup d'unité mais c'est une unité au rabais où on doit tout accepter par amour de ceux qui font partie de près ou de loin à ce qu'on appelle la chrétienté. Cette unité est très éloignée de l'unité de la foi dont les écritures nous parlent.

    Par exemple : on parle d'unité par ce qu'on s'associe entre assemblées évangéliques pour marcher pour le Seigneur une fois par an et chacun garde une foi en Yeshoua qui lui appartient ( chacun a son credo confessionnel et par conséquent une foi

     

    Hébreux 1 : 1 Ainsi donc, nous aussi, étant environnés d’une si grande nuée de témoins, rejetant tout fardeau et le péché qui nous enveloppe aisément, courons avec constance dans l’arène qui nous est ouverte, 2Regardant à Jésus, le chef et le consommateur de la foi, ( l'auteur de notre foi ) qui, méprisant l’ignominie, à cause de la joie qui lui était proposée, a souffert la croix, et s’est assis à la droite du trône de Dieu-Elohim. ( Qui s'est assis à la droite de Dieu-Elohim : Yeshoua comment encore prétendre qu'il soit Dieu-Elohim ou son égal ? )

     

    Alors que l’apôtre Paul nous parle dans Ephésiens qu'il y a une seule foi, qu'une seule sorte unité : celle de la foi liées à la seule connaissance du fils de Dieu-Elohim.

     

    Ephésiens 4:3 vous efforçant de conserver l’unité de l’esprit par le lien de la paix. 4 Il y a un seul corps et un seul Esprit, comme aussi vous avez été appelés à une seule espérance par votre vocation; 5 il y a un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, 6 un seul Dieu-Elohim et Père de tous, qui est au-dessus de tous, et parmi tous, et en tous.

     

    13 Il nous faut tous parvenir à l’unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu-Elohim, pour que chacun d’entre nous parvienne à l’état d’homme fait, à la mesure de la stature parfaite du Ha-Mashiah ( de Christ ).

     

    Il est étonnant de constater que dans le monde qu'on parle tant de vérité et qu'on se tienne tant dans le mensonge de la religion des hommes.

    Ici, il est parlé d'une unité essentielle pour nous : c'est celle de la foi. Celle-ci n'est pas épargnée par les croyants englués dans tant de fausses doctrines.

     

    C’est lui Yeshoua que nous annonçons, dit encore notre frère Paul dans son épître aux Colossiens 1:28 exhortant tout homme, et instruisant tout homme en toute sagesse, afin de présenter à Dieu-Elohim tout homme, devenu parfait en Ha-Mashiah (Christ).

    Yeshoua-Ha-Mashiah a instamment prié pour l’unité des siens (*): "que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et comme je suis en toi, afin qu’eux aussi soient un en nous, pour que le monde croie que tu m’as envoyé".

    (*) ceux que le Père lui a donnés.

     

    Jean 17:9 Je prie pour eux ; je ne prie pas pour le monde, mais pour ceux que tu m‘as donnés, parce qu’ils sont à toi....11 Et je ne suis plus dans le monde, mais ceux–ci sont dans le monde, et je vais à toi. Père saint, garde en ton nom ceux que tu m‘as donnés, afin qu’ils soient un, comme nous.12 Pendant que j’étais avec eux dans le monde, je les gardais en ton nom. J’ai gardé ceux que tu m‘as donnés, et aucun d’eux ne s’est perdu, sinon le fils de perdition, afin que l’Écriture fût accomplie...24 Père, je désire que ceux que tu m‘as donnés soient avec moi, où je serai, afin qu’ils contemplent la gloire que tu m’as donnée, parce que tu m’as aimé avant la fondation du monde.

    Jean 18: 9 C’était afin que cette parole qu’il avait dite fût accomplie : Je n’ai perdu aucun de ceux que tu m‘as donnés.

     

    Jean 17:21 afin que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et comme je suis en toi, afin qu’eux aussi soient un en nous, pour que le monde croie que tu m’as envoyé. 22 Je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, afin qu’ils soient un comme nous sommes un, 23 moi en eux, et toi en moi, afin qu’ils soient parfaitement un, et que le monde connaisse que tu m’as envoyé et que tu les as aimés comme tu m’as aimé. ( comme vous pouvez le lire et j'espère le comprendre si vous avez appris à connaître un « Jésus » qui n'est pas Yeshoua et un « Dieu » qui n'est pas quelqu'un d'autre que le seul Elohim vous avez toutes les chances de ne pas connaître cette unité de la foi, à laquelle le Seigneur nous convie.)

     

    Il définit par là cette unité particulière qu’il désire : c'est celle de la foi. Une parfaite union de tous les croyants qui possèdent une même nature spirituelle, ( Son Esprit qu'il a mis en soin Fils et en chacun de nous ) comme c’est le cas du Père et du Fils, afin que le monde soit convaincu de la vérité de l’Evangile. Il ne s’agit pas de l’unité charnelle, qui consiste à dire que tout le monde il est beau et gentil et qu'on doit s'aimer…

     

    Cette unité de la foi n'est possible que sur le fondement de la Parole d'Elohim.

     

    Romains 10:17 La foi vient donc de ce qu’on entend ; et ce qu’on entend, vient de la parole de Dieu.

     

    Hébreux 4 : 12 Car la parole de Dieu est vivante, et efficace, et plus pénétrante qu’aucune épée à deux tranchants, perçant jusqu’à la division de l’âme et de l’esprit, des jointures et des moelles, et jugeant des pensées et des intentions du cœur ; 13 Et il n’y a aucune créature qui soit cachée devant Lui, ( Elohim )mais toutes choses sont nues et entièrement découvertes aux yeux de Celui auquel nous devons rendre compte.

     

    La Parole de Dieu-Elohim c'est Dieu Lui-même Jean 1 : Au commencement était la Parole, la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. (Comme vous pouvez le constater en prêtant attention, il n'est pas écrit Yeshoua ( Jésus) est la parole, mais bien Dieu-Elohim. Yeshoua est la Parole d'Elohim en tant que porte Parole d'Elohim.

     

    Luc 8:21 Mais il répondit : Ma mère et mes frères sont ceux qui écoutent la parole de Dieu-Elohim, et qui la mettent en pratique.

    Luc 11:28 Mais plutôt, reprit Yeshoua (Jésus ), heureux ceux qui écoutent la parole d'Elohim, et qui la mettent en pratique !

    1 Pierre 1:23 Étant régénérés, non par une semence corruptible, mais par une semence incorruptible, par la parole d'Elohim, qui vit et qui demeure éternellement.

    Apocalypse 6:9 Et quand l’Agneau eut ouvert le cinquième sceau, je vis sous l’autel les âmes de ceux qui avaient été mis à mort pour la parole de Dieu, et pour le témoignage qu’ils avaient maintenu.

    Apocalypse 19:13 Il était vêtu d’un manteau teint de sang, et son nom s’appelle, LA PAROLE DE DIEU. ( Il est devenu la Parole en tant que porte PAROLE d'Elohim son Père qui l'a envoyé.

    Jean 4:34 Jésus leur dit : Ma nourriture est de faire la volonté ( rien d'autre que d'obéir à la Parole de Dieu-Elohim son Père ) de Celui qui m’a envoyé, et d’accomplir son œuvre.

     

    En donnant sa vie à la croix, le Ha-Mashiah a rapproché ceux qui étaient séparés; il les a réconciliés avec Dieu-Elohim et entre eux, les faisant devenir désormais membres d’un seul corps.

     

    Ephésiens 2 12 que vous étiez en ce temps-là sans Christ, privés du droit de cité en Israëlétrangers aux alliances de la promesse, sans espérance et sans Dieu-Elohim dans le monde.13 Mais maintenant, en Yeshoua-Ha-Mashiah ( Jésus-Christ ), vous qui étiez jadis éloignés, vous avez été rapprochés par le sang de Ha-Mashiah Christ. (Yeshoua est le grand rassembleur de cette foi unique et de cette unité ). 14 Car il est notre paix, lui qui des deux n’en a fait qu’un, et qui a renversé le mur de séparation, 15 l’inimitié, ayant anéanti par sa chair la loi des ordonnances dans ses prescriptions, afin de créer en lui-même avec les deux un seul homme nouveau, en établissant la paix, 16 et de les réconcilier, l’un et l’autre en un seul corps ( un seul peuple ) , avec Dieu-Elohim par la croix, en détruisant par elle l’inimitié. 17 Il est venu annoncer la paix à vous qui étiez loin, et la paix à ceux qui étaient près; 18 car par lui ( Yeshoua ),nous avons les uns et les autres accès auprès du Père ( Je profite une fois de plus de l'occasion pour montrer que si « lui » Yeshoua était « Dieu » l'accès auprès du Père serait direct sans qu'il soit besoin d'un médiateur, en aucun cas les deux peuvent être à la fois le seul « Elohim » … l'unité de la foi commence par là … la vérité commence par la reconnaissance du mensonge. )dans un même Esprit.19 Ainsi donc, vous n’êtes plus des étrangers, ni des gens du dehors; mais vous êtes concitoyens des saints, gens de la maison de Dieu-Elohim. 20 Vous avez été édifiés sur le fondement des apôtres et des prophètes, Yeshoua Ha Mashiah lui-même étant la pierre angulaire. 21 En lui tout l’édifice, bien coordonné,(bien uni) s’élève pour être un temple saint dans le Seigneur.22 En lui vous êtes aussi édifiés pour être une habitation de Dieu-Elohim en Esprit.

     

    Dans ce "Corps de Christ", créé le jour de la Pentecôte, Juifs et païens, esclaves et libres, hommes et femmes sont un en celui que Dieu-Elohim a oint : Ha-Mashiah :Christ. Le baptême de l'Esprit Saint c'est le résultat de notre immersion en Ha mashiah Christ, rattachés au corps, unis à la Tête comme à tous les autres membres. Nous n’existons pas tout seul. L’unité en Ha Mashiah est la seule vérité. En dehors de lui il n’y a pas d’unité et de vérité.

     

    1 Corinthiens 12 13 Nous avons tous, en effet, été baptisés dans un seul Esprit, pour former un seul corps, soit Juifs, soit Grecs, soit esclaves, soit libres, et nous avons tous été abreuvés d’un seul Esprit.

     

    L’ unité est totalement dépendante de celui qui l’accomplit, parce qu’il est aussi la vérité .

     

    Cette unité est une réalité déjà accomplie en Christ: Tout est accompli… "Tous vous êtes un en Jésus-Christ". Galates 3. 28 Il n’y a plus ni Juif ni Grec, il n’y a plus ni esclave ni libre, il n’y a plus ni homme ni femme; car tous vous êtes un en Yeshoua -Ha-Mashiah :Jésus-Christ. 29 Et si vous êtes à HaMashiah Christ, vous êtes donc la postérité d’Abraham, héritiers selon la promesse. Vous êtes donc un à cause de la Vérité qui habite en vous…

     

    Cette unité est spirituelle: puisqu’elle est l’unité de Rouah HaKodesh l’Esprit-Saint ( L'Esprit le Saint ).

    Ephésiens 4. 3 vous efforçant de conserver l’unité de l’Esprit par le lien de la paix. elle n’est pas produite par l’organisation ni les efforts des hommes.

    Notre esprit devient notre guide.

    Nous avons à conserver cette unité et à la manifester. Sur ce point nous péchons tous gravement, car rien n’est plus triste que de voir dans le monde le témoignage des chrétiens ruiné par leur désunion confessionnelle et doctrinale. Dés lors que nous sommes séparés, nous ne sommes plus dans la vérité mais dans le mensonge. Nous savons que le diable est le Père du mensonge.

    L’unité de l’esprit n’existe que sur la base parfaite des 7 éléments cités par l’apôtre Paul dans

     

    Ephésiens 4.4-6: entre les enfants du même Père, adorateurs du seul Ha Mashiah (Christ), ayant chacun reçu le seul baptême de l'Esprit Saint, tous membres du même corps, ayant une seule foi et la seule espérance du retour du Seigneur. Sur une telle base, notre unité est indestructible; mais elle est annulée lorsqu’un seul des 7 éléments ci-dessus vient à manquer.

    La révélation de l’Esprit Saint a inspiré Paul pour nous enseigner que tous ces éléments sont de nature spirituelle.

     

    L’unité existe dans la diversité des membres et des dons, et non dans l’uniformité v. 11, 16; 1 Cor. 12.14-27. Non seulement les individus, mais aussi les divers groupements fidèles à Ha Mashiah apportent chacun la contribution qui vient de leur identité et de leur vocation particulières.

     

    Nous devons progresser ensemble "jusqu’à ce que nous soyons tous parvenus à l’unité de la foi". Yeshoua a dit sans moi vous ne pouvez rien faire, dans le même sens je peux dire sans mes frères en Ha Mashiah je ne suis rien. Je n’existe en tant que fils de Dieu-Elohim que si je suis rattaché au reste du corps. Ici, je précise qu'appartenir au corps n'a rien à voir avec le fait d'être assidu à un lieu de culte ou « d'aller à l'église ».

     

    L’unité de la foi vient de ce qu’on entend des paroles du Ha Mashiah qui est la vérité. Romains 10

    Pour construire ce temple saint : Dieu-Elohim a donné selon Ephésiens 4 11 les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs, 12 pour le perfectionnement des saints en vue de l’œuvre du ministère et de l’édification du corps de Christ, 13 jusqu’à ce que nous soyons tous parvenus à l’unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu-Elohim, à l’état d’homme fait, à la mesure de la stature parfaite de l'oint d'Elohim (Christ), 14 afin que nous ne soyons plus des enfants, flottants et emportés à tout vent de doctrine, par la tromperie des hommes, par leur ruse dans les moyens de séduction, 15 mais que,professant la vérité dans l'amour, l’amour nous croissions à tous égards en celui qui est le chef, l'oint d'Elohim (Christ). 16 C’est de lui, et grâce à tous les liens de son assistance, que tout le corps, bien coordonné et formant un solide assemblage, = Unité tire son accroissement selon la force qui convient à chacune de ses parties, et s’édifie lui-même dans l'amour.

    Nous avons ici l’un des paradoxes de l’Evangile: Vous êtes un en Christ... Il faut l'être toujours plus de façon pratique.

    La véritable unité marche de pair avec une séparation nécessaire de tout ce qui est faux.

    Elle n’est pas l’uniformité, elle n’est pas non plus la confusion.Notre Ha Mashiah et ses apôtres ont ordonné que, dans l’Eglise, une discipline soit exercée, et qu’une distinction soit maintenue à l’égard du monde. Le prétendu frère qui pèche et refuse de se repentir et de changer sera considéré "comme un païen et un publicain".

     

    Matthieu 18 15 Si ton frère a péché, va et reprends-le entre toi et lui seul. S’il t’écoute, tu as gagné ton frère. 16 Mais, s’il ne t’écoute pas, prends avec toi une ou deux personnes, afin que toute l’affaire se règle sur la déclaration de deux ou de trois témoins. 17 S’il refuse de les écouter, dis-le à l’Eglise, et s’il refuse aussi d’écouter l’Eglise, qu’il soit pour toi comme un païen et un publicain.

    Paul nous ordonne de "ne pas avoir de relation avec quelqu’un qui, se nommant frère, est impudique, ou cupide, ou idolâtre, ou outrageux, ou ivrogne, ou ravisseur, de ne pas même manger avec un tel homme." Nous devons juger "ceux du dedans" (de l’Eglise), et "ôter le méchant du milieu de nous" 1Co 5.9-13

     

    L’apôtre écrit encore: "Ne vous mettez pas avec les infidèles sous un joug étranger... quelle part a le fidèle avec l’infidèle? ... C’est pourquoi, sortez du milieu d’eux, et séparez-vous, dit le Seigneur". Il n’y a Pas d’Unité Sans Vérité. Il n’y a pas d’unité sans séparation du péché ou de ceux qui pèchent. L’obéissance assemble, unifie un corps autour de la tête du chef. Ce chef est Ha Mashiah qui est la vérité.

    Nous sommes séparés par la vérité, lorsque nous la laissons agir en nous. Cette vérité nous lave, nous sanctifie et nous purifie..

     

    Jean 17:17 Sanctifie-les par ta vérité: ta parole est la vérité. Sépare-les par ta Parole pour les unir … 19 Et je me sanctifie moi-même pour eux, afin qu’eux aussi soient sanctifiés séparés par la vérité.

     

    2 Corithiens 6. 14 Ne vous mettez pas avec les infidèles sous un joug étranger. Car quel rapport y a-t-il entre la justice et l’iniquité? ou qu’y a-t-il de commun entre la lumière et les ténèbres? 15 Quel accord y a-t-il entre Ha Mashiah et Bélial? ou quelle part a le fidèle avec l’infidèle?16 Quel rapport y a-t-il entre le temple de Dieu-Elohim et les idoles? Car nous sommes le temple du Dieu-Elohim vivant, comme Dieu-Elohim l’a dit: J’habiterai et je marcherai au milieu d’eux; je serai leur Dieu-Elohim, et ils seront mon peuple. 17 C’est pourquoi, sortez du milieu d’eux, et séparez-vous, dit le Seigneur; ne touchez pas à ce qui est impur, et je vous accueillerai. 18 Je serai pour vous un père, et vous serez pour moi des fils et des filles, dit le Seigneur tout-puissant. 1 Ayant donc de telles promesses, bien-aimés, purifions-nous de toute souillure de la chair et de l’esprit, en achevant notre sanctification dans la crainte de Dieu-Elohim.)

     

    On a abusé de cette parole pour créer beaucoup de divisions orgueilleuses et inutiles; mais ce n’est pas une raison pour l’ignorer tout à fait, et juger ceux qui, par motif de conscience, veulent y conformer leur conduite avec humilité et douceur. Sur le plan doctrinal il est établi une nette séparation entre la vérité et l’erreur. Paul déclare anathème = maudit quiconque prêche "un autre Evangile" que le sien. Ou est l’amour ? ne jugeons pas ?

     

    Galates 1 6 Je m’étonne que vous vous détourniez si promptement de celui qui vous a appelés par la grâce de Christ, pour passer à un autre Evangile. 7 Non pas qu’il y ait un autre Evangile, mais il y a des gens qui vous troublent, et qui veulent renverser l’Evangile de Christ. 8 Mais, quand nous-mêmes, quand un ange du ciel annoncerait un autre Evangile que celui que nous vous avons prêché, qu’il soit anathème! 9 Nous l’avons dit précédemment, et je le répète à cette heure: si quelqu’un vous annonce un autre Evangile que celui que vous avez reçu, qu’il soit anathème! Maudit…

     

    Jean déclare que quiconque nie "la venue en chair" de Jésus-Ha-Mashiah ( son incarnation, son humanité ), est animé de l’esprit de l’Antichrist; les croyants ne doivent pas le recevoir dans leur maison (l’Eglise) ni lui dire: Salut! (le considérer comme un frère en la foi).

     

    2 Jean 9 Quiconque va plus loin et ne demeure pas dans la doctrine de Ha Mashiahn’a point Dieu-Elohim; celui qui demeure dans cette doctrine a le Père et le Fils. 10 Si quelqu’un vient à vous et n’apporte pas cette doctrine, ne le recevez pas dans votre maison, et ne lui dites pas: Salut! 11 car celui qui lui dit: Salut! participe à ses mauvaises œuvres.

     

    D’après l’esprit de la prophétie, il semble que l’avenir nous réserve la manifestation ultime de 2 unités fort opposées:

    Le monde marche vers une unification intégrale totalitaire imposée par l’esprit de l’Anti Ha Mashiah à la terre entière, sur le plan politique, idéologique et économique. Le monde religieux, parvenu à l’état d’apostasie dont parlent Yeshoua et Paul sera lui aussi complètement unifié dans la grande Babylone. Mt 24.12; 2Th 2.3 sous l’égide du Faux Prophète ( Apo 13.12-17) Pour ne pas y être entraînés, dans cette fausse unité diabolique, les élus auront besoin d’être particulièrement vigilants. Mt 24.4-5, 11, 24

    D’autre part, Dieu-Elohim manifestera toujours plus l’unité de ses enfants régénérés et membres du Corps de Christ. Cette unité d’essence spirituelle divine ne doit pas rester invisible, loin de là. Par la repentance et l’amour, ainsi que par tous les moyens pratiques, nous devons absolument la manifester dans nos familles, nos communautés et dans le monde entier. Ha Mashiah prépare son Eglise à l’enlèvement, il veut la sanctifier et l’unir: sans doute sera-t-il obligé de la faire passer par la fournaise pour fondre ensemble les cœurs si durs des croyants eux-mêmes

     

    1Pierre 4. 17 Car c’est le moment où le jugement va commencer par la maison de Dieu-Elohim. Or, si c’est par nous qu’il commence, quelle sera la fin de ceux qui n’obéissent pas à l’Evangile de Dieu-Elohim? Un tel jugement nous serait épargné si nous réalisions dès maintenant la volonté de Dieu-Elohim sur ce point. D’ailleurs quiconque agit contre l’unité cherche à disloquer le temple de Dieu-Elohim, et encourt une terrible condamnation

     

    1Co 3.16-17

    Le Seigneur lui-même veut nous aider à professer toujours la vérité avec amour. Ephésiens 4.15 et nous garder en l’unité pour laquelle le Ha Mashiah a prié dans Jean 17 … Père saint, garde en ton nom ceux que tu m’as donnés, afin qu’ils soient un comme nous.

     

    La vérité est l’attribut fondamental de Dieu-Elohim. Ainsi, la foi chrétienne est la vérité et Yeshoua est la vérité personnifiée. Il nous a envoyé l'Esprit Saint pour nous conduire dans la vérité.

    Il est l’auteur de notre foi et nous permet de la vivre dans l’unité. Comment ? en pratiquant sa Parole qui est la vérité qui nous rend libreJean 8 32 vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira si nous apprenons à demeurer en elle.

    Ha-Mashiah : Christ, Fils de Dieu-Elohim et Fils de l’Homme; Ha Mashiah qui réunit le visible et l’invisible; Ha Mashiah réconcilie le pécheur avec Celui qui est sans péché: en Lui demeure, essentiellement et éternellement, toutes choses.

    Cette vérité qui est en son Fils, Dieu-Elohim la veut reproduite en nous, qui devenons à notre tour en obéissant ses fils d’adoption. Ephésiens 4 15 mais que, professant la vérité dans l'amour , nous croissions à tous égards en celui qui est le chef, L'oint d'Elohim : Christ.

    Notre unité n’est pas le résultat d’efforts humains collectifs pour être « un » mais le fruit de notre obéissance individuelle qui va nous unir dans un même corps.

    Jean 17:21 afin que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et comme je suis en toi, afin qu’eux aussi soient un en nous, pour que le monde croie que tu m’as envoyé. 22 Je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, afin qu’ils soient un comme nous sommes un, 23 moi en eux, et toi en moi, afin qu’ils soient parfaitement un, et que le monde connaisse que tu m’as envoyé et que tu les as aimés comme tu m’as aimé. = parfaitement unis

    .

    1 Corinthiens 1:10 Je vous exhorte, frères, par le nom de notre Seigneur Houache-HaMashiah Jésus-Christ, à tenir tous un même langage, et à ne point avoir de divisions parmi vous, mais à être parfaitement unis dans un même esprit et dans un même sentiment.

     

    1 Corinthiens 12:12 Car, comme le corps est un et a plusieurs membres, et comme tous les membres du corps, malgré leur nombre, ne forment qu’un seul corps, ainsi en est-il de l'oint d'Elohim Christ. 13 Nous avons tous, en effet, été baptisés dans un seul Esprit, pour former un seul corps, soit Juifs, soit Grecs, soit esclaves, soit libres, et nous avons tous été abreuvés d’un seul Esprit.

     

    2 Corinthiens 13:11 Au reste, frères, soyez dans la joie, perfectionnez-vous, consolez-vous, ayez un même sentiment, vivez en paix; et le Dieu-Elohim d’amour et de paix sera avec vous.

    Colossiens 3:13 Supportez-vous les uns les autres, et, si l’un a sujet de se plaindre de l’autre, pardonnez-vous réciproquement. De même que Ha Mashiah vous a pardonné, pardonnez-vous aussi. 14 Mais par-dessus toutes ces choses revêtez-vous de l'amour, qui est le lien de la perfection. 15 Et que la paix de Christ, à laquelle vous avez été appelés pour former un seul corps, règne dans vos cœurs.

    Hébreux 12:14 Recherchez la paix avec tous, et la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur. C’est Ha Mashiah en nous…

    Jacques 3:17 La sagesse d’en haut est premièrement pure, ensuite pacifique, modérée, conciliante, pleine de miséricorde et de bons fruits, exempte de duplicité, d’hypocrisie. 18 Le fruit de la justice est semé dans la paix par ceux qui recherchent la paix.

     

    Jérémie 32:38 Ils seront mon peuple, et je serai leur Dieu-Elohim. 39 Je leur donnerai un même cœur et une même voie, afin qu’ils me craignent toujours, pour leur bonheur et celui de leurs enfants après eux.

    Sophonie 3:9 Alors je donnerai aux peuples des lèvres pures, afin qu’ils invoquent tous le nom de l’Eternel, pour le servir d’un commun accord.

    Zacharie 14:9 L’Eternel sera roi de toute la terre; en ce jour-là, l’Eternel sera le seul Eternel, et son nom sera le seul nom. Pas d’autre Dieu-Elohim. C’est l’élimination de tous les autres faux Dieu-Elohim.

    Jean 17:3 Or, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu-Elohim, et celui que tu as envoyé, Yeshoua Ha-Mashiah Jésus-Christ.

     

    Actes 4:32 La multitude de ceux qui avaient cru n’était qu’un cœur et qu’une âme. Nul ne disait que ses biens lui appartinssent en propre, mais tout était commun entre eux.

     

    Philippiens 2:1 Si donc il y a quelque consolation en l'Oint d'Elohim : Christ, s’il y a quelque soulagement dans la charité, s’il y a quelque union d’esprit, s’il y a quelque compassion et quelque miséricorde, 2 rendez ma joie parfaite, ayant un même sentiment, un même amour, une même âme, une même pensée. 3 Ne faites rien par esprit de parti ou par vaine gloire, mais que l’humilité vous fasse regarder les autres comme étant au-dessus de vous-mêmes.

     

    Philippiens 3:8 Et même je regarde toutes choses comme une perte, à cause de l’excellence de la connaissance de Yeshoua-Ha-Mashiah mon Seigneur, pour lequel j’ai renoncé à tout, et je les regarde comme de la boue, afin de gagner (l'oint d'Elohim ( Christ ),

     

    Colossiens 2:2 afin qu’ils aient le cœur rempli de consolation, qu’ils soient unis dans l'amour, et enrichis d’une pleine intelligence pour connaître le mystère de Dieu-Elohim, savoir l'oint d'Elohim Christ,

    Ephésiens 1:23 qui est son corps, la plénitude de celui qui remplit tout en tous.

     

    Jean 1:17 …la grâce et la vérité sont venues par Yeshoua-Ha-Mashiah. ( Jésus-Christ )

     

    Jean 8:44 Vous avez pour père le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été meurtrier dès le commencement, et il ne se tient pas dans la vérité, parce qu’il n’y a pas de vérité en lui. Lorsqu’il profère le mensonge, il parle de son propre fonds; car il est menteur et le père du mensonge.

     

    Jean 14:6 Yeshoua a dit : Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi.

     

    Jean 16:13 Quand le consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu’il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir.

    L’œuvre du diable…

    Romains 1:25 eux qui ont changé la vérité de Dieu-Elohim en mensonge, et qui ont adoré et servi la créature au lieu du Créateur, qui est béni éternellement. Amen!... 8 mais l’irritation et la colère à ceux qui, par esprit de dispute, sont rebelles à la vérité et obéissent à l’injustice.

     

    2 Corinthiens 11:10 Par la vérité de Ha Mashiah ( Christ) qui est en moi, je déclare que ce sujet de gloire ne me sera pas enlevé dans les contrées de l’Achaïe.

    2 Corinthiens 13:8 Car nous n’avons pas de puissance contre la vérité; nous n’en avons que pour la vérité.

     

    Dans Galates 2:5 Nous voyons que Paul ne cédât pas un instant et résistât aux exigences, des autres apôtres afin que la vérité de l’Evangile fût maintenue parmi le peuple de Dieu-Elohim.

    LIEN VERS LE SITE DE L  AUTEUR DE CET ARTICLE
    http://nikkos.over-blog.fr/pas-d-unit%C3%A9-de-la-foi-sans-v%C3%A9rit%C3%A9

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Le dernier Exode, par Chip Brogden

    Le dernier Exode, par Chip BrogdenSource : Blogdei.com

     

     

     


    De nombreuses personnes commencent à voir la vérité. Elles commencent à comprendre qu’il y a un reste d’appelés, une «Église dans le Désert » que Dieu met à part et qu’il appelle hors de la Religion Organisée. 

    Et ce n’est pas une simple réaction au fait d’avoir été blessé, rejeté, ou tout simplement au fait d’être rebelle. C’est en réalité l’accomplissement d’une séquence prophétique d’événements qui avaient déjà été établis dans les Ecritures et dans l’histoire de la nation d’Israël. C’est l’appel final d’un reste de Vainqueurs qui porteront le témoignage de Jésus et qui auront à cœur la prééminence de Christ en toutes choses alors que nous nous préparons pour le retour de notre Seigneur Jésus-Christ et pour l’inévitable jugement de ceux qui prétendent le représenter Lui, mais ne le font pas.

    Ces vainqueurs ont été appelés par Dieu à abandonner l’«Eglisianisme », non pas à abandonner l’union et le rassemblement des membres du Corps de Christ, mais à renoncer à l’hypocrisie des esprits religieux qui se font passer pour le Saint-Esprit. Ils n’abandonnent pas le peuple de Dieu, ils abandonnent la contrefaçon, le culte hypocrite envers Dieu que Jésus lui-même dénonçait en tant que « culte vain » (ce culte ne répond pas au besoin du Seigneur ou ne satisfait pas le cœur de Dieu).

    D’autres hommes et femmes de Dieu ont vu ces choses dans le passé, mais un grand nombre n’en parlerait pas ouvertement et librement. Ils n’iraient pas aussi loin et dans de nombreux cas ils faisaient encore vraiment partie du système religieux, essayant toujours de le réformer ou l’appelant à se repentir. Quelqu’un comme A.W Tozer, qui était une voix prophétique pour sa génération, agissait encore en tant que pasteur au sein du système religieux. C’était peut-être acceptable dans cette génération-là et en cette saison-là.

    Mais nous sommes à présent dans une saison différente. L’esprit de Religion est pire, plus sombre et plus trompeur que jamais.

    De nombreux hommes et de femmes de Dieu connaissent la vérité sur l’Eglisianisme mais essaient toujours de maintenir la communion, des liens ou des rapports avec ce système dans l’espoir de le changer. Ils prêchent souvent sur la prééminence de Christ, mais ils n’expriment pas clairement ce à quoi cela mène : une répudiation de tout ce qui n’accorde pas la prééminence à Christ, et en particulier, ces choses que l’on dit et fait au nom de Jésus, mais qui n’ont rien à voir avec Jésus. C’était peut-être acceptable à l’époque de leur génération, et peut-être que c’était permis de laisser les gens remplir les blancs et de tirer leurs propres conclusions.

    Mais cette génération est différente. Ce qui pouvait demeurer non-dit dans les temps passés doit être à présent clarifié. Si vous suiviez cette révélation de Christ jusqu’à son terme, et si vous aviez vraiment envie de lui donner la prééminence en toutes choses, vous finiriez alors par trouver que vous n’aviez rien en commun avec ce système religieux que l’homme a créé en Son nom.

    La Nuée s’est déplacée, et si nous voulons vivre, nous ferions mieux de suivre cette Nuée. Vous ne pouvez pas avoir un pied dedans et un pied dehors. Vous ne pouvez pas revenir en Egypte ou être à l’aise à Babylone. Vous ne pouvez pas vous arrêter et camper avec la dernière vérité, lorsque Dieu vous a appelé à vivre en dehors du camp. IL EST toujours en train de nous conduire.

    Remercions Dieu pour ces hommes et ces femmes d’autrefois qui obéissaient à la vérité et qui ont énormément ou peu parlé selon ce que Dieu voulait qu’ils disent.

    Qu’est-ce que le Saint-Esprit nous dit aujourd’hui? Comment Dieu nous conduit-il à présent ? Quelle est la vérité présente pour notre génération? Et nous sommes prêts à poursuivre cette vérité jusqu’au bout, jusqu’à sa conclusion inévitable, peu importe ce que cela nous coûte en termes de réputation, de confort, d’acceptation, de position ou de communion avec l’Eglisianisme ?

    ===================================================================

    Cet article est un extrait du livre l’Eglise dans le Désert.

    Traduit par N. Pierre

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • L'enlèvement de l'église

     

     

     

     

    Que personne ne vous séduise d’aucune manière ; car il faut que l’apostasie soit arrivée auparavant, et qu’on ait vu paraître l’homme du péché, le fils de la perdition, l’adversaire qui s’élève au–dessus de tout ce qu’on appelle D.ieu-Elohim ou de ce qu’on adore, jusqu’à s’asseoir dans le temple de D.ieu-Elohim , se proclamant lui–même Dieu. 2 Thessaloniciens 1.1-4

    Nous comprenons que sous cette domination, les vrais disciples de Christ-Yeshoua Ha_ Mashiah subirons d'énormes pressions et tous ceux qui ne se soumettront pas à cette domination seront mis à mort. Apocalypse 13.11-17

    ... et qu’elle fît que tous ceux qui n’adoreraient pas l’image de la bête fussent tués.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  •  Le bâton de Moïse et d'Aaron

    Message  Ruth Administratrice Hier à 8:14 pm

     Le bâton de Moïse et d'Aaron
    Ceci est juste une petite étude pour partager avec vous sur l'influence que peuvent avoir sur notre subconscient les films Bibliques tels les 10 Commandements de Cécil B.Demile ou autres lorsqu'on lit les Ecritures.

    Nous sommes influencés sans même nous en rendre compte. Notre vue influencera par la suite notre lecture desEcritures sans que nous nous en rendions compte. Notre cerveau assimile ce que nous voyons et par la suite, nous pouvons avoir tendance à visualiser la Bible avec ces mêmes images qui sont encrées dans notre cerveau.

    Et je me met aussi dans ce lot.

    Prenons donc juste l'exemple du bâton de Moïse et d'Aaron.

    Combien d'entre vous, ont-ils cette image du bâton de Moïse et d'Aaron comme ci-dessous?



    ou encore comme cela



    Mais en réalité on est bien loin de ce qu'était le bâton de Moïse et d'Aaron.

    La Septante traduit par le mot Grec ῥάβδον qui se traduit par tige, baguette.

    Shémoth/Exode 4:20 (Septante)
    Moïse ayant donc pris sa femme et ses enfants, les fit monter sur des ânes, et retourna en Égypte. Il prit aussi en sa main sa baguette, celle qu'il avait auprès d'Elohim.


    En Français, l'idée de bâton est plus massif et plus gros qu'une simple tige ou baguette, il y a dans une baguette, l'idée d'un objet fin et léger. C'est un bâton léger et fin qui sert à taper le flan du bétail pour les ramener dans le droit chemin.

    dans le texte Hébreu Massorétique nous avons le mot מטה qui signifie bâton mais aussi tige, baguette.

    Les traducteurs ont souvent traduits ce mot par "verge" qui a un autre sens que "bâton" en Français mais va dans le sens de baguette, tige, objet beaucoup plus fin et aussi qui est flexible. Par exemple on lit dans les Ecrits de la Brit 'Hadasha, (Nouveau Testament) ceci:

    Actes 16:37
    Mais Paul dit aux licteurs: Après nous avoir battus de verges publiquement, sans jugement, nous qui sommes Romains, ils nous ont mis en prison; et maintenant ils nous font sortir en secret; non certes! mais qu'ils viennent eux-mêmes nous faire sortir.


    La verge, baguette, tige ne peut pas être un bâton tel que représenté dans les films hollywoodiens car, il s'agit d'une tige souple qui permet de fouetter. Avec un bâton tel que représenté dans les films, on tuerait la personne en lui assainnant des coups, il est impossible de fouetter car le bâton est trop rigide.

    Ensuite sachant que la baguette d'Aaron fut mise dans l'arche, il nous suffit de mesurer les dimensions de l'arche d'alliance pour savoir que le bâton d'Aaron et de Moïse n'étaient pas à la dimension hollywoodienne.

    Hébreux 9:3-4
    Et au-delà du second voile était le tabernacle, appelé le Saint des saints;
    Ayant un encensoir d'or, et l'arche de l'alliance, toute recouverte d'or, où était une urne d'or, contenant la manne, la verge d'Aaron, qui avait fleuri, et les tables de l'alliance.


    Shémoth/Exode 25:10 (Septante)
    Tu feras, pour moi, l'arche du témoignage en bois incorruptibles longue de deux coudées et demie, large d'une coudée et demie, haute d'une coudée et demie.


    sachant qu'une coudée équivaut à 50 cm.
    L'arche mesurait 1,25 m de long donc le bâton d'Aaron ne pouvait dépasser cette longueur.

    La dimension des bâtons de Moïse et d'Aaron ressemblaient donc d'avantage à cela :


    en prenant aussi en compte que l'extrémité de ce bâton est souvent souple car lorsqu'on tape le flan du bétail pour ne pas qu'il s'éloigne, il ne faut pas que le bâton soit trop rigide. Autrement le bâton rigide ne peut servir à taper le flan du bétail.
    Le bâton du berger doit être léger et fin, facile à transporter pour guider le troupeau et de préférence souple à l'extrémité pour ne pas mutiler le bétail au contact du bâton.

    voir ci dessous la baguette de cette petite fille qui garde le bétail


    et ici ce jeune garçon:


    Donc à nous de sortir des clichés visuels de notre subconscient pour prêter attention aux Ecrits et rien qu'aux Ecrits Bibliques, car ici il s'agit de l'exemple du bâton de Moïse et d'Aaron mais cela est valable pour beaucoup d'autres éléments cités dans La Bible et que nous visualisons selon les clichés visuels qui nous ont influencé.

    _________________

    Apocalypse 14:12 
    "C'est ici la patience des saints, ce sont ici ceux 
    qui gardent Les Commandements de Dieu, et La Foi de Yéshoua."

    Mon pseudo Ruth pour ceux qui veulent me nommer

    Ruth Administratrice
    Admin
    Messages7772
    Date d'inscription22/10/2007
    Age37
    Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/user/diddl2007
     

    Revenir en haut Aller en bas

     

    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

     
     
     - Sujets similaires
     
     
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • La possibilité de grossesse au-delà de 50 ans s'est considérablement accrue pour Grossesse tardiveles  

    femmes, du fait des progrès récents des techniques de PMA, comme le don d'ovocytes1, venu en complément de la FIVETE pour les candidates à la maternité les plus âgées.

     

    Normalement, la fécondité d'une femme se termine avec la ménopause, que l'on définit comme une durée de 12 mois consécutifs sans que surviennent les règles.
    La périménopause, phase précédant la ménopause où les règles deviennent irrégulières et finissent par s'arrêter définitivement, s'installe généralement entre 40 et 

     
    51 ans

    [les hommes, à l'opposé, restent en général fertiles jusqu’à la fin de la vie2, bien qu'avec l'âge paternel, augmente sensiblement le risque d'anomalie génétique ou chromosomique,
    et que certaines sources affirment qu'ils pourraient voir, eux aussi, leur fertilité commencer à baisser à l’approche de la quarantaine3].
    Mais la grossesse à plus de 35 ans entraîne, déjà, une augmentation des risques : les cycles menstruels fussent-ils encore réguliers et ovulatoires, la qualité des ovocytes, d’autant plus à l'approche et une fois passée la quarantaine, se détériore grandement, rendant la probabilité de concevoir un bébé en bonne santé considérablement plus faible que chez une jeune femme, plus particulièrement après 42 ans4.

    Cependant, l'intervention médicale et hospitalière, par hormonothérapie substitutive, don d'ovocytes, et fécondation in vitro en laboratoire, repousse ces limites naturelles.
    Aux États-Unis, entre 1997 et 1999, on a compté 539 naissances chez des mères de plus de 50 ans1. Selon les statistiques de l'Autorité de Fertilisation et Embryologie Humaines (Human Fertilisation and Embryology Authority), plus de 20 bébés ont été mis au monde chaque année au Royaume-Uni par des femmes de plus de 50 ans par le biais de la FIV5.

    La mère la plus âgée que l'on connaisse dans le monde est à l'heure actuelle une Indienne, Omkari Panwar, qui a donné naissance à des jumeaux, un garçon et une fille, à 70 ans, le 27 mai 2008, talonnée par une concitoyenne, Roja Devi Lohan, mère d'une fille au même âge, en novembre suivant. Certains remettant toutefois en question la véracité de l'âge de celles-ci, retiennent, comme cas authentifié de la mère la plus âgée du monde, celui de l'Espagnole Maria del Carmen Bousada de Lara, dite « Carmela Bousada », mère de deux fils jumeaux le 29 décembre 2006, à 66 ans et 358 jours, devançant de 130 jours la Roumaine Adriana Iliescu, qui eut une fille le 16 janvier 2005, à 66 ans et 238 jours.
    Tous ces enfants ont été conçus par FIV avec don d'ovocytes6.

    La plus âgée authentifiée à avoir conçu naturellement sans recours à la PMA, est, selon le Livre Guinness des records, la Guernesiaise Dawn Brooke, mère à 59 ans en 19977.

    D’autres cas sont recensés (voir infra) de maternités plus tardives encore, tant naturelles après 59 ans qu'assistées au delà de 70, mais beaucoup s'avèrent invérifiables.

     

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Grossesse_tardive

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • SHABBAT SHALOM ..

    Shabbat shalom ! ...je reçois chaque semaine une lettre de nouvelles de Shabbat Shalom !!"Worthy New Brief". Je voudrais vous la traduire afin que vous en bénéficiez vous aussi.

    Le message dit : "Apprends à t'arrêter !"

    Genèse 2:2-3 "2 Et Dieu eut achevé au septième jour son œuvre qu'il avait faite; et il se reposa au septième jour de toute son œuvre qu'il avait faite. 3 Et Dieu bénit le septième jour, et le sanctifia, parce qu'en ce jour-là il se reposa de toute son œuvre, pour l'accomplissement de laquelle Dieu avait créé."

    Avec les bruits de guerre d'Iran, de Syrie qui s'intensifient de plus en plus d'appels, de courriers révèlent un climat d'anxiété alors que nous entrons dans le Shabbat cet après-midi. Et comme nous le faisons, nous nous souvenons de ce que Dieu nous a enseigné lorsqu'Il est entré dans son repos après 6 jours de création.

    Après un travail de six jours, Il est entré dans le Shabbat. Ce mot "Shabbat" vient du verbe hébreu "shavat", qu isignifie littéralement "arrêter". Le Shabbat implique que nous avons besoin d'arrêter de travailler, d'arrêter d'essayer, -- arrêter de faire simplement ..., arrêter tout notre travail. Nous avons besoin simplement de laisser venir, de laisser aller, de laisser Dieu ! D'une certaine manière il s'agit d'une autre sorte de travail. Le rédacteur de la lettre aux Hébreux le dit de cette manière : "1 Craignons donc que la promesse d'entrer dans son repos nous étant laissée, quelqu'un de vous ne paraisse y avoir renoncé. " (Hébreux 4:11]

    Donc, il s'agit d'un "travail" de la FOI, là où ne nous arrêtons jamais et où nous poursuivons inlassablement, mais dans le repos en Dieu pouraccomplir le travail qu'Il a entamé et qu'Il est capable d'accomplir complètement à terme !

    En ce jour de shabbat, si vous faites partie du futur de Dieu, reposez vous dans le fait que votre futur est sécurisé dans l'accomplissement du travail du Messie ! Vous pouvez vous reposez en Lui, dans la Foi, dans votre Foi, sachant que pas u ncheveu de votre tête ne tombera sans son accord !

    Frère, soeur, réjouissez-vous du shabbat et faites vôtre, cette leçon du Sabbath – Laissez faire, et laissez agir Dieu ! Rappelez-vous que l'unique repos de l'anxiété ou de l'inquiétude est trouvée en Lui : YESHOUA – Le SEIGNEUR DU Shabbat!

    Que L'Eternel vous donne le repos du shabbat

    Jacques

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • ACCUEIL > CULTURE > LA PLUS VIEILLE TORAH DU MONDE RETROUVÉE À BOLOGNE

    La plus vieille Torah du monde retrouvée à Bologne

    Créé le 29-05-2013 à 12h00 - Mis à jour à 12h00
     

    Le rouleau de la plus vieille Torah du monde, datant vraisemblablement du XIIe siècle, a été retrouvé dans les archives de l'université de Bologne (centre-nord de l'Italie), a annoncé mercredi à l'AFP le professeur à l'origine de la découverte.
(c) Afp

    Le rouleau de la plus vieille Torah du monde, datant vraisemblablement du XIIe siècle, a été retrouvé dans les archives de l'université de Bologne (centre-nord de l'Italie), a annoncé mercredi à l'AFP le professeur à l'origine de la découverte. (c) Afp

    ROME (AFP) - Le rouleau de la plus vieille Torah du monde, datant vraisemblablement du XIIe siècle, a été retrouvé dans les archives de l'université de Bologne (centre-nord de l'Italie), a annoncé mercredi à l'AFP le professeur à l'origine de la découverte.

    Ce rouleau, fabriqué avec de la peau de mouton, long de 36 mètres et haut de 64 centimètres, était classé dans les archives de l'université comme un document du XVIIe siècle avec pour simple nom : "rouleau n.2".

    Mais le professeur de judaïsme Mauro Perani a noté que le texte de ce rouleau n'était pas conforme avec certaines modifications apportées à la Torah au XIIe siècle.

    "J'ai tout de suite pensé que le rouleau était bien plus vieux", a-t-il dit à l'AFP, expliquant que le rouleau contenait des lettres et des signes interdits au XIIe siècle par le philosophe juif Moïse Maimonide.

    Ce rouleau fait partie d'une trentaine de manuscrits juifs que le professeur Perani a commencé à cataloguer en février.

    "Ce genre de document est très rare car quand un texte de la Torah est abîmé, il perd sa sainteté et il ne peut plus être utilisé. Il est alors détruit", explique l'expert.

    Ce rouleau "est dans un excellent état de conservation", a ajouté M. Perani, qui explique que des dizaines de milliers d'exemplaires de la Torah ont été détruits au cours de la seconde guerre mondiale par les nazis et les fascistes.

    Le plus vieux rouleau connu à ce jour date de la fin du XIIIe siècle, même si certains éléments de la Torah, sous forme de livre et non de rouleau et datés de l'an 1008, existent à Saint-Pétersbourg (Russie).

    La datation au carbone effectuée en Italie et aux Etats-Unis a confirmé que le manuscrit avait été réalisé entre la fin du XIIe siècle et le début du XIIIe.

    Le rouleau avait été identifié de manière erronée par un archiviste en 1889.

    Cet archiviste "avait qualifié le texte de maladroit et contenant des annotations inhabituelles", a ajouté le professeur.

    "Il avait tort, c'est un manuscrit splendide", a affirmé M. Perani.

    Selon l'expert, le rouleau est arrivé à l'université de Bologne en provenance d'un monastère dominicain de la région après le démantèlement par Napoléon des ordres religieux en Italie au XIXe siècle.

    "C'était absolument normal" que des religieux dominicains aient une vieille Torah, en raison de la collaboration aux Moyen Age des érudits chrétiens et juifs, a ajouté le professeur.

    La ville de Bologne a longtemps abrité une importante communauté juive et l'université a dispensé des cours d'hébreu dès le XVe siècle.

    Des fragments de la Torah datant du VIIe siècle ont également été trouvés mais le rouleau de Bologne est considéré comme le plus ancien texte sacré retrouvé dans son intégralité.

    Dans la tradition juive, les Torah ne sont pas datées.

     
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Voilà L'Eglise du Seigneur La Kahal קהל d'Adonai

    N' est-il pas étonnant qu'Israël, redevenu une nation dans son pays, ait choisi comme blason un symbole prophétique extraordinaire : un chandelier à 7 branches (Le Messie... Lumière du Monde) accompagné de deux branches d'oliviers, une de chaque côté... Israël l'olivier franc et l'Eglise l'olivier sauvage enté sur l'olivier franc (Romains 11 :17 à 18). 

    extrait de l'article ci joint 

     
    http:// dorcas.eklablog.net/ juifs-messianiques-qu-est-c e-que-c-est-a90126353 

     

     http://youtu.be/_GkJNI5TAbM

    transmis par Rarél Brebis Rarél 

     

    Qu'est-ce que L'Eglise du Seigneur ?.?.?.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Le christianisme contrefait de Satan

    Le christianisme contrefait de Satan par Roderick C. Meredith
    par Roderick C. Meredith
    Le message stupéfiant de cette brochure vous concernera bientôt, personnellement, et affectera votre vie éternelle.

    Il est d’une importance capitale.

    Ce que vous allez découvrir a été occulté au cours des siècles, mais désormais, vous ne serez plus dans l’ignorance !

    Cette brochure contient des informations stupéfiantes pour ceux qui ont des yeux pour voir, et des oreilles pour entendre. Ces informations affecteront profondément l’avenir de notre civilisation. En outre, le contenu de cette brochure est étayé par de nombreux documents d’historiens reconnus, et même de théologiens. Ce que vous découvrirez n’est ni basé ni sur une quelconque théorie, ni sur un concept « tombé du ciel ».

    Les effets du développement rapide de la fausse religion, aujourd’hui, vous toucheront personnellement dans un proche avenir – beaucoup plus directement que vous ne puissiez l’imaginer ! En effet, cette révélation explosive ne s’adresse pas uniquement aux « gens religieux » – mais à tous les individus. Nous en serons bientôt tous affectés.

    Vous êtes-vous déjà posé la question ? « Comment en suis-je arrivé à croire ce que je crois maintenant en matière de religion, de morale et du véritable but de l’existence humaine ? Si mes amis et moi, nous avons tout simplement adopté, aveuglément, les idées admises par la société dans laquelle nous vivons, n’est-ce pas également ce qu’ont fait la plupart des gens ? Serait-il possible que nous ayons accepté, sans réfléchir, les fausses idées religieuses auxquelles nous croyons, et qui ont, en fait, grandement influencé tous les modèles de société que nous connaissons – les systèmes législatifs, les systèmes éducatifs et les systèmes religieux que nous avons inventés, et que nous regardons comme allant de soi ? »

    Vous êtes-vous jamais posé ces questions fondamentales ?

    Si un Dieu réel existe, et si la Bible contient Sa révélation inspirée, vous devriez sérieusement tenir compte de ce que la Bible dit à propos de ces interrogations. La Bible recommande : « Examinez toutes choses ; retenez ce qui est bon » (1Thessaloniciens 5 :21).

    Maintes et maintes fois, la Bible répète que la majorité des êtres humains ont été séduits. En décrivant les temps de la fin, l’apôtre Jean mentionne au sujet du diable : « Et il fut précipité, le grand dragon, le serpent ancien, appelé le diable et Satan, celui qui séduit toute la terre, il fut précipité sur la terre, et ses anges furent précipités avec lui » (Apocalypse 12 :9). Plus de deux milliards de « chrétiens », parmi les principales dénominations, font partie de « toute la terre », mentionnée par l’apôtre Jean – et beaucoup sont séduits ! Ces individus et leurs prédicateurs n’ont pas l’intention de nuire. Car une personne séduite ne sait pas qu’elle est séduite ! Il nous importe de comprendre cette nuance.

    Je ne suis pas « méprisant » en écrivant cela, mais le Dieu des cieux m’ordonne de prêcher la Vérité. Comment pourrais-je vous être utile si je me contentais de vous annoncer des platitudes, et prétendre que « tout va bien », alors que tout ne va pas bien. Au contraire, tout va mal ! En effet, nous approchons à grands pas de la fin des six mille ans d’histoire humaine, sous l’influence de Satan le diable que Jésus-Christ a qualifié de « prince de ce monde » (Jean 14 :30).

    Il ne suffit pas d’être “sincère”

    Je suis fort conscient que vous, comme les milliers de nos autres lecteurs, êtes très sincères dans votre désir d’être chrétien. Vous pensez réellement que la religion dans laquelle vous avez grandi, et que vous pratiquez est celle que Jésus-Christ et les apôtres ont enseignée. Beaucoup de ministres du culte et de prêtres croient avec la même sincérité, aux mêmes choses que vous.

    Des milliards d’êtres humains ont vécu et sont morts jadis, sans n’avoir jamais eu l’opportunité de comprendre ou de pratiquer une forme quelconque de ce qu’on appelle le « christianisme ». La vaste majorité des gens n’a jamais – à aucun moment – cru au christianisme ! En outre, la plupart d’entre eux était « sincère » – comme vous l’êtes probablement. En conséquence, le fond du sujet n’a rien à voir avec la « sincérité », ou le fait de suivre la multitude. La véritable question consiste à trouver l’unique Véritéconcernant le but de l’existence humaine, et la bonne voie qui permet d’accéder à ce magnifique dessein.

    La sincérité en matière de religion est-elle suffisante ? Non ! Toutes les religions ne se valent pas. Si vous avez prouvé que le Dieu suprême est le véritable Dieu, et que la Bible est Sa parole révélée et inspirée, vous devez admettre qu’il n’y a qu’une seule voie qui conduit à la vie éternelle. Cette « voie » passe obligatoirement par le véritable Jésus-Christ de la Bible ! Comme l’apôtre Pierre l’a déclaré : « Sachez-le tous, et que tout le peuple d’Israël le sache ! C’est par le nom de Jésus-Christ de Nazareth, que vous avez crucifié, et que Dieu a ressuscité des morts, c’est par lui que cet homme se présente en pleine santé devant vous. Jésus est la pierre rejetée par vous qui bâtissez, et qui est devenue la principale de l’angle. Il n’y a de salut en aucun autre ; car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés » (Actes 4 :10-12).

    Très peu de prétendus chrétiens soupçonnent l’énormité de la séduction orchestrée par Satan le diable ! Ils répugnent à imaginer que Satan ait, non seulement réussi à séduire le monde païen, mais encore qu’il ait réussi a inventer un christianisme de contrefaçon, pour duper des millions d’individus qui pensent sincèrement suivre le Christ de la Bible ! En son temps, l’apôtre Paul avait déjà mis en garde les Corinthiens en déclarant : « Toutefois, de même que le serpent séduisit Eve par sa ruse, je crains que vos pensées ne se corrompent et ne se détournent de la simplicité à l’égard de Christ. Car, si quelqu’un vient vous prêcher un autre Jésus que celui que nous avons prêché, ou si vous recevez un autre esprit que celui que vous avez reçu, ou un autre évangile que celui que vous avez embrassé, vous le supportez fort bien » (1 Corinthiens 11 :3-4).

    En réalité, un autre « Jésus » – un Jésus-Christ totalement différent – a été troqué à l’humanité qui ne se doutait de rien ! Comme vous le savez, un faux billet de 100 euros ressemble à s’y méprendre à un billet authentique. Les gens acceptent les contrefaçons, parce qu’ils se fient souvent aux apparentes similitudes. Il en est de même avec Satan, le maître séducteur ! Assurez-vous de ne pas avoir été séduit, en supposantque vous suivez le Christ de la Bible, et ce qu’Il a réellement enseigné. La Bible indique qu’il n’y aura que lesvéritables chrétiens qui seront protégés, au cours de l’holocauste à venir – la grande détresse décrite par Jésus-Christ !

    Dans très peu de temps – dans quelques années à peine – le Dieu de toute la création interviendra directement avec grande puissance. Les récents ouragans qui ont ravagé la Floride, la Nouvelle-Orléans et les côtes des Etats-Unis ne sont qu’un petit prélude, à comparer à ce que Dieu commencera à faire dans les derniers jours. Jésus-Christ a prédit : « Il y aura de grands tremblements de terre, et, en divers lieux, despestes et des famines ; il y aura des phénomènes terribles, et de grands signes dans le ciel […] Il y aura des signes dans le soleil, dans la lune et dans les étoiles. Et sur la terre, il y aura de l’angoisse chez les nations qui ne sauront que faire, au bruit de la mer et des flots, les hommes rendant l’âme de terreur dans l’attente de ce qui surviendra pour la terre ; car les puissances des cieux seront ébranlées » (Luc 21 :11, 25-26).

    Le Dieu suprême attirera l’attention des hommes. Il aidera ceux qui veulent comprendre qu’il faut « sortir » de cette Babylone moderne (Apocalypse 18 :4), et s’extraire de la société de Satan.

    L’apôtre Paul fut également inspiré à nous dire que Satan le diable est littéralement le « dieu » de cette société mondaine ! Il a écrit : « Si notre Evangile est encore voilé, il est voilé pour ceux qui périssent ; pour les incrédules dont le dieu de ce siècle a aveuglé l’intelligence, afin qu’ils ne voient pas briller la splendeur de l’Evangile de la gloire de Christ, qui est l’image de Dieu » (2 Corinthiens 4 :3-4).

    La donnée fondamentale

    La donnée fondamentale de cette brochure est que notre Créateur a permis à un diable – un être tout à faitréel – de séduire la plupart des êtres humains, depuis presque six mille ans. En fait, Satan a établi unereligion de contrefaçon pour tromper le monde entier, mais notre Créateur interviendra bientôt, et Jésus-Christ reviendra sur la terre comme « Roi des rois et Seigneur des seigneurs » (Apocalypse 19 :16). Lorsqu’Il sera de retour, le Christ précipitera Satan dans l’abîme « afin qu’il ne séduise plus les nations, jusqu’à ce que les mille ans soient accomplis » (Apocalypse 20 :3).

    L’une des ruses élémentaires, au moyen de laquelle Satan séduit la plupart des gens, consiste à leur faire croire qu’il n’existe pas ! Ainsi, des gens blaguent à son sujet, en ayant l’impression qu’il n’est pas réel. Mais, comme nous l’avons lu, Jésus-Christ appelle le diable « le prince de ce monde ».

    Comment Satan s’y prend-il ? Quelles sont ses méthodes de séduction ? Plus grave encore, comment a-t-il réussi à séduire toute la terre ? Lorsque Jésus-Christ cita « Daniel le prophète » (Marc 13 :14), Il reconnaissait par là que ces écrits faisaient partie des Saintes Ecritures. Le livre de Daniel fait référence à desêtres spirituels – tant des anges que des démons – à de nombreuses reprises.

    Après que Daniel eut jeûné pour comprendre, Dieu envoya un ange pour l’encourager (Daniel 10 :10-12). L’ange lui expliqua pourquoi un temps assez long était nécessaire avant que sa prière fût exaucée. « Le chef du royaume de Perse m’a résisté vingt et un jours ; mais voici, Micaël, l’un des principaux chefs, est venu à mon secours, et je suis demeuré là auprès des rois de Perse. Je viens maintenant pour te faire connaître ce qui doit arriver à ton peuple dans la suite des temps ; car la vision concerne encore ces temps-là » (versets 13-14).

    Plus tard, ce même ange fournit d’autres détails concernant le monde spirituel, invisible : « Il me dit : Sais-tu pourquoi je suis venu vers toi ? Maintenant je m’en retourne pour combattre le chef de la Perse ; et quand je partirai, voici, le chef de Javan viendra. Mais je veux te faire connaître ce qui est écrit dans le livre de la vérité. Personne ne m’aide contre ceux-là, excepté Micaël, votre chef » (versets 20-21).

    Il est clair, d’après ces passages, qu’il est question ici de guerres spirituelles ! Il s’agit de la description d’une lutte qui avait lieu en arrière-plan des affaires mondiales, dans le monde des esprits. En effet, Satan le diable est décrit comme « le dieu de ce siècle », qui a aveuglé les incrédules (2 Corinthiens 4 :4).

    Satan est aussi appelé « le prince de la puissance de l’air […] l’esprit qui agit maintenant dans les fils de la rébellion » (Ephésiens 2 :2). L’ange qui parlait à Daniel décrivait une bataille entre des êtres spirituels, au cours de laquelle, il fut même nécessaire de faire appel à l’assistance du grand archange Michaël (voir Daniel 12 :1) !

    Ce monde, cet « âge » – c’est-à-dire les quelque six mille ans écoulés depuis Adam jusqu’à maintenant – est une époque où la société est dominée par Satan le diable et les millions d’anges déchus, des « démons », qui le suivirent dans sa rébellion contre le Dieu Créateur.

    « Satan » n’est pas tout simplement un terme générique caractérisant le mal. Satan n’est pas une force aveugle. Satan le diable est un être spirituel puissant – créé par Dieu en tant que chérubin – qui se rebella contre son Créateur. Son nom d’origine « Lucifer » signifie « celui qui apporte la lumière ». Mais depuis sa rébellion, son nom fut changé en Satan – ce qui signifie « adversaire ».

    Notez Esaïe 14 :12-15 : « Te voilà tombé du ciel, astre brillant, fils de l’aurore ! Tu es abattu à terre, toi, le vainqueur des nations ! Tu disais en ton cœur : je monterai au ciel, j’élèverai mon trône au-dessus des étoiles de Dieu ; je m’assiérai sur la montagne de l’assemblée, à l’extrémité du septentrion ; je monterai sur le sommet des nues, je serai semblable au Très-Haut. Mais tu as été précipité dans le séjour des morts, dans les profondeurs de la fosse. »

    Dans ce passage, on peut lire quelle fut la plus grande machination ourdie par Lucifer pour détrôner Dieu ! Sa grande puissance et sa vanité l’ont poussé à défier son Créateur !

    Dans Ezéchiel 28 :1-16, Dieu décrit d’abord le prince humain de Tyr. Il s’agissait manifestement d’un homme qui avait un grand pouvoir, et qui régnait d’une manière absolue sur cette « New York » de l’époque antique. Ensuite, Ezéchiel décrit la réelle « puissance agissante sur le trône » – le « roi » de cette Cité-Etat païenne. Notez-le : « Fils de l’homme, prononce une complainte sur le roi de Tyr ! Tu lui diras : ainsi parle le Seigneur, l’Eternel : tu mettais le sceau à la perfection, tu étais plein de sagesse, parfait en beauté. Tu étais en Eden, le jardin de Dieu ; tu étais couvert de toute espèce de pierres précieuses, de sardoine, de topaze, de diamant, de chrysolithe, d’onyx, de jaspe, de saphir, d’escarboucle, d’émeraude, et d’or; tes tambourins et tes flûtes étaient à ton service, préparés pour le jour où tu fus créé » (versets 12-13). Ici, nous trouvons un être qui existait déjà des milliers d’années avant Tyr – dans le « Jardin d’Eden » ! Cependant, cet être était unecréature (verset 15), et non pas un membre de la Famille divine.

    Satan possède un ROYAUME

    Après des marchandages et des manœuvres politiques pour gagner des partisans, Satan fut précipité de la « montagne », autrement dit, du Royaume de Dieu. Comme l’indique Apocalypse 12 :3-4, Satan réussit à entraîner le tiers des anges dans sa rébellion contre Dieu ! Ces anges déchus sont appelés des « démons ». Actuellement, Satan domine sur des millions d’anges déchus qui sont ses partisans ; dans ce sens, il possède un « royaume » sur lequel il gouverne dans le monde des esprits.

    L’Evangile selon Matthieu contient le récit de la tentation de Jésus par Satan, qui est un être extrêmement perspicace. « Alors Jésus fut emmené par l’Esprit dans le désert, pour être tenté par le diable » (Matthieu 4 :1).

    Ce récit, tiré de l’Evangile, est un bon exemple qui nous montre que Satan n’hésite pas à citer les Ecritures. En fait, Satan s’est même payé l’audace de citer les Ecritures à l’Auteur des Ecritures : Jésus-Christ ! « Jésus répondit : il est écrit : l’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. Le diable le transporta dans la ville sainte, le plaça sur le haut du temple, et lui dit : si tu es Fils de Dieu, jette-toi en bas ; car il est écrit : Il donnera des ordres à ses anges à ton sujet : et ils te porteront sur les mains, de peur que ton pied ne heurte contre une pierre » (Matthieu 4 :5-6).

    Ensuite, Satan offrit à Jésus « tous les royaumes du monde et leur gloire, et Lui dit : Je te donnerai toutes ces choses, si tu te prosternes et m’adores » (versets 8-9).

    Bien entendu, Jésus connaissait les principes spirituels contenus dans ces citations, et Il savait comment répondre en utilisant correctement les Ecritures : « Jésus lui dit : Retire-toi, Satan ! Car il est écrit : Tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, et tu le serviras lui seul » (verset 10). Jésus avait choisi d’obéir à Dieu et de prendre possession de Son Royaume, au moment voulu par Dieu et à la façon divine.

    Plus tard, lorsque Jésus fut accusé d’invoquer Belzébul pour chasser les démons, Il dit : « Tout royaume divisé contre lui-même est dévasté, et toute ville ou maison divisée contre elle-même ne peut subsister. Si Satan chasse Satan, il est divisé contre lui-même ; comment donc son [celui de Satan] royaume subsistera-t-il ? » (Matthieu 12 :25-26).

    Satan possède un royaume ! Il est le « dieu » invisible de ce monde (2 Corinthiens 4 :4). Il est le premier séducteur des hommes et des nations : « Et il fut précipité, le grand dragon, le serpent ancien, appelé le diable et Satan, celui qui séduit toute la terre, il fut précipité sur la terre, et ses anges furent précipités avec lui » (Apocalypse 12 :9).

    Satan est l’être spirituel qui influencera très fortement, et qui possédera même un dictateur politique charismatique à venir, lequel séduira une grande superpuissance mondiale, qui ressuscitera une Europe unifiée – c’est-à-dire la « Babylone » des temps de la fin ! Satan sera le « dieu » qui animera et renforcera le faux système religieux derrière la puissance économique et militaire de cette dictature ! Ne me croyez passans vérifier vous-même ce qu’en dit la Bible !

    La parole divine prédit que ce futur système oppressif sera littéralement animé par des démons : « Après cela, je vis descendre du ciel un autre ange, qui avait une grande autorité ; et la terre fut éclairée de sa gloire. Il cria d’une voix forte, disant : elle est tombée, elle est tombée, Babylone la grande ! Elle est devenue une habitation de démons, un repaire de tout esprit impur, un repaire de tout oiseau impur et odieux, parce que toutes les nations ont bu du vin de la fureur de sa débauche, que les rois de la terre se sont livrés avec elle à la débauche, et que les marchands de la terre se sont enrichis par la puissance de son luxe. Et j’entendis du ciel une autre voix qui disait : sortez du milieu d’elle, mon peuple, afin que vous ne participiez point à ses péchés, et que vous n’ayez point de part à ses fléaux » (Apocalypse 18 :1-4).

    Satan incitera ces futurs dirigeants du monde à combattre le Christ à Son retour comme Roi des rois, et Seigneur des seigneurs. Mais, en fin de compte, le Christ destituera Satan et mettra un terme à sa perversité.

    Satan le “faussaire”

    Jésus condamna les dirigeants religieux de Son époque à cause de leur hypocrisie. Ces ecclésiastiques prétendaient être pieux, alors qu’ils refusaient de mettre en pratique le caractère spirituel de la loi divine. Jésus leur attribua le même caractère que Satan. Partant du principe que Satan était leur père, Il leur appliqua le dicton « tel père, tel fils ». Le diable est menteur et meurtrier, quoi de surprenant si les enfants du diable sont semblables, s’ils prêchent un évangile perverti, mensonger et falsifié ?

    Il est important de saisir que Satan est littéralement le « père du mensonge ». Il ment en permanence et de façon astucieuse, il trompe l’humanité et ceux qui le servent agissent de la même façon. Mentir est devenu chose tellement courante à ceux qui sont influencés par Satan qu’ils sont souvent mieux à l’aise dans le mensonge que dans la vérité !

    Dans sa conspiration pour détrôner Dieu et contrecarrer Son grand plan pour l’humanité, Satan a ses propres ministres ! L’apôtre Paul mit en garde les chrétiens à ce sujet : « Ces hommes-là sont de faux apôtres, des ouvriers trompeurs, déguisés en apôtres de Christ. Et cela n’est pas étonnant, puisque Satan lui-même se déguise en ange de lumière. Il n’est donc pas étrange que ses ministres aussi se déguisent en ministres de justice. Leur fin sera selon leurs œuvres » (2 Corinthiens 11 :13-15).

    Les ministres de Satan ressemblent et parlent comme des ministres du Christ, d’après ce qu’en pensent les gens séduits ! Mais, en réalité, ils prêchent « un autre Jésus », et proclament « un autre évangile ». Il nous importe, individuellement, d’étudier attentivement la Bible, et de prouver ce que Jésus et les premiers apôtres ont enseigné et pratiqué.

    Les deux Babylones

    La Bible ne décrit pas une seule Babylone, mais deux « Babylones » spécifiques. Peu de temps après le grand déluge, une première « Babylone » fut fondée – l’ancienne Cité-Etat édifiée par un homme nommé « Nimrod » (Genèse 10 :8-10). La seconde Babylone est un système moderne d’Eglise-Etat, décrit dans Apocalypse 17 et 18. Ses dirigeants combattront littéralement le Christ à Son second Avènement (Apocalypse 17 :12-14) !

    Des centaines de millions d’individus, faisant partie de cette « Babylone » des temps de la fin, seronttellement séduits qu’ils auront l’audace de lutter, littéralement, contre le Fils de Dieu et contre l’armée des cieux !

    Pour comprendre comment a débuté ce système appelé « Babylone », retournons aux premiers jours de l’histoire humaine. Dans Genèse 10 – peu de temps après le déluge – l’homme avait recommencé à se reproduire. Les animaux sauvages s’étaient multipliés également, et les gens éprouvèrent la nécessité de se protéger. C’est alors que naquit un fils de « Cusch ». La Bible nous dit : « Cusch engendra aussi Nimrod ; c’est lui qui commença à être puissant sur la terre. Il fut un vaillant chasseur devant l’Eternel ; c’est pourquoi l’on dit : comme Nimrod, vaillant chasseur devant l’Eternel. Il régna d’abord sur Babel, Erec, Accad et Calné, au pays de Schinear » (Genèse 10 :8-10).

    Ainsi, ce « vaillant chasseur », dont on dit qu’il fut également un bâtisseur, commença à rassembler les gens dans des villes pour les protéger, mais également pour les maintenir sous son contrôle. Au départ, le royaume de Nimrod commença à « Babel » – Babylone. A partir de là, il établit d’autres villes et rassembla les hommes qui commencèrent à se sentir indépendants par rapport à Dieu – acquérant un sentiment de pouvoirse passer de la protection divine. En fin de compte, les hommes – qui n’avaient « qu’une seule langue et les mêmes mots » (Genèse 11 :1) – se mirent à construire un énorme gratte-ciel, une « tour », qui fut nommée « la tour de Babel » (versets 4-9).

    Dieu savait que, sous ce système babylonien, l’humanité s’éloignait rapidement de Lui, et qu’elle était en mesure d’inventer des armes capables de s’autodétruire ! Il dit : « Voici que tous font un seul peuple et parlent une seule langue, et tel est le début de leurs entreprises ! Maintenant, aucun dessein ne sera irréalisable pour eux » (Genèse 11 :6. Version La Bible de Jérusalem). La puissance créatrice de l’esprit humain était telle que Dieu savait que les hommes auraient inventé des armes terribles, capables de détruire toute la terre, et que Son plan de six mille ans alloué à l’humanité, pour écrire la leçon des souffrances humaines, serait prématurément écourté ! Ainsi, Dieu intervint pour « confondre leur langage », et pour les disperser sur la surface terrestre.

    L’Histoire, ainsi que certains récits et légendes anciennes concordants, datant du début de presque toutes les nations, indiquent que les philosophies, ainsi que les religions s’étant maintenues jusqu’à nos jours, ont eu un commencement commun à partir de Nimrod et de sa méchante femme Sémiramis. En effet, après la mort de Nimrod, sa femme Sémiramis prétendit qu’il était désormais le « dieu Soleil », comme l’écrivit l’auteur Alexandre Hislop :

    « Les Mystères chaldéens peuvent être assignés à l’époque de Sémiramis, qui vivait seulement quelques siècles après le déluge, et qui est célèbre pour leur avoir imprimé le caractère de son esprit licencieux et corrompu. Cette belle, mais misérable reine de Babylone n’était pas seulement, en personne, un modèle de convoitise effrénée et de dérèglement, mais encore, dans les mystères qu’elle avait le plus contribué à former, elle était adorée comme Rhéa, la grande Mère des dieux, avec des rites tellement odieux qu’elle a été identifiée à Vénus, la Mère de toutes les impuretés, et qu’elle a élevé la cité même où elle régnait à une honteuse supériorité parmi les nations. C’est à ce point qu’elle a été le grand siège de l’idolâtrie et de la prostitution sanctionnée. C’est ainsi que cette reine de Chaldée était le prototype exact et remarquable de la femme de l’Apocalypse, ayant une coupe d’or à la main, et sur le front le nom “Mystère, la grande Babylone, mère des impudicités et des abominations de la terre”. L’emblème apocalyptique de la femme impudique avec la coupe d’or à la main était même compris dans les symboles de l’idolâtrie dérivée de l’ancienne Babylone, tels qu’ils étaient représentés en Grèce, c’est ainsi, en effet, qu’on représentait Vénus à l’origine » (Les Deux Babylones, pages 7-8, Librairie Fischbacher, Paris 1976. Traduit par le pasteur J.-E. Cerisier).

    La dispersion de la religion contrefaite

    Ce système babylonien d’adoration idolâtre se répandit sur toute la terre, en même temps que la dispersion des habitants de la cité (Genèse 11 :9). En partant de Babylone, ces hommes emportèrent avec eux leur culte de la mère et de l’enfant, ainsi que les divers symboles des « mystères ». Hérodote, grand voyageur et historien de l’antiquité, constata que la religion à mystères et ses rites étaient présents dans de nombreux pays ; il rapporta comment Babylone fut à l’origine de tous les systèmes idolâtres florissants. Dans son remarquable ouvrage, Nineveh and its Remains, Layard écrit que nous avons des témoignages de l’histoire sacrée et profane que l’idolâtrie a pris naissance dans la région de Babylone. Alexandre Hislop cite ces historiens, et bien d’autres, afin de prouver ce point dans sa remarquable thèse mentionnée ci-dessus.

    Plus tard, l’empire romain assimila, dans son système, les dieux et les religions des nations qu’il gouvernait. Puisque Babylone était à l’origine de ce paganisme, il est aisé de comprendre pourquoi la religion romaine primitive consistait en une forme de culte babylonien, qui s’était développé sous différents aspects et différentes appellations, selon les régions où il s’était propagé. Dans son livre fort documenté, Pagan and Christian Creeds, Edward Carpenter écrit : « La similitude des anciennes légendes et des croyances païennes avec les traditions chrétiennes étaient si grandes qu’elles attirèrent l’attention et la colère déclarée des premiers chrétiens […] ne sachant pas comment l’expliquer, ils revinrent à la théorie selon laquelle le diable aurait, des siècles plus tôt, poussé les païens à adopter certaines croyances et certaines pratiques » (page 25. Sauf mention contraire, c’est nous qui traduisons tout au long de cette brochure).

    Carpenter cite également Tertullien, l’un des premiers « pères de l’Eglise », ayant vécu entre 160-220 apr. J.-C., disant que « le diable, par les mystères de ses idoles, imite même la plus grande partie des mystères divins » (Ibid.).

    Il note également : « Cortez, lui aussi, déplorait que le diable avait probablement appris aux Mexicains la même chose que Dieu avait enseigné à la chrétienté » (Ibid.). Le célèbre explorateur espagnol constata que les païens, habitant la ville qui devint Mexico, pratiquaient déjà les mêmes rites païens, et qu’ils avaient beaucoup de croyances païennes, similaires à ceux de l’Eglise catholique.

    Puisque les pratiques des Eglises actuelles ne sont pas identiques à celles de la véritable Eglise mentionnée dans le Nouveau Testament, il est important de s’interroger pour savoir s’il y a eu un mélange ambigu de fausses pratiques païennes avec les véritables enseignements du Christ, des apôtres, et de la Bible. Beaucoup d’historiens, comme Edward Gibbon, ont noté le changement opéré à cause de l’arrivée d’une grande foule de païens dans l’Eglise primitive, et le mélange de leurs coutumes et des croyances étrangères avec celles de l’Eglise (voir Decline and Fall of the Roman Empire, volume 1, chapitre 15).

    Remarquez comment les Eglises actuelles ont jailli des mêmes racines que le paganisme ! Satan a créé tout un système de « christianisme de contrefaçon ». Il a habilement guidé des dirigeants religieux, menteurs, à introduire des idées, des pratiques et des concepts totalement païens dans le « christianisme ». Puisque le terme « christianisme » est étiqueté sur l’emballage, la plupart des individus supposent que la religion de Jésus est offerte à l’intérieur. Peu de gens ont conscience que ces concepts totalement erronés sur Dieu, sur Jésus-Christ, sur Son message, sur le but de la vie éternelle et sur la voie qui mène à la vie éternelle ont été enveloppés dans un emballage estampillé « christianisme ». Mais le leur est un christianisme « de contrefaçon », qui a coupé la plupart des gens du véritable Dieu, provoquant une énorme confusion, de la souffrance et des deuils !

    Notez ces extraits tirés de Pagan and Christian Creeds : « L’Eglise chrétienne s’est bien gardée de débattre du paganisme, sa position consistant à affirmer que l’Eglise est la détentrice de la révélation unique et divine. Etant parvenue à persuader l’humanité de cela, peu de gens, de nos jours, se rendent compte qu’elle est issue des mêmes racines que le paganisme, et qu’elle partage la plupart de ses doctrines et de ses rituels avec ce dernier » (Carpenter, pages 11-12).

    « L’idée communément admise est que les dieux païens ont été éliminés lorsque le Christ est arrivé. Cependant, tous ceux qui ont étudié savent fort bien que les faits démontrent le contraire. A l’époque de l’apparition de Jésus, et des siècles avant Lui, il y avait des temples consacrés à Apollon ou à Dionysos chez les Grecs, à Hercule chez les Romains, à Mithra chez les Perses, à Baal ou à Astarté chez les Babyloniens, ainsi que d’autres temples à d’autres dieux. Quelque chose d’intéressant mérite d’être signalé : malgré les grandes distances, les différentes races, les divers cultes et les détails cérémoniaux, les croyances et les cérémonies se ressemblaient nettement – quand elles n’étaient pas, en tous points identiques » (Ibid., pages 19-21).

    « Ces croyances et ces rites païens, longtemps antérieurs à la venue du Christ, étaient non seulement très ressemblants entre eux, mais encore ils étaient similaires au christianisme – une réalité qui n’est pas un fait accidentel. Prenons-en pour exemple les onze principales divinités vénérées dans sept pays différents dont tout le monde, ou presque, croyait que leur naissance avait eu lieu à Noël, ou aux alentours, d’une mèrevierge, dans une grotte secrète et qu’elles avaient donné leur vie pour le genre humain. On les appelaitporteurs de lumièreguérisseursmédiateurs, et sauveurs. On pensait qu’elles avaient été vaincues par les puissances des ténèbres, qu’elles étaient descendues aux enfers, ou dans les profondeurs de la terre, pour ensuite ressusciter et devenir les premières à accéder à un monde céleste […] La vie de Krishna, un dieu indien, présente des similitudes étonnantes avec celle du Christ » (Ibid., pages 21-23).

    Carpenter poursuit : « Bien que l’idée de Dieu, donnant Son Fils en sacrifice pour le salut du monde, soit grande et remarquable, elle existe, cependant, dans toutes les religions antiques, elle remonte à une époque très éloignée et elle est incarnée à travers leurs rituels » (Ibid., page 133). Ces traditions originales ressemblaient tellement à la vérité qu’elles pouvaient faussement faire penser qu’une certaine force dirigeanteles avaient inspirées. Un christianisme de contrefaçon avait été créé par le « dieu » invisible de cette époque, que Jésus avait qualifié de « père » du mensonge (Jean 8 :44).

    Da Vinci Code

    Il est manifeste qu’avec de telles similitudes au sein du christianisme actuel, comme par exemple celles qui concernent les onze divinités citées plus haut, dans sept pays différents, on devrait être curieux d’essayer de comprendre ce sujet, avec un esprit ouvert, pour constater si la fusion du paganisme et du christianisme existe aujourd’hui.

    Le Da Vinci Code de Dan Brown est resté, durant de nombreux mois, en tête de liste – ou presque – des plus grosses ventes de livres. Des millions de lecteurs se sont passionnés pour cette nouvelle fascinante. Qu’y a-t-il de si intéressant d’en parler ici ?

    Quoique ce soit un roman – et qu’il soit une fiction comportant de nombreuses erreurs – ce livre peut inciter le lecteur à réaliser qu’il y a beaucoup plus de choses cachées, sous le verni visible des idées et des pratiques religieuses, qu’il n’y paraît en surface. Trois personnages principaux évoluent dans Da Vinci Code. Il s’agit de Sophie Neveu – une talentueuse cryptographe française, de Robert Langdon – un spécialiste en symbolique religieuse de Harvard, et de Leigh Teabing – un historien de la famille royale britannique.

    Nous reproduisons ici leur conversation au sujet des origines de la religion, que le monde qualifie de « christianisme » :

    « Les historiens s’émerveillent encore de l’exploit qu’il [l’empereur Constantin] a accompli en forçant tout un peuple païen à se convertir. Par une astucieuse fusion des dates, des rituels, et des symboles païens dans la tradition chrétienne en formation, il a réussi à créer une religion hybride, assimilable par tous ses sujets.

    « Une véritable métamorphose, ajouta Langdon. La présence de vestiges païens dans la symbolique chrétienne est absolument indéniable. Le disque solaire du dieu égyptien est devenu l’auréole des saints, le pictogramme d’Isis allaitant son nouveau-né Horus a servi de base aux images de la Vierge et de l’Enfant Jésus. Une majorité des éléments du rituel catholique, comme la mitre, l’autel, la doxologie [formule de louange à Dieu] et l’eucharistie – le fait de manger le corps de Dieu – tout cela vient en droite ligne des religions païennes de l’Antiquité.

    « Si vous lancez un expert en symboles sur ce terrain, siffla Teabing, vous en aurez pour le restant de la nuit. Mais il est vrai qu’il n’y avait pas grand-chose de purement chrétien, dans la nouvelle religion proclamée par Constantin. Le dieu Mithra (dieu solaire de l’ancien Iran) était depuis longtemps appelé Fils de Dieu et Lumière du Monde. On célébrait sa naissance le 25 décembre, qui était aussi la fête anniversaire d’Osiris, d’Adonis et de Dionysos. Il a été enterré dans une caverne rocheuse, et il est ressuscité trois jours plus tard. Le nouveau-né Krishna a reçu en cadeau de l’or, de l’encens et de la myrrhe. Même le jour saint hebdomadaire a été calqué sur celui des païens.

    « Comment cela ?

    « A l’origine, expliqua Langdon, les chrétiens honoraient le sabbat juif, le samedi. C’est Constantin qui l’a déplacé pour le faire coïncider avec la célébration du dieu Mithra. Aujourd’hui, la plupart des chrétiens assistent au service dominical, sans savoir qu’ils célèbrent la fête du dieu Soleil (le mot anglais Sunday [dimanche] signifie jour du soleil) » (Da Vinci Code, pages 290-291, Editions JC Lattès, Paris. Traduit par Daniel Roche).

    La VERITE historique

    « Mais tout cela n’est que fiction » diriez-vous ! « Où cet auteur insensé est-il allé puiser ces idées étranges ? Je suis convaincu que ma religion est entièrement basée sur la Bible ! »

    En êtes-vous bien certain ?

    La Bible nous ordonne : « Mais examinez toutes choses ; retenez ce qui est bon » (1 Thessaloniciens 5 :21). En réalité, cette partie du livre de Dan Brown est fondée sur des faits solides, et elle constitue une vérité qu’il est possible de prouver. L’Histoire nous enseigne que le christianisme de Jésus et des apôtres fut dramatiquement modifié un ou deux siècles après la mort du Christ ! Comme l’historien Will Durant l’a écrit :

    « Le christianisme n’a pas détruit le paganisme ; il l’a adopté. L’esprit grec, qui se mourrait, reprit une vie nouvelle dans la théologie et la liturgie de l’Eglise. La langue grecque, qui avait régné sur la philosophie durant des siècles, devint le véhicule de la littérature chrétienne et du rituel de la religion nouvelle. Les mystères grecs vinrent se fixer dans l’impressionnant mystère de la messe. D’autres cultures païennes ont contribué au résultat syncrétiste. D’Egypte vinrent les idées de trinité divine […] d’immortalité personnelle pour la récompense et pour le châtiment; d’Egypte aussi, l’adoration de la mère et de l’enfant, ainsi que la théosophie mystique qui fit le néo-platonisme et le gnosticisme et qui obscurcit la croyance chrétienne ; c’est encore là que le monachisme chrétien trouvera ses exemples et sa source. De Phrygie vint le culte de la grande mère ; de Syrie, le drame de la résurrection d’Adonis ; de Thrace, peut-être le culte de Dionysos, dieu mourant et sauvant […] Le rituel mithriaque ressemblait de si près au sacrifice eucharistique de la messe, que des pères chrétiens accusèrent le démon d’avoir inventé ces analogies, pour égarer les esprits faibles. Le christianisme a été la dernière grande création de l’ancien monde païen […] [L’Eucharistie] était une conception depuis longtemps sanctifiée par la durée ; l’esprit païen n’avait pas besoin d’entraînement pour la recevoir ; en l’incarnant dans le “mystère” de la messe », le christianisme devenait la dernière et la plus grande des religions de mystères » (L’histoire de la civilisation, volume IX, pages 240 et 247, Durant, Editions Rencontre, Lausanne 1963).

    Paul Johnson fut parmi ceux qui reconnaissaient ouvertement que le sabbat biblique du septième jour était observé par le Christ et les apôtres. « Beaucoup de chrétiens ne virent pas clairement la différence entre ce culte solaire et leur propre culte. Ils l’identifièrent au Christ “dirigeant son char à travers le ciel”, ils tenaient leurs services le dimanche, s’agenouillaient en direction de l’est et célébraient leur fête de la nativité le 25 décembre, le jour anniversaire du soleil, au solstice d’hiver. Au cours de la renaissance païenne, survenue plus tard sous l’empereur Julien, beaucoup de chrétiens jugèrent plus simple d’apostasier à cause de cette confusion ; l’évêque de Troyes confia à Julien qu’il avait toujours secrètement prié le soleil. Constantin n’abandonna jamais sa dévotion au soleil, et maintint l’effigie du soleil sur sa monnaie. Il fit du dimanche un jour de repos » (A History of Christianity, Johnson, 1976, pages 67-69).

    Qu’arriva-t-il après Constantin ? L’auteur Jesse Lyman Hurlbut nous l’explique : « Les coutumes et les cérémonies issues du paganisme s’introduisirent progressivement dans le culte. D’antiques fêtes païennes devinrent les fêtes de l’Eglise, en changeant de nom et de destination. Aux alentours de 405 apr. J.-C., des représentations de saints et de martyres commencèrent à faire leur apparition dans les églises, tout d’abord en tant que mémoriaux, puis comme objets d’adoration et de vénération. L’adoration de la vierge Marie se substitua au culte de Vénus et de Diane, le repas du Seigneur se transforma en sacrifice, au lieu d’être une commémoration, et les anciens qui étaient des prédicateurs se muèrent en prêtres […] Lorsque le christianisme devint religion d’empire, l’Eglise et l’Etat ne faisaient qu’un. De cette union contre nature naquit deux mauvaises choses : l’une dans les provinces orientales, et l’autre dans les provinces occidentales. A l’est, l’Etat contrôla l’Eglise jusqu’à ce qu’il eût perdu toute énergie et toute vigueur. A l’ouest [à Rome] comme nous allons voir, l’Eglise s’appropria progressivement la puissance de l’Etat, mais cela n’était pas du christianisme. C’était plutôt une hiérarchie, plus ou moins corrompue, qui contrôlait les nations d’Europe, en ayant fait de l’Eglise une machine politique » (The Story of the Christian Church, pages 79-80).

    Où tout cela nous conduisit-il ? Nous venons de lire que la prétendue Eglise chrétienne du Moyen Age était devenue une « machine politique ». Elle était remplie de doctrines, de pratiques et de concepts païens. Les dirigeants de la Réforme protestante ont-ils réellement rétabli une Eglise qui enseignait « une remise sur les rails » de la « foi qui a été transmise aux saints une fois pour toutes » (Jude 3) – un retour au véritable christianisme de Jésus et des premiers apôtres ? Quoique sincères dans leur ensemble, les réformateurs protestants furent affectés par une attitude anti-loi et anti-obéissance, dont ils s’étaient nourris dans leur rébellion contre leur « mère de Rome ». Néanmoins, tout comme Rome, ils n’avaient pas quitté le système païen de fausses doctrines, de faux jours saints et de faux concepts dont il est question dans Apocalypse 17 :4-5 : « Cette femme était vêtue de pourpre et d’écarlate, et parée d’or, de pierres précieuses et de perles. Elle tenait dans sa main une coupe d’or, remplie d’abominations et des impuretés de sa prostitution. Sur son front était écrit un nom, UN MYSTERE : BABYLONE LA GRANDE, LA MERE DES PROSTITUEES ET DES ABOMINATIONS DE LA TERRE. »

    Avec cette forme de « christianisme » devenu religion d’Etat, des foules d’anciens païens se « convertirent ». Beaucoup d’entre eux agir ainsi, pour éviter des ennuis, mais en privé ils maintenaient leurs anciennes croyances. D’autres vinrent à cette nouvelle foi syncrétiste, sans avoir été enseignés, et sans avoir reçu la moindre éducation de base.

    « Babylone » symbolise la confusion. La formation de l’Eglise catholique – et, plus tard, l’apparition de plusieurs dizaines d’Eglises « filles » – ont sans doute contribué au malaise spirituel des multiples dénominations dont les doctrines, les croyances et les pratiques s’opposaient, et qui étaient censément « chrétiennes ». Cependant, pas une seule ne correspondait au modèle de christianisme conforme à celui que les premiers apôtres, ainsi que l’Eglise de Dieu primitive, avaient suivi à la mort de Jésus de Nazareth.Chacune d’elles avait conservé des dizaines d’idées et de pratiques païennes totalement étrangères à l’Eglise primitive ! Satan a fait un travail colossal en créant un christianisme de contrefaçon.

    Bien que Hislop restât protestant jusqu’à sa mort, il démontra en détail – appuyé par une abondante documentation – que l’Eglise catholique romaine est une continuation de l’ancien système religieux babylonien à mystères, dont les fêtes religieuses et la plupart des pratiques provenaient directement de la religion et du sacerdoce babyloniens. Hislop fait partiellement le lien avec les Eglises « filles », qui sont sorties de Rome. Mais il est manifeste qu’il n’a pas compris tout ce qui était arrivé au « christianisme » moderne.

    Au début de son livre, Hislop expose la thèse qu’il étaya à l’aide d’une riche documentation :

    « Il a toujours été reconnu que la papauté n’était qu’un paganisme baptisé. Mais Dieu nous révèle maintenant que ce paganisme baptisé par Rome est, dans ses éléments essentiels, celui qui florissait dans l’antique Babylone lorsque Jéhovah ouvrit devant Cyrus les doubles portes d’airain et brisa les barreaux de fer […] Son jugement approche, cela est évident ; et, à mesure qu’il approche, la Providence divine, en accord avec la parole de Dieu, démontre clairement qu’en effet Rome est la Babylone de l’Apocalypse ; que le caractère essentiel de son système, ses grands objets de culte, ses fêtes, sa doctrine, sa discipline, ses rites et ses cérémonies, sa prêtrise et ses ordres sont tous dérivés de l’antique Babylone, et qu’enfin, le pape lui-même est le descendant de Belschatsar. Dans la lutte qui a été soutenue contre les despotiques prétentions de Rome, on s’est trop souvent contenté de combattre et de repousser la présomption avec laquelle elle se vante d’être la mère et la maîtresse de toutes les Eglises – la seule Eglise catholique hors de laquelle il n’y a point de salut. Si jamais on était excusable de la traiter ainsi, cette excuse n’existera plus. Si l’on peut justifier le principe que je viens d’établir, il faut lui arracher son nom d’Eglise chrétienne, car si c’est une Eglise du Christ, celle qui était assemblée cette nuit où le roi pontife de Babylone, au milieu de ses mille seigneurs, “louait les dieux d’or et d’argent, de bois et de pierre” (Daniel 5 :4) alors, l’Eglise de Rome a le droit de porter le nom de chrétienne ; dans le cas contraire, elle ne l’a pas ! Quelques personnes penseront que ma thèse est bien audacieuse ; mais ce livre a précisément pour but de la démontrer. Que le lecteur juge par lui-même si je n’apporte pas une évidence plus que suffisante pour justifier mon assertion » (Les Deux Babylones, pages 3-4)

    Hislop montre comment le « confessionnal » catholique fut emprunté au paganisme, ce qui conférait aux prêtres une plus grande autorité sur leurs paroissiens. Il explique que les fêtes païennes de Noël et des Pâques furent introduites dans le « christianisme » de nombreux siècles après que le Christ eut révélé toute la Vérité à Ses apôtres. Hislop écrit : « Les écrivains les plus instruits et les plus sincères de tous les partis reconnaissent que l’on ne peut pas déterminer le jour de naissance de notre Seigneur, et que dans l’Eglise chrétienne, on n’entendit jamais parler d’une fête pareille avant le troisième siècle, et qu’elle ne fut observée que bien après dans le quatrième siècle. Comment donc, l’Eglise romaine a-t-elle fixé au 25 décembre la fête de Noël ? En voici la raison : longtemps avant le quatrième siècle, et bien avant l’ère chrétienne, les païens célébraient une fête à cette même époque de l’année, en l’honneur de la naissance du fils de la reine babylonienne ; or, on peut présumer que pour se concilier aux païens, et pour augmenter le nombre de ceux qui adhéraient de nom au christianisme, la même fête fut adoptée par l’Eglise romaine, qui se contenta de lui donner le nom du Christ. Cette tendance de la part des chrétiens à faire des concessions au paganisme se développa dès le début » (Ibid., pages 135-136).

    Hislop écrivit que cette tendance à faire des concessions au paganisme « se développa dès le début ». Cependant, Dieu avait dit à nos ancêtres : « N’imitez pas la voie des nations, et ne craignez pas les signes du ciel, parce que les nations les craignent. Car les coutumes des peuples ne sont que vanité. On coupe le bois dans la forêt ; la main de l’ouvrier le travaille avec la hache ; on l’embellit avec de l’argent et de l’or, on le fixe avec des clous et des marteaux pour qu’il ne branle pas » (Jérémie 10 :2-4). Et pourtant, de nos jours, les pratiquants s’obstinent à faire exactement cela – et ils ont l’audace de coller une étiquette « chrétienne » sur ce bagage de croyances et de pratiques païennes ! Nous invitons ceux qui s’intéressent vraiment aux origines historiques des correspondances entre l’ancienne Babylone et le prétendu christianisme moderne, à se référer au livre Les Deux Babylones, à Pagan and Christian Creeds, à The Golden Bough de Sir James Frazer, et à de nombreux autres ouvrages d’histoire et de théologie. Si votre esprit est ouvert, il vous sera relativement facile, de prouver que cette sorte de « religiosité » n’est, en réalité, que la continuation de la vieille religion babylonienne, affublée d’une appellation « chrétienne » !

    Les protestants ont-ils “quitté” BABYLONE ?

    Beaucoup de dirigeants et de théologiens conservateurs, protestants et orthodoxes, accepteront volontiers que l’Eglise catholique est le prolongement de « Babylone ». Ils sont accoutumés au fait que la plupart des premiers dirigeants protestants identifiaient clairement Rome à « Babylone », et à la « grande prostituée », décrite aux chapitres 17 et 18 de l’Apocalypse.

    Mais sur quoi les Eglises protestantes de notre époque s’appuient-elles réellement ? Pourquoi leurs premiers dirigeants se révoltèrent-ils contre l’autorité de l’Eglise catholique de Rome ? Dans quelle mesure sont-ils responsables de la « division du christianisme » actuel ?

    Les réformateurs protestants sont-ils parvenus à atteindre leurs buts déclarés ? Outre ces interrogations, la question réellement importante à se poser est de savoir si les réformateurs protestants, et leurs successeurs, sont retournés à « la foi qui a été transmise aux saints une fois pour toutes » (Jude 3).

    Que penser de la célèbre déclaration du théologien protestant Chillingworth, qui a dit : « La Bible, toute la Bible et rien d’autre que la Bible, constitue la religion des Protestants » (Schaff-Herzog, Encyclopedia of Religious Knowledge, article “Chillingworth, W.”). D’après ce qu’ils affirment, à savoir que les Ecritures « sont la règle inspirée pour la foi et la pratique » (Ibid., article “Bible”), les dirigeants protestants devraient s’engager à suivre la religion de Jésus-Christ et de Ses apôtres, en la respectant dans son intégralité.

    De fait, les érudits reconnaissent que le premier fondateur du protestantisme fut Martin Luther. Cependant, Luther n’hésitait pas à rejeter l’autorité des Ecritures lorsque cela l’arrangeait, personnellement – quoiqu’il déclarât souvent le contraire !

    En rejetant la doctrine de la transsubstantiation, Luther fit valoir l’autorité absolue des Ecritures en matière de foi et de pratique. Il déclara : « Car ce qui n’est pas supporté par l’autorité de la Bible ou par une révélation authentique ne demeure qu’une simple opinion, et rien n’oblige à y croire […] La transsubstantiation […] doit être considérée comme une invention humaine, puisqu’elle n’est fondée ni sur les Ecritures ni sur un raisonnement valable » (Documents of the Christian Church, Editions Bettenson, page 280).

    Si seulement Luther avait appliqué à la lettre ce genre de test à toutes ses doctrines, le monde aujourd’hui serait un autre endroit ! Car, lorsqu’il fut critiqué sur le mot « sola » (seul) qu’il avait ajouté au passage de Romains 3 :28, il répliqua avec hauteur, comme cité par l’historien Johannes Alzog : « Si votre pape lui-même n’est pas d’accord au sujet du mot sola, vous pouvez lui rétorquer qu’il figure là selon la volonté du docteur Martin Luther » (Manual of Universal Church History, page 199). Or, rien ne justifiait un tel changement non conforme aux Ecritures. Lorsque ses convictions doctrinales personnelles étaient mises en cause, Martin Luther devenait un homme véritablement obstiné.

    Il est possible de juger tout homme, ou tout mouvement, au moyen de cette déclaration de Jésus : « C’est donc à leurs fruits que vous les reconnaîtrez » (Matthieu 7 :20). L’historien Henry C. Vedder fit le récit des instructions que Martin Luther donna aux princes germaniques, lorsque des milliers de paysans, qui l’avaient sincèrement suivi dans sa révolte contre Rome, se révoltèrent contre ces princes arrogants :

    « La rébellion n’est pas un crime méprisable, mais un grand incendie qui brûle et dévaste un pays ; par là, comprenons que le tumulte engendre des meurtres, du sang répandu, de veuves et d’orphelins, et qu’il détruit tout, comme la plus grande des catastrophes. En conséquence,n’importe qui pourrait être amené à frapperétrangler et poignarder, secrètement ou en public, tout en se souvenant qu’il n’y a rien de plus venimeux, pernicieux et avilissant, qu’une rébellion humaine. C’est la même chose lorsque quelqu’un doit abattre un chien enragé ; si vous ne le tuez pas, c’est lui qui vous tuera, et toute la contrée avec vous.

    « Laissez la force civile agir en toute légitimité et frapper aussi longtemps qu’elle puisse encore bouger un muscle. Car vous avez un avantage : les paysans ont mauvaise conscience et ils ont acquis des biens illégitimes ; à chaque fois qu’un paysan est tué, il perd son corps et son âme, et va, pour toujours, au diable. L’autorité civile, cependant, a la conscience pure et des biens légitimes ; elle peut dire à Dieu, en toute bonne foi : “Vois, mon Dieu, tu m’as désigné comme prince ou seigneur, je n’ai aucun doute à ce sujet, et tu m’a confié une épée contre des scélérats” (Romains 13 :4) […] En conséquence, je dois punir et frapper aussi longtemps que je peux bouger un muscle ; à toi de juger et d’approuver. […] Ainsi, qu’elles sont merveilleuses, les occasions qui permettent à un prince de gagner plus facilement le ciel en répandant le sang, alors que d’autres y parviennent avec des prières » (A Short History of the Baptists, pages 173-174).

    On pourrait s’interroger : « Si ces déclarations viennent d’un réformateur envoyé par Dieu, que vaut la véritable religion ? » Ces paroles pouvaient-elles venir directement du Saint-Esprit divin ? Etait-ce le Christ ressuscité qui utilisait cet homme pour purifier Son « petit troupeau ? »

    Il est vrai que Luther et Calvin furent tous deux des hommes de religion motivés. L’esprit de Luther était sans cesse torturé par un sentiment de culpabilité. En mettant exagérément l’accent sur le salut par la foi seule, Luther essayait de concevoir un système comme un autre, où la loi et la justice de Dieu n’auraient plus leur place.

    Ses tourments spirituels et personnels n’auraient eu qu’un impact limité, en Allemagne ou de par le monde, si Luther n’avait pas éveillé les instincts politiques et financiers des princes germaniques. « Il n’est pas erroné de dire que les motifs qui ont poussé à la révolte luthérienne étaient, pour une large part, plutôt d’ordreprofanes que spirituels » (Alfred Plummer, The Continental Reformation, page 9).

    Luther était têtu et obstiné, notamment lorsqu’il insistait sur la foi seule et sur le rejet d’un grand nombre de passages bibliques, qui enseignent l’obéissance.

    La Bible enseigne que « le péché est la transgression de la loi » (1 Jean 3 :4). Il s’agit ici d’une référence auxDix Commandements – la loi spirituelle écrite du doigt de Dieu. L’Epître de Jacques explique que « quiconque observe toute la loi, mais pêche contre un seul commandement, devient coupable de tous. En effet, Celui qui a dit : Tu ne commettras point d’adultère, a dit aussi : Tu ne tueras point. Or, si tu commets point d’adultère, mais tu commettes un meurtre, tu deviens transgresseur de la loi. Parlez et agissez comme devant être jugés par une loi de liberté » (Jacques 2 :10-12).

    Quelle est la loi qui interdit l’adultère et le meurtre ? Il est manifeste que l’apôtre Jacques se référait aux Dix Commandements, et il conclut en nous recommandant de parler et d’agir selon cette loi. C’est également ce que disait Jésus-Christ. En effet, lorsqu’un jeune homme vint Lui demander de lui montrer le chemin de la vie éternelle, Jésus répondit : « Si tu veux entrer dans la vie, observe les commandements ». Ensuite, Il énuméra quelques-uns des Dix Commandements (Matthieu 19 :16-19).

    Ignorant totalement son contenu parallèle, en tout point, aux enseignements de Jésus-Christ, Luther déclara avec dédain que l’Epître de Jacques « comparée aux Epîtres de saint Paul n’est qu’une Epître de paille : elle ne contient absolument rien qui rappelle la raison de l’Evangile » (Alzog, volume 3, page 208). Luther avait arbitrairement rejeté en bloc l’Epître de Jacques, parce qu’elle n’était pas conforme à ses propres doctrines !

    Au sujet du cinquième livre de la Bible qu’il avait également rejeté, Luther déclara : « Nous n’avons rien à espérer, ni à voir ni à écouter venant de Moïse. Laissons Moïse aux Juifs, auprès desquels il a été envoyé comme un miroir de Saxe, il n’y a rien le concernant qui nous permette de faire la différence entre les païens et les chrétiens, et nous ne devons pas nous y référer » (Alzog, volume 3, page 207).

    Puisque Luther considérait que Moïse était lié à la loi divine – que ce réformateur avait en horreur – il considérait qu’il ne fallait pas tenir comptes des livres inspirés de Moïse.

    En revanche, comme son écrivain favori était l’apôtre Paul, il aurait été intéressant de connaître la réaction de Luther aux paroles inspirées de l’apôtre, adressées à Timothée : « Dès ton enfance, tu connais les saintes lettresqui peuvent te rendre sage à salut par la foi en Jésus-Christ. Toute Ecriture est inspirée de Dieu » (2 Timothée 3 :15-16). N’oubliez pas que, durant l’enfance de Timothée, les seules Ecritures rédigées étaient les livres de l’Ancien Testament.

    Luther aurait dû se souvenir de la description faite par l’apôtre Jean, des saints victorieux qui chantaient « le cantique de Moïse, le serviteur de Dieu, et le cantique de l’Agneau » (Apocalypse 15 :3). A cela, à travers ses écrits, Luther répliqua promptement : « Je ne le [le livre d’Apocalypse] regarde ni comme apostolique, ni comme prophétique » (Jules Michelet, Mémoires de Luther, Editions Mercure de France, MCMXC, page 226). Il ajouta ensuite : « Que chacun juge de ce livre d’après ses lumières et son sens particulier. En ce qui me concerne, il m’inspire de l’aversion, et c’est, pour moi, une raison suffisante pour le rejeter » (Alzog, volume 3, page 208).

    Il s’est, en effet, avéré que Martin Luther rejeta intentionnellement l’autorité d’une certaine partie de la Bible, contre laquelle il éprouvait de « l’aversion ».

    Commencez-vous à comprendre pourquoi il y a tant de confusion religieuse à notre époque ? Les protestants actuels ont hérité de Luther – considéré comme le plus important dirigeant protestant de la Réforme – d’un raisonnement obstiné et enclin à rejeter l’autorité indiscutable de la parole divine !

    Comme l’a écrit l’historien Georges P. Fisher, au sujet de Luther : « Il ne s’inquiéta point de rechercher la permission explicite des Ecritures pour conserver les rites et les traditions. Il lui suffisait qu’elles ne fussent pas interdites pour être opportunes et applicables. Sa répugnance à se défaire de l’essentiel du christianisme latin, en matière de doctrine, est également évidente » (History of Christian Doctrine, page 283).

    Luther lui-même écrivit : « Personne ne peut nier que nous maintenons, croyons, chantons et confessons tout ce qui est conforme à l’ancienne Eglise, et qu’en cela, nous n’inventons rien qui soit nouveau, et nous n’y ajoutons rien non plus, c’est pourquoi, nous appartenons à l’Ancienne Eglise et nous ne faisons qu’un avec elle » (Thomas M. Lindsay, A History of the Reformation, volume 1, page 468).

    De leurs propres aveux, les protestants prouvent qu’ils sont le prolongement de l’Eglise catholique, mais sous une forme différente et « apurée ». Luther confirma, lui-même, avec ardeur, l’unicité fondamentale de son mouvement avec l’Eglise catholique !

    Pour Calvin, Fisher écrivit : « Il ne nie pas que les groupes chrétiens qui reconnaissent le pape sont “des Eglises du Christ” […] Il se défend, avec indignation, d’avoir quitté l’Eglise » (History of the Christian Doctrine,page 304). Philip Schaff releva la définition que fit Calvin de l’Eglise historique romaine : « En ce qui concernel’Eglise visible, nous pouvons même savoir ce qu’elle enseigne à partir de son titre de mère, et comment ce titre qu’elle s’est attribué nous est utile pour la reconnaître » (History of the Christian Church, volume 8, page 450).

    L’insistance avec laquelle les dirigeants protestants affirment leur unité fondamentale, avec l’Eglise catholique, et leur identité par rapport à leur Eglise « mère », est fort intéressante.

    Dieu identifie l’Eglise catholique

    Les premières traductions du Nouveau Testament, par Martin Luther, contiennent beaucoup d’illustrations représentant l’Eglise catholique de Rome, sous les traits de la « prostituée de Babylone ». En parlant de cettecompréhension largement répandue, Roland Bainton écrit : « La Babylone déchue est assurément Rome » (Here I Stand, page 258)

    D’innombrables livres, pamphlets et tracts protestants l’identifient pareillement aujourd’hui. Ils assimilent l’Eglise catholique à la « grande prostituée » d’Apocalypse 17.

    Mais il faut reconnaître que la plupart des écrivains protestants ont cessé de la désigner ainsi. Après la publication de ces Bibles, pamphlets et tracts, ils réalisèrent qu’ils se trouvaient dans une situation embarrassante, car ils se définissaient eux-mêmes !

    En effet, l’Eglise « mère » romaine corrompue a donné naissance à des filles prostituées ! Il est possible de découvrir son identité au moyen des éléments clairs et logiques, que la Bible nous donne, et par voie de conséquence, il faut admettre que les Eglises protestantes sont les « filles prostituées » d’une Rome apostate paganisée !

    Elles sont sorties d’elle en protestant. Néanmoins, comme nous l’avons vu, elles ont gardé la plupart de ses doctrines et de ses concepts païens. Elles continuent à suivre l’exemple de Rome, en s’impliquant dans lespolitiques et les guerres de ce monde. En outre, nous avons déjà évoqué l’abondance des témoignagesprotestants, qui avouent qu’elle est leur Eglise « mère ».

    L’historien protestant, Rufus Jones, écrivit que Luther « inaugura une Eglise composée de ceux qui avaient la foi et la vision spirituelle ; une Eglise dotée de capacité et de force pour proclamer la parole de Dieu. Mais, en réalité, il entretint pleinement des vestiges importants d’anciennes croyances, une large “croupe” desuperstition, de tradition, de magie, et un lourd héritage venu de l’extérieur » (The Church’s Debt to Heretics,page 228).

    En d’autres termes, les protestants gardèrent beaucoup de doctrines et de traditions païennes, héritées de Rome. Nous avons vu qu’un grand nombre de ces traditions avaient un rapport avec les festivités païennes, adoptées par les premiers catholiques sous un déguisement à consonance chrétienne. Nous n’avons pas le droit d’ignorer ces choses !

    Les Eglises protestantes sont clairement identifiées par le Dieu tout puissant comme étant les « filles prostituées » de la Rome apostate !

    En parlant de tout ce système babylonien, Dieu nous ordonne : « Sortez du milieu d’elle, mon peuple, afin que vous ne participiez point à ses péchés, et que vous n’ayez point de part à ses fléaux » (Apocalypse 18 :4).

    Qu’allons-nous faire ? Obéir ou désobéir à notre Maître ?

    Que va-t-il se passer ?

    Toutes ces informations n’ont pas, pour unique objet, d’étayer un argumentaire philosophique contre d’antiques pratiques païennes, encore en vigueur de nos jours – bien qu’il soit important. Le fait d’aborder et de comprendre ce sujet a également pour but de fournir une aide aux chrétiens sincères et zélés – s’ilsdécident de réagir – à se prémunir contre « l’holocauste » à venir, décrit dans la Bible sous le nom de « grande détresse » ! L’écrivain Adrian Hilton nous montre ce qui est en préparation, actuellement :

    « Jésus avait dit que Son Royaume n’était pas de ce monde, et Il fit de nombreux commentaires traitant d’une entente impossible entre le monde et l’Eglise, jusqu’à Son retour. Jusqu’à Constantin, qui démarra un processus de syncrétisme, les chrétiens ne pouvaient pas comprendre la nature de la bête, qui était en train de se mouvoir. Le sabbat juif du samedi fut remplacé par l’édit de Constantin interdisant de travailler durant “le jour vénérable du soleil” [dimanche], et la célébration de la Pâque fut déclarée illégale – sous peine de mort. Elle fut remplacée par “les Pâques”, qui étaient fêtées un dimanche, et qui avaient été héritées du culte babylonien dédié à la déesse Ishtar. Le pseudo christianisme romain incita beaucoup de croyants fidèles à s’enfuir dans les montagnes d’Europe et d’Asie mineure, afin d’échapper à la persécution et à la mort. De cette manière, ils purent continuer d’exister à l’abri des regards du monde, en tant que véritable Eglise du Christ. Cependant, la majorité des chrétiens eut peur de l’autorité universelle de la nouvelle union. C’était un empire placé sous l’autorité d’un empereur conduisant une Eglise sous un Dieu. Beaucoup de croyants commencèrent à se demander s’ils n’avaient pas mal compris le concept du Royaume de Dieu – celui-ci étant peut-être l’Eglise elle-même, ou même cet empire christianisé. Donc, l’union inévitable de l’Eglise et de l’Etat fut ratifiée – une union qui devait modeler l’Europe au cours des siècles à venir » (The Principality and Power of Europe, pages 23-24).

    Plus loin, Hilton poursuit :

    « Les dégâts occasionnés par la réussite de la Réforme furent aussi décisifs que le processus de fédéralisme. Certains grands dirigeants chrétiens évangéliques ont même qualifié cette délocalisation momentanée de Dieu comme étant “la plus importante tragédie jamais arrivée à l’Eglise”. Ils ont déclaré que les protestants avaient “détruit l’unité de la chrétienté”. Ils omettent de mentionner de quelle sorte est la véritable nature du système religieux papal, la profonde obscurité spirituelle dans laquelle il maintient ses fidèles, et son opposition diamétralement contraire au véritable christianisme biblique. Il semblerait que l’unité eût été plus importante à préserver que la vérité. Le concept de chrétienté, dont les pratiques sont pourtant anti-bibliques, semble plus important que les frontières nationales, établies entre principautés, sans considération des libertés garanties à l’intérieur de ces limites.

    « Alors qu’il visitait l’Autriche, en 1983, le pape critiqua ouvertement l’existence de “frontières nationales et artificielles” en Europe. Il ajouta : “Les Européens doivent vaincre les confrontations internationales menaçantes des Etats et des alliances, et créer une nouvelle Europe unie de l’Atlantique à l’Oural.”

    « En 1988, il poursuivit sur ce même thème lorsqu’il s’adressa au Parlement européen, à Strasbourg, permettant du même coup de s’interroger sur la pertinence de l’intervention d’un dirigeant religieux, au chapitre de l’unité politique. En 1991, le Sunday Telegraph résuma les plans du pape pour “l’évangélisation” de l’Europe, en déclarant : “Il se prépare tout doucement à endosser le manteau qu’il croit solennellement être son droit divin – celui d’un nouveau saint empereur romain, qui régnerait de l’Oural à l’Atlantique” » (pages 36-37).

    “Babylone” reprend vie !

    Comme l’a mentionné le Sunday Telegraph en Grande-Bretagne, le pape Jean Paul II s’attendait à « régner » sur un nouveau saint empire romain. Néanmoins, une question importante se pose : Sera-t-il réellement « saint » ? Ne sera-t-il pas finalement la résurrection d’un ancien système babylonien Eglise-Etat, condamné par Dieu ?

    Dans une prophétie pour notre époque, le prophète Esaïe fit mention d’une vierge, « fille » moderne de l’ancienne Babylone, qui profanerait son peuple (Esaïe 47 :1-9). Dieu qualifie cette Babylone moderne de « souveraine des royaumes » (verset 5). Ensuite, Il déclare : « Tu disais : à toujours je serai souveraine ! Tu n’as point mis dans ton esprit, tu n’as point songé que cela prendrait fin. Ecoute maintenant ceci, voluptueuse, qui t’assieds avec assurance, et qui dis en ton cœur : moi, et rien que moi ! Je ne serai jamais veuve, et je ne serai jamais privée d’enfants ! Ces deux choses t’arriveront subitement, au même jour, la privation d’enfants et le veuvage ; elles fondront en plein sur toi, malgré la multitude de tes sortilèges, malgré le grand nombre de tes enchantements » (versets 7-9).

    Notez les déclarations identiques utilisées à l’encontre de la Babylone moderne, qui combattra le Christ à Son second Avènement ! « Autant elle s’est glorifiée et plongée dans le luxe, autant donnez-lui de tourment et de deuil. Parce qu’elle dit en son cœur : je suis assise en reine, je ne suis point veuve, et je ne verrai point de deuil ! A cause de cela, en un même jour, ses fléaux arriveront, la mort, le deuil, et la famine, et elle sera consumée par le feu. Car il est puissant, le Seigneur Dieu qui l’a jugée » (Apocalypse 18 :7-8).

    Ce système Eglise-Etat sera bientôt établi en Europe ; il finira par se tourner contre les Américains et les nations britanniques, en déclenchant la grande détresse ! Ce sera une résurgence de l’ancienne Babylone – avec son clergé, son rituel païen, ses doctrines et sa totale indifférence pour les commandements divins. Ce sera une contrefaçon habile du véritable christianisme. Et pourtant, des millions de gens seront séduits !

    Pourquoi ?

    Parce que la vaste majorité de ceux qui prétendent être chrétiens n’étudient pas la Bible. Ils ne fouillent pas, et ils n’essayent pas de « prouver » toute chose, comme Dieu l’ordonne. En conséquence, de nombreux chrétiens – ainsi que leurs ministres – seront finalement entraînés dans l’euphorie générale de ce puissant système babylonien ! En effet, puisqu’il sera intégré au « mouvement œcuménique », ce système semblera être celui qui convient.

    Souvenez-vous des paroles de Jésus : « Entrez par la porte étroite. Car large est la porte, spacieux le chemin qui mènent à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là. Mais étroite est la porte, resserré le chemin qui mènent à la vie, et il y en a peu qui les trouvent » (Matthieu 7 :13-14).

    Ce même Jésus-Christ de la Bible a également donné cet avertissement : « Ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur ! n’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais seulement celui qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. Plusieurs me diront en ce jour-là : Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé par ton nom ? N’avons-nous pas chassé des démons par ton nom ? Et n’avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom ? Alors je leur dirai ouvertement : Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité » (Matthieu 7 :21-23).

    Les grands fastes, la pompe, les cérémonies et la puissance menaçante de ce système babylonien, qui se profile à l’horizon, seront très impressionnants. Seuls, ceux qui accomplissent sincèrement la volonté de Dieu et qui observent Ses commandements – tous les Dix – entreront dans le Royaume de Dieu à venir : « C’est ici la persévérance des saints, qui gardent les commandements de Dieu et la foi de Jésus » (Apocalypse 14 :12).

    A la fin de Sa parole inspirée, notre Créateur nous dit : « Heureux ceux qui observent ses commandements, afin d’avoir droit à l’arbre de vie, et d’entrer par les portes dans la ville ! Mais dehors seront les impudiques, les empoisonneurs, les fornicateurs, les meurtriers, les idolâtres, et quiconque aime et pratique le mensonge » (Apocalypse 22 :14-15, version Ostervald 1996). Les enchantements et l’idolâtrie religieuse du système babylonien séduiront des millions d’individus. La vaste majorité des gens accepteront ce système, mais le passage cité précédemment met en garde quiconque « aime et pratique le mensonge ». Les enseignements de la « Babylone » moderne sont remplis de mensonges, d’interprétations erronées et de pratiques païennes.

    Selon la parole divine, ce système jouira néanmoins d’une vitalité et d’une puissance momentanée : « Car tes marchands étaient les grands de la terre, toutes les nations ont été séduites par tes enchantements, et l’on a trouvé chez elle le sang des prophètes, des saints, et de tous ceux qui ont été égorgés sur la terre » (Apocalypse 18 :23-24). Mais quelle sera la fin ? « Alors, un ange puissant prit une pierre semblable à une grande meule, et il la jeta dans la mer, en disant : Ainsi sera précipitée avec violence Babylone, la grande ville, et on ne la retrouvera plus » (verset 21).

    Vous devez AGIR !

    Dieu annonce : « Elle est tombée, elle est tombée, Babylone la grande ! Elle est devenue une habitation dedémons, un repaire de tout esprit impur, un repaire de tout oiseau impur et odieux » (verset 2). Ensuite, Dieu dit : « Sortez du milieu d’elle, mon peuple, afin que vous ne participiez point à ses péchés, et que vous n’ayez point de part à ses fléaux » (verset 4).

    Dans cette brochure, nous avons brièvement montré que toutes les religions du monde remontent, à l’origine, à « Babylone ». Les religions orientales et africaines sont basées sur beaucoup de faux concepts païens, similaires, en ce qui concerne Dieu et le salut. Elles se sont développées à partir du culte original voué à Nimrod et à sa femme prostituée, Sémiramis. Le prétendu « christianisme » est en grande partie influencé et dévoyé par ces concepts païens.

    Où que vous viviez, qui que vous soyez, nous vous recommandons d’étudier sérieusement la Bible, la révélation inspirée que Dieu a mise à la disposition de l’humanité. Pour votre sauvegardene vous contentez pas de lire simplement la Bible pour y ressentir des émotions, ou pour renforcer vos a priori. Apprenez àétudier sérieusement la Bible, pour voir ce qu’elle révèle clairement, et de manière répétitive, au sujet du Dieu Créateur, de la vie éternelle, et de la véritable voie qui y mène. Si vous êtes sincèrement intéressé, et si vous désirez prouver ces choses, demandez-nous de vous envoyer gratuitement l’une de nos brochuresessentielles, intitulée La restauration du christianisme apostolique. En outre, si vous souhaitez prendre le temps d’étudier la Bible, inscrivez-vous à notre Cours de Bible par correspondance. Votre inscription sera absolument gratuite comme, du reste, toutes nos autres brochures et publications. Nous vous demandons seulement de réserver un peu de votre temps et de votre énergie mentale, pour étudier diligemment et pourvérifier dans la Bible, si ce que nous enseignons est exact, et de vous prouver à vous-même où la vérité est actuellement enseignée.

    Nous continuerons à expliquer les événements prophétiques, qui ont un rapport à la résurgence actuelle de Babylone – et à l’arrivée du Royaume de Dieu. Ce message ne sera pas populaire ! Nous serons harcelés, dénigrés et persécutés, pour vous avoir présenté la pure vérité concernant ce qui va réellement arriver à l’échelle mondiale. Nous ne craignons pas de proclamer toute la Vérité sur le véritable christianisme, et sur l’apostasie dirigée contre lui, par Satan le diable. En effet, le Dieu Vivant n’apprécie ni les bonimenteurs ni les lâches !

    « Celui qui vaincra héritera ces choses ; je serai son Dieu, et il sera mon fils. Mais pour les lâches, les incrédules, les abominables, les meurtriers, les débauchés, les magiciens, les idolâtres, et tous les menteurs, leur part sera dans l’étang ardent de feu et de soufre, ce qui est la seconde mort » (Apocalypse 21 :7-8). Le christianisme contrefait de Satan doit être dénoncéreconnu et rejeté !

    Puisse Dieu vous aider à réagir à ce message alors qu’il est encore temps ! Puisse Dieu vous aider àprouver ce que la Bible dit réellement, et à trouver – puis à accomplir – le véritable but de votre vie.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique